Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Henri Laborit, L'agressivité détournée, Introduction à une biologie du comportement social, Union générale d'éditions, 10/18

 

 

"L'homme a d'abord découvert la physique. Les lois structurales, la théorie de l'information, la cybernétique étaient nécessaires pour guider ses premiers pas en biologie. C'est pourquoi celle-ci n'a commencé sa croissance réelle qu'au cours des cinquante dernières années. Quant à la biologie du système nerveux, elle est née au cours des vingt dernières. Or, comment sans elle pouvait-on comprendre l'évolution des comportements dans l'échelle des espèces et le comportement humain camouflé sous le déguisement du langage logico-mathématique ? Les vagues profondes de l'ère secondaire et tertiaire déferlent encore sur l'activité inconsciente du système nerveux de l'Homme moderne. Matrice biologique engrammée par "les autres", le système nerveux isolé de son contexte social ne donnera jamais qu'un enfant sauvage. Les notions de conscience, de justice sociale, d'agressivité, de vieillissement et de mort sont envisagées dans ce livre à la lumière de la neuro-physio-biologie moderne et de l'urbanisation progressive."

 

"Je voudrais, explique Henri Laborit dans la préface, que ce livre puisse se lire comme un roman. Quel plus beau roman d'ailleurs que celui écrit par la biologie des comportements depuis quelques décennies ? certains "vrais savants" pourront me reprocher cet essai de vulgarisation de notions scientifiques complexes. Mais vulgariser ne veut pas dire déformer. J'espère être parvenu à simplifier, sans trahir, à schématiser sans tromper. Et je pense qu'il s'agit là d'un travail indispensable. Comment espérer qu'un jour l'Homme que nous portons tous en nous puisse se dégager de l'animal que nous portons également si jamais on ne lui dit comment fonctionne cette admirable mécanique que représente le système nerveux ? Comment espérer voir disparaître l'agressivité destructrice, la haine, la violence et la guerre ? N'est-il pas indispensable de lui montrer combien aux yeux de la science peuvent paraître mesquins et ridicules les sentiments qu'on lui a appris à considérer souvent comme les plus nobles sans lui dire que c'est seulement parce qu'ils sont les plus utiles à la conservation des groupes et des classes sociales, alors que l'imagination créatrice, propriété fondamentale et caratéristique du cerveau, n'est le plus souvent, c'est le moins qu'on puisse dire, absolument plus exigée pour faire un honnête homme et un bon citoyen ?..."

 

Partager cet article

Repost 0