Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Jean Grenier, Essai sur l'esprit d'orthodoxie, Editions Gallimard, 1938, 1961 et 67 (Idées NRF)

"Jamais on ne fait le mal si pleinement et si gaiement que quand on le fait par conscience." (Blaise Pascal)

Description de cette image, également commentée ci-après

Jean Grenier est né à Paris le 6 février 1898 et est décédé à Dreux le 5 mars 1971, est un philosophe et écrivain français.

Jean Grenier évoque essentiellement comme exemple d'esprit d'orthodoxie celui qui dominait à son époque : le marxisme-léninisme.

Bien que le système communiste subsiste encore dans certaines parties du monde (Cuba, la Corée du Nord et la Chine), il a régressé partout ailleurs depuis la chute du mur de Berlin, en 1989, 18 ans après la mort de l'auteur.

Mais l'esprit d'orthodoxie qui animait le marxisme-léninisme, continue à sévir sous d'autres formes, notamment le fondamentalisme religieux. Si bien que les analyses de Jean Grenier conservent aujourd'hui tout leur intérêt.

"L'orthodoxie succède à la croyance. Un croyant en appelle à tous les hommes pour qu'ils partagent sa foi : un orthodoxe récuse tous les hommes qui ne partagent pas sa foi.

Dans ce livre qui est une longue protestation contre l'esprit d'orthodoxie, Jean Grenier s'attaque à certaines orthodoxies de notre temps et indique en particulier le marxisme et le matérialisme en confrontant les théories d'Epicure, Hegel, Marx et Lénine."

"C'est entendu : il n'y a guère eu d'époque où la pensée ait été entièrement libre. Les privilèges de la naissance, ceux de l'argent y ont fait obstacle et les abus de pouvoir exercés par les aristocrates et les ploutocrates ont eu des compensations fort insufisantes dans le mécénat. Nous croyions en être débarrassés. Et volà que les Etats - ces Etats qui devaient, en dépérissant, laisser la place à une administration des biens exempts du gouvernement des personnes - ces Etats qui continuent à prospérer et prétendent faire régner la Justice, imposent une doctrine officielle et réclament une aveugle soumission à leurs directives dans tous les domaines.

Sommes-nous donc revenus à l'époque où Li-Sseu, ministre du premier empereur de la dynastie Ts'in, avait ordonné l'incendie de tous les livres - incendie non pas irraisonné, comme celui de la bibliothèque d'Alexandrie, imputable au fanatisme, mais calculé ? Un Etat bien gouverné, disaient les Légistes dont faisait partie Li-Sseu n'a besoin ni de littérature, ni d'Histoire : la connaissance des lois suffit à l'instruction du peuple.

Si ce livre publié en 1938 reparaît environ trente ans après (en 1961), c'est que les conceptions auxquelles il s'attaque sont restées les mêmes, tout en n'étant pas toujours appliquées également dans les mêmes pays." (Jean Grenier, avril 1967)

"Qu'est-ce qu'une orthodoxie ?

Les Essais qui suivent sont une longue protestation contre les orthodoxies. Il me faut m'expliquer sur ce mot. Je laisse de côté la définition admise par Littré : "conformité aux doctrines de l'Eglise. On appelle auteur orthodoxe celui qui n'enseigne rien que de conforme à l'autorité de l'Eglise, etc."

Ce qui m'intéresse plutôt c'est le sens du mot par extension : "Quiconque ne produisait pas des certificats ou des gages suffisants d'orthodoxie païenne était exclu non seulement des écoles entretenues par les cités, mais de toute espèce d'enseignement public (sous l'empereur Julien)."

Cette citation donne un sens encore trop restreint au mot orthodoxie. Je l'ai pris plutôt au sens qu'a employé Emile Burnouf dans la Science des religions quand revenant à l'étymologie du mot, il écrit : "Quand une opinion se déclare droite et vraie, cela signifie que toute opinion différente n'est ni l'une ni l'autre." "Chaque orthodoxie a pour opinion qu'elle est la seule bonne et la seule vraie." (p. 249)

Une orthodoxie est donc avant tout une doctrine d'exclusion. L'orthodoxie succède à la croyance. Un croyant en appelle à tous les hommes pour qu'ils partagent sa foi ; un orthodoxe récuse tous les hommes qui ne partagent pas sa foi." (Jean Grenier)

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0