Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Martin Heidegger, Acheminement vers la parole (Unterwegs zur Sprache), traduit de l'allemand par Jean Beaufret, Wolfgang Brokmeier et François Fédier, Editions Gallimard, 1976.

"Cette oeuvre de Martin Heidegger constitue l'étape ultime d'un long itinéraire de pensée. Commencé en 1916 (Doctrine des catégories et de la signification), il s'est révélé de plus en plus distinctement, au cours des années et des oeuvres, comme orienté vers la relation qu'entretiennent, depuis leur origine, être et parole.

Six textes, quatre conférences, un essai et un dialogue, jalonnent cet acheminement : "La parole", "La parole dans le poème", "D'un entretien de la parole", "Le déploiement de la parole".

Le titre nomme une insigne expérience de la parole. Comprenons d'abord : l'expérience que fait la pensée face à la parole.

"Faire une expérience, dit le livre, c'est atteindre quelque chose en passant par un chemin." ce qui est atteint dans cet acheminement de la pensée à la parole, c'est une vue de la parole. En cette vue, la parole ne se distingue plus de son déploiement, de la manière dont elle vient à être. Acheminement vers la parole, dès lors, ne signifie plus l'itinéraire emprunté par la pensée pour venir en face de la parole, mais à proprement parler, le "mouvement" dont la parole est l'aboutissement.

Tout le livre culmine dans la tentative de dire la nature de ce "mouvement", autrement dit : comment s'appelle cela, qui chaque fois et toujours s'achemine vers la parole."

heidegger1.jpg

"L'être humain parle. Nous parlons éveillés ; nous parlons en rêve. Nous parlons sans cesse, même quand nous ne proférons aucune parole, et que nous ne faisons qu'écouter ou lire ; nous parlons même si, n'écoutant plus vraiment, ni ne lisant, nous nous adonnons à un travail, ou bien nous abandonnons à ne rien faire. Constamment nous parlons, d'une manière ou d'une autre. Nous parlons parce que parler nous est naturel. Cela ne provient pas d'une volonté de parler qui serait antérieure à la parole. On dit que l'homme possède la parole par nature. L'enseignement traditionnel veut que l'homme soit, à la différence de la plante et de la bête, le vivant capable de parole. Cette affirmation ne signifie pas seulement qu'à côté d'autres facultés, l'homme possède aussi celle de parler. Elle veut dire que c'est bien la parole qui rend l'homme capable d'être le vivant qu'il est en tant qu'homme. L'homme est homme en tant qu'il est celui qui parle. Guillaume de Humbolt l'a bien dit. Pourtant reste entièrement à penser ce que cela veut dire : l'être humain." (Martin Heidegger, "La Parole", Die Sprache)

 

 

 

Partager cet article

Repost 0