Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

 

Ce mercredi 18 juin, les élèves de Première passaient le bac français. De toute évidence, leur sujet de commentaire composé : le poème "Crépuscule" de Victor Hugo, ne leur a pas trop plu. Et comme ce sont des jeunes gens modernes et connectés, ils ont exprimé en masse leur mécontentement sur Twitter.

 

Funérailles nationales de Victor Hugo, le 18 juin 1885

 

Victor Hugo si j'te croise dans la rue t'es mort victor Hugo ntm avec ton crépuscule

Victor Hugo tu pu vraiment enfoiré , avec ton crépuscule du cul là !

Victor Hugo je te hais.

Fini l'épreuve, Victor Hugo ma plus hagarr en 4h que mon rep pendant toute mon enfance

vous aussi vous avez relevé la personnification de l'herbe?? mdrrrr il était défoncé ce Victor Hugo quand il a écrit le poêle

Pourquoi tu tapes la discut entre une tombe et un brin d'herbe sale FDPPP victor hugo de tarace

Victor Hugo si j'te croise dans la rue t'es mort

Victor Hugo il est compliqué comme garçon wesh pk tu casse les couilles avec ton crépuscule mon frère .

victor hugo c'est satan

Nike ta mère Victor Hugo et Nike la mère à tes de potes aussi pd

Eh Victor Hugo c'est un fdp on comprend rien a ce qu'il raconte, son cerveau il était bizarre ptn

Y'a Hugo Tout Seul qui fait des vidéos, et Victor Hugo qui lui est pas tout seul dans sa tête avec ses brins d'herbe

 

 

Crépuscule

 

L'étang mystérieux, suaire aux blanches moires,
Frissonne; au fond du bois la clairière apparaît ;
Les arbres sont profonds et les branches sont noires ;
Avez-vous vu Vénus à travers la forêt ?

Avez-vous vu Vénus au sommet des collines ?
Vous qui passez dans l'ombre, êtes-vous des amants ?
Les sentiers bruns sont pleins de blanches mousselines;
L'herbe s'éveille et parle aux sépulcres dormants.

Que dit-il, le brin d'herbe ? et que répond la tombe ?
Aimez, vous qui vivez ! on a froid sous les ifs.
Lèvre, cherche la bouche ! aimez-vous ! la nuit tombe;
Soyez heureux pendant que nous sommes pensifs.

Dieu veut qu'on ait aimé. Vivez ! faites envie,
O couples qui passez sous le vert coudrier.
Tout ce que dans la tombe, en sortant de la vie,
On emporta d'amour, on l'emploie à prier.

Les mortes d'aujourd'hui furent jadis les belles.
Le ver luisant dans l'ombre erre avec son flambeau.
Le vent fait tressaillir, au milieu des javelles,
Le brin d'herbe, et Dieu fait tressaillir le tombeau.

La forme d'un toit noir dessine une chaumière;
On entend dans les prés le pas lourd du faucheur;
L'étoile aux cieux, ainsi qu'une fleur de lumière,
Ouvre et fait rayonner sa splendide fraîcheur.

Aimez-vous ! c'est le mois où les fraises sont mûres.
L'ange du soir rêveur, qui flotte dans les vents,
Mêle, en les emportant sur ses ailes obscures,
Les prières des morts aux baisers des vivants.


Chelles, août 18...
 

 

Bon ben, je comence : Victor Hugo, cé un écrivain francais de la renaisance, je croi. Il es né je sé pas tro ou, passe que des place Victor Hugo, y'en a pas mal, alors je pence qu'il est assé célèbre. Voila ce que je peut vous dire sur l'auteur de ce poème. Si on comte bien, on a sept paragrafes de quatre vers et je sais coment sa s'appel : des alecsandrin (j'espère que vous me metrer au moins un point pour sa).

Le poète se promène au bord d'un étan. Il dit qu'il est mystérieu, je sais pas pourquoi. Près de chez moi, aussi, y'a un étan, mais je le trouve pas mystérieu. Y'a une vieil godasse , un vieu pneux et un vélo tout rouyé.

Bon, ben un suaire, je sait c'que c'est pace qu'il y a une note : linceul, c'est-à-dire drap blanc qui envelope les défuns. Les moires, y disent que c'est les refles changeants, mats ou brillants, de certains tissu. C'est pas bien guai tout ça !

Bon, alors Victor Hugo dit que l'étang frisone, donc il a froid. Donc sa se passe en iver, dans la foré et il demande au lecteur sil a vu Vénus. Pour moi, Vénue, cé une joueuse de tenis. En fai, Vénus, sa doit être sa copine. Et il doit vraiment avoir du mal à la trouvé passe qu'il pose la question plusieur foi. Non, Victor, on n'a pas vu Vénus, ni dans la foré, ni sur les colines. Peut-êt qu'elle est en boite ou qu'elle le tronpe avec un autre ("êtes-vous des amants ?").

Bon, alors il dit que les sentiers bruns sont plein de blanches mousselines. Il compare la neige a de la puré mousseline. Et puis après, y a un truc vraiment zarbi. Victor Hugo, il a vécu sur une ile désserte et il a fumer des trucs bizar pace qu'il dit "L'herbe s'éveille et parle aux sépulcres dormants". Ça m'est arrivé moi aussi, mais franchemen, jé pa éprouver le besoin d'écrir un poème. Alors, il a l'air d'être vraiment partie dans un trip pass qu'il entent l'herbe parlé aux "sépulcres" (la note dit que ça veut dire "tombeaux") et lui, il voudrais savoir ce qu'elle dit l'herbe : "Que dit-il le brin d'herbe ? et que répond la tombe ?"

Donc d'abord il demande ou est sa copine Vénus et mainteunan il demande ce que dis l'herbe au tombeau. Mais là, il répont : "Aimez, vous qui vivez ! on a froid sous les ifs. Lèvre, cherche la bouche ! aimez-vous ! la nuit tombe..."

Donc c'est l'hivère, il fait froit et il conseille aux amoureu de se serrez l'un contre l'autre et de faire des chose pour avoir moins froit. (Bon, ça fait déjà trois strofes !)

Après il parle de Dieu qui conseille aux amoureu de s'aimé et de prié. Pour moi, c'est pas pareille.  Peux-ête qu'il faut s'excusé auprès de dieu apré avoir fait l'amour. Je sait pas. Truc de ouf !

Bon, alors après il dit que "les mortes d'aujourd'hui furent jadis les belles". Tiens, il faudrat que je dises sa à ma copine, que le vers luisan tient un flambeau, que le vent fait tressaillir le brin d'herbe. L'herbe lui fait avoir des vision.

Il voit aussi une chaumiaire et il entent le pas d'un gars qui fauche les afaire et il  vois une étoile. Cé joli. Sa resemble au calendrié des Poste.

A la fain, il parle des fraises. Ça, je sais ce que cé et il dit "c'est le mois où les fraises sont mûres", mais come les fraises, aujourdhui, on en trouve dans les supermarché, je sais pas quel mois cé.

Et puis il parle de l'Ange du soir, sans doute un de ses pote et il le vois floter dans le vent (son erbe, sa doit vraimen êt de la bonbe) et à la fain, c'est carément gotique : il parle des baiser des mort vivant.

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :