Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La ministre de la culture avoue "qu'elle n'a pas le temps de lire depuis deux ans"... Alors, elle a mangé avec Modiano, "notre" prix Nobel de littérature 2014,  et elle n'a pas lu un seul roman de Modiano. Elle lui a parlé de quoi ? Du plug de la Place Vendôme ? Elle sait que ça fait plus de deux ans qu'il écrit Modiano ?

Dans la mythologie nationale, on avait un vieux roublard qui vient de claquer dans un aéroport du pays de Poutine. Admiration, encensoirs, brosse à reluire concert de louanges... ad nauseam.

Avant, on disait "chef d'Entreprise", maintenant on dit : "chevalier d'industrie" (oxymore). Ils ne savent même plus que ce fut une insulte, et grave, ils n'ont pas lu Thomas Mann (Félix Kroll), les pauvres. Lire Thomas Mann, vous croyez que j'ai que ça à faire ? Je travaille, moi, môssieur... Les affaires sont les affaires... et réciproquement.

Chevalier", ça eut payé, mais ça paye plus. Un modèle, c'est pas Marjorie, c'est un héros ou un saint. C'est Camus, c'est Lincoln, c'est Gandhi, c'est Jean Moulin. C'était.

On a aussi des députés qui ne représentent plus le pays réel : on appelle ça la démocratie, mais qui tueraient père et mère pour la paie :"faire de la politique" que ça s'appelle. Avant, on aurait dissous, mais la situation est tellement pourrie que personne ne veut partager l'impopularité en cohabitant. Même Marine Le Pen n'en parle plus. La politique de la France : un cadavre au fil de l'eau.

Jusqu'à Mendès, "socialiste", ça voulait encore dire quelque chose. La nation aussi, le "seul bien des pauvres" (Jaurès). Les paysans qui crèvent. Plus d'industrie. Le pays vendu à l'étranger. Aux Américains, aux Allemands...  Plus de frontières, plus de monnaie. Ne dites pas : "nihilisme", "suicide collectif"... Dites :  "modernité", "libéralisme", "flux financiers ", ça fait plus chic. Tu crèves pareil, mais instruit.

Marre de ce qu'est devenu ce pays. Si ça se trouve, elle n'a pas lu Malraux non plus, la ministre, elle ne sait pas qu'il l'a précédée. Elle ne sait rien. Degré zéro. Mort clinique. Fin de partie. Rideau !

 

Note :

"Chevalier d'industrie" :

un affairiste, un escroc
Un individu qui vit d'expédients

Avec le sens moderne qu'on connaît aux mots de cette locution datant du XVIIe siècle et quelque peu tombée en désuétude, on est en droit de se demander comment elle peut avoir la signification indiquée.
C'est pourquoi nous allons devoir passer par un peu d'étymologie afin d'expliquer cette apparente bizarrerie.

 

Passons vite sur le chevalier qui est normalement quelqu'un supposé avoir une certaine noblesse et de l'entregent. Or si le « chevalier d'industrie » a bien le second, il est loin d'avoir la première, d'où l'emploi ironique.
Le chevalier, c'était aussi le héros de roman, et en particulier celui des romans picaresques espagnols d'où nous vient l'ancienne forme « chevalier de l'industrie » et où le personnage principal essaye en général de s'insérer dans une société où il n'a normalement pas sa place et au sein de laquelle il n'hésite pas à employer des moyens comme la ruse ou le vol pour subsister et vivre aux dépens de ceux qui ont la naïveté de le croire.

« N'osant se faire voleur sur la grande route, parce que les lois sont actives contre certains crimes, il pare d'un vernis brillant la honte dont il se couvre, et vit paisible parmi nous. Le chevalier d'industrie est donc un voleur plus la lâcheté, un voleur d'autant plus à craindre, qu'au lieu de vous crier la bourse ou la vie ! il vous dévalise en souriant, et a l'air de vous protéger, alors même qu'il vous dépouille. »
Paris, ou le livre des cent-et-un - Tome XI - 1833

« - Il faut vous dire, mon oncle, dit le marquis, que Mathilde a toujours éprouvé pour ce... Comment dirai-je?
- Pour ce chevalier d'industrie, mordieu ! Est-ce que tu conserves à cet égard le moindre doute ?
- Pour ce chevalier d'industrie, soit ; ma femme a donc toujours ressenti pour lui une véritable antipathie.
- L'instinct féminin! fit le baron, il est un peu plus sûr que tout notre prétendu talent d'observation.
(source : dictionnaire collaboratif reverso)

Partager cet article

Repost 0