Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Raphaël Larrère - Martin de la Sourdière, Cueillir la montagne, plantes, fleurs, champignons en Gévaudan, Auvergne et Limousin, La Manufacture, collection L'homme et la nature, 1985

"Chaque région n'aurait-elle pas son activité spécifique ? Il s'agit pafois de pratiques récentes (comme la traque aux sangliers dans les Cévennes, la récolte des champignons sur le plateau de Millevaches) ; souvent d'usages traditionnels, presque rituels (comme la fabrication du calvados en Normandie ou la confection des confits d'oie dans le Sud-Ouest). les "saisons" ne sont-elles pas pour la Lozère et les régions voisines ce que le tir aux palombes est au Pays basque, la récolte des truffes et des cèpes au Périgord ? N'évoquent-elles pas ce que représente la tenderie aux grives pour les Ardennes, la pêche à pied pour les rivages atlantiques, la capture des alouettes au filet pour les Landes ? Activités pour soi, sources de petits revenus, loisirs, au-delà de leur diversité, ces pratiques ont en commun l'investissement dont elles sont l'objet.

Ce ne sont là pourtant que des activités annexes et presque marginales. L'attachement qu'elles suscitent n'est-il pas lié, précisément, à leur marginalité, à leur précarité ? Et cet attrait ne croît-il pas avec les menaces qui pèsent parfois sur leur maintien ou leur libre exercice ? Elles sont comme la signature d'un pays. Tant qu'on y fera le confit, tant qu'il restera un seul chasseur d'alouettes ou un seul pêcheur de piballes, le littoral landais ne sera pas tout à fait transformé en banlieue résidentielle ou en bronzoir européen. Tant que les "saisons" s'y pratiqueront, cela aura un sens de parler de la Margeride."

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :