Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Peter Sloterdijk - Critique de la raison cynique.

Peter Sloterdijk, Critique de la Raison cynique, traduit en français chez Christian Bourgois par Hans Hildenbrand en 1987.

Les mass-media modernes veillent à un nouveau conditionnement artificiel des consciences dans l’espace social. Celui qui est intégré à ces flux apprend que son « image du monde » devient, d’une façon de plus en plus exclusive, une image médiatisée, vendue, achetée d’occasion. Des informations inondent la conscience « téléifiée » avec du matériel du monde sous forme de particules d’information ; en même temps, les mass-media dissolvent le monde en paysages fluorescents de nouvelles qui apparaissent sur le petit écran de la conscience du moi. Les média possèdent en effet la force de réorganiser ontologiquement la réalité comme réalité dans notre tête. (Critique de la raison cynique)

La majorité de la société a depuis longtemps choisi l’émigration dans les loisirs, et le mot vivre prend pour elle des couleurs claires dans le souvenir de certains moments de vacances heureuses – lorsque s’ouvrait l’horizon. (Critique de la raison cynique)

Peter Sloterdijk, né le 26 juin 1947 à Karlruhe, est un philosophe et essayiste allemand. Professeur de philosophie et d'esthétiqueà la Hochschule für Gestaltung de Karlsruhe, il est également recteur (Rektor) du même établissement depuis 2001. Il enseigne aussi aux Beaux-Arts de Vienne.

Parue à l'occasion du bicentenaire de la Critique de la Raison pure de Kant, La Critique de la raison cynique est une critique de notre modernité.

Revenue des illusions du rationalisme, notre époque ne croit plus aux illusions de l'Aufklärung : la conviction que le mal résulte de l'ignorance et qu'il suffit de savoir pour le guérir. Le cynisme est la réponse à cette désillusion.

Apparu comme attitude individuelle dès l'antiquité, le cynisme est aujourd'hui un phénomène universel. Il est la forme moderne de la "fausse conscience".

En regard de ce cynisme moderne comme remède et comme dépassement, l'auteur suggère de redécouvrir les vertus du cynisme antique (ou, plus exactement, du Kunisme) que pratiquait le philosophe de Sinope : le rire, l'invective, les attaques. Leur redécouverte pourrait renouveler la chance de l'Aufklärung dont le projet le plus intime est de transformer l'être (Sein) par l'être conscient (Bewusstsein). Paru en Allemagne en 1983, cet essai rencontra un succès considérable.

Jürgen Habermas salua sa publication comme un des événements les plus importants de la vie intellectuelle depuis 1945. (source : babelio)

 

Partager cet article

Repost 0