Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Pierre Emmanuel, Baudelaire, la femme et Dieu, Editions du Seuil, 1982

Table :

A quinze ans de distance

Note chronologique

L'ARCHETYPE

LA RELIGION EROTIQUE : la vie unitive - contre-religion

LA SPIRITUALISATION ESTHETIQUE : la mystique du goufre - La dandy du gouffre - Le dandy Lucifer

LA PART DE DIEU : un mémento divin : art ou religion ? - Un catholique bien suspect - Une âme sainte ?

Note bibiographique

 

Pierre Emmanuel

Né à Gan (Basses-Pyrénées), le 3 mai 1916. Tandis que ses parents émigraient aux États-Unis, Pierre Emmanuel fut élevé à Lyon par un oncle paternel. Après des études de lettres à l'université de Lyon, il entama une carrière d'enseignant. Venu à la poésie par la lecture de La Jeune Parque de Valéry, il se familiarisa avec les romantiques allemands (Hölderlin) et les auteurs anglais (Hardy, Hopkins). C'est Pierre-Jean Jouve, qu'il rencontra en 1937, qui devait le guider dans ses débuts poétiques ; son premier recueil, Élégies, parut en 1940, mais c'est avec Tombeau d'Orphée (1941) qu'il acquit une véritable reconnaissance. Réfugié dans la Drôme pendant l'Occupation, il poursuivit ses activités d'enseignant et participa à la Résistance. Cette expérience devait lui inspirer ses poèmes parmi les plus visionnaires, "Jours de colère", "Combats avec tes défenseurs", "La liberté guide nos pas". L'œuvre poétique de Pierre Emmanuel demeure l'une des plus importante du XXe siècle. En marge de ses activités de poète, Pierre Emmanuel exerça également le métier de journaliste, collaborant à Témoignage Chrétien, Réforme, Esprit. Chef des services anglais puis américains de la RTF de 1945 à 1959, il donna plusieurs conférences aux États-Unis, et au Canada, et fut visiting professor de différentes universités américaines. Pierre Emmanuel fut élu à l’Académie française le 25 avril 1968.En 1975, Pierre Emmanuel se déclarait « démissionnaire » de l'Académie, pour protester contre l'élection de Félicien Marceau. Mort le 24 septembre 1984. (source : babelio)

"Pour cette réédition d'un essai paru quinze ans auparavant, Pierre Emmanuel écrivit une importante préface qui souligne les affinités électives entre Baudelaire, que T.S. Eliot qualifie "le plus grand archétype du poète moderne" et un poète majeur de notre temps. Affinités éminemment manifestes dans sa trilogie Una, Duel, l'Autre.

"Mon idée directrice est simple : plus un poète est grand, plus sa vie propre - quel qu'en soit le contenu - s'impose à lui comme foyer d'une énigme universelle. En s'efforçant d'exprimer cette énigme, il l'approfondit, et son existence concrète avec elle de façon littéralement déchirante. Sujet privilégié de contradiction, le poète est ainsi le témoin d'une souffrance irréductible qu'il cultive jusque dans la maladie et la faute, comme l'instrument d'une connaissance cachée" (Pierre Emmanuel)

 

Partager cet article

Repost 0