Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Philippe Brenot, Les violences ordinaires des hommes faites envers les femmes, Odile Jacob, mars 2008

L'ouvrage porte en exergue une citation de Pierre Bourdieu, tiré de La domination masculine :

"Et j'ai aussi toujours vu dans la domination masculine, et la manière dont elle est imposée et subie, l'exemple par excellence de cette soumission paradoxale, effet de ce que j'appelle la violence symbolique, violence douce, insensible, invisible pour ses victimes mêmes, qui s'exerce pour l'essentiel par les voies purement symboliques de la communication et de la connaissance, de la reconnaissance ou, à la limite, du sentiment.

Philippe Brenot est médecin psychiatre et thérapeute de couples, directeur d'enseignement en sexologie à l'universite Paris-V et président de l'Observatoire international du couple. Il a notamment publié Inventer le couple, Le Sexe et l'Amour et Le Génie et la Folie.

Philippe Brenot s'intéresse dans cet ouvrage aux causes de la violence morale et physique, statistiquement prépondérante, que les femmes subissent de la part des hommes, même s'il arrive, reconnaît l'auteur, que l'inverse se produise aussi.

Il explique les raisons culturelles pour lesquelles l'acceptation de l'autre comme un égal, une personne à part entière, est plus difficile pour les hommes et pourquoi les hommes ont souvent du mal à trouver leur place, en tant que compagnon et en tant que père, dans la société actuelle et se réfugient tantôt dans le silence, tantôt dans la surdité affective, tantôt dans la fuite (être là sans être vraiment présent) ou la réaffirmation injustifiée du rapport traditionnel de domination.

S'appuyant sur les analyses de l'Ecole de Palo Alto sur la communication intersubjective, il explique, à partir de la notion de "double bind" (injonction contradictoire), le processus de "montée aux extrêmes" (runaway), en paroles et en actes, et de renforcement par rétroaction (effet de miroir) entre les deux partenaires. 

La  différence entre l'homme et la femme est d'abord une différence "ontologique" : je ne suis pas l'autre (ipséité/alterité), avant d'être une différence sexuelle.

L'idéologie "unisexe" prétend lutter contre la violence faite aux femmes en atténuant au maximum et, à la limite, en cherchant à "déconstruire" réellement les différences non biologiques qualifiées de "stéréotypes de genre".

D'autres, comme Philippe Brenot (et je me range plutôt à leur avis) pensent qu'il n'est ni possible ni souhaitable de supprimer les notions de "masculinité " et de "féminité", qu'elles soient biologiques (innées) ou culturelles (acquises), mais qu'il convient de les redéfinir pour en finir avec l'oppression multiséculaire des femmes et permettre aux hommes d'évoluer ("renaître à soi") afin de mieux comprendre les femmes et de mieux vivre avec elles (renaître à l'autre").

Devenir homme aujourd'hui

Si un homme veut vivre avec une femme, aujourd'hui, il doit apprendre à vivre avec une femme, ce qui n'était pas le cas des générations précédentes où l'ordre établi imposait comme normale une attitude masculine que rien ne venait remettre en cause. Les femmes ont changé, elles sont plus sensibles, plus tendres, plus intimes, plus érotiques, ce qui ne peut se poursuivre qu'à une condition : l'absence de menace, de crainte, de soucis... c'est-à-dire un climat de douceur et de tranquillité. Or nos manières masculines ne vont pas toujours dans le sens de l'apaisement, nous vivons alors difficilement l'absence d'intimité et de sexualité qui s'ensuit naturellement. Tout cela semble logique, car il n'y a jamais l'un sans l'autre. C'est à nous, hommes, d'apprendre à partager l'imaginaire féminin, seule condition de l'entente amoureuse au long cours.

Je propose pour cela dix recommandations (qui vont devenir des qualités) pour tout homme désirant vivre avec une femme :

1. La remise en question

2. Le dégonflage narcissique

3. L'abandon de la domination

4. L'apprentissage de la frustration

5. Le retour de la séduction

6. L'apprentissage de la sensualité

7. L'accès à l'écoute et à la parole

8. L'investissement dans la vie commune

9. La disponibilité

10. La complicité

(Philippe Brenot, Les Vilences ordinaires des hommes envers les femmes, conclusion,  p.199 et suiv.)

 

Partager cet article

Repost 0