Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Désaffecté depuis 1940, inscrit à l'Inventaire supplémentaire des Monuments historiques en 1975, le château d'eau a été réaménagé par la Ville dans les années 90 pour en faire un lieu dédié à la diffusion des Arts plastiques. son rez-de chaussée, avec ses deux travées concentriques séparées par 16 piliers et arcades, offre un espace d'exposition mettant en valeur les oeuvres.

"Hormis la période gallo-romaine pendant laquelle une partie d'Avaricum était alimentée en eau par des aqueducs, les habitants de Bourges ont utilisé jusqu'au XIXème siècle l'eau plus ou moins polluée des rivières et des puits. Plusieurs projets pour puiser et distribuer l'eau potable se sont succédé au XIXème siècle. C'est finalement en 1863, à la suite d'études hydrauliques et de sondages, que la municipalité de Pierre Planchat décide de capter l'eau dans l'Auron près du moulin Saint-Outrille (actuelle rue Henri Sellier) et de construire une "usine élévatoire" (station de pompage) destinée à amener l'eau dans le réservoir supérieur du futur château d'eau. Le château d'eau, construit l'année suivante à l'extrémité sud de la Place Séraucourt, n'est d'abord qu'une grosse tour ronde de 29 mètres de diamètre extérieur et de 14 mètres de hauteur, contenant deux bassins superposés. L'ensemble des travaux a été supervisé par Paul-Adrien Bourdaloue, ingénieur des Ponts et Chaussées, adjoint au maire.

Un concours est lancé en février 1865 par le maire de Bourges pour le décorer "principalement en façade"... d'une fontaine monumentale, décorative ou tout autre édifice ou motif pittoresque"... qui devra fermer la perspective de la Promenande Séraucourt.

Le projet de l'architecte Henri Tarlier est classé en seconde position par le jury qui lui préfère celui d'Albert Tissandier, plus célèbre à l'époque pour ses exploits d'aéronaute (en dirigeable) et son talent de dessinateur de paysage aériens.

Cette architecture "d'habillage" retrouve le contraste des matériaux brique et pierre tout en rappelant le style de l'architecte bérruyer Jean Lejuge au XVIIème siècle avec ses effets de reliefs tirés de l'utilisation savante des bossages et les clefs des niches de part et d'autre de la "fontaine". surmontée d'un fronton interrompu à volutes.

Archéologue et sculpteur berrichon, Jules Dumoutet collabore à la décoration sculptée, entre autres, l'écu de la ville figurant des moutons, porté par un berger et une bergère.

le château est inauguré par le maire et béni par l'archevêque de Bourges, Monseigneur de la Tour d'Auvergne, le dimanche 18 août 1867. Monsieur Planchat expose à la population (28 000 habitants vers 1860) les bienfaits du progrès et de l'eau courante, tout en rappelant la vaillance des Romains due à leur usage des bains... L'archevêque renchérit sur les vertus des "eaux limpides et pures". (source : service du patrimoine de la Ville de Bourges)

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :