Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Ngaio Marsh, Un piège pour Miss C. (Overture of Death) traduit de l'anglais par Roxane Azimi, 10/18 Grands Détectives,  1940 et 1995

Dame Ngaio Marsh est une écrivaine néo-zélandaise née à Christchurch en 1895. Ngaio signifie en langue māori : "lumière dans les arbres". Tout d'abord décoratrice, elle se laisse cependant séduire par " les planches " et va sillonner la Nouvelle-Zélande et l'Australie durant deux ans, avec la troupe shakespearienne d'Alan Wilkie. En 1932, elle publie son premier roman, Et vous êtes priés d'assister au meurtre de..., mettant en scène l'inspecteur Roderick Alleyn de Scotland Yard. Elle devient très vite une nouvelle reine du huis clos criminel. En 1977, après trente romans, elle reçoit l'Edgar Poe des Mystery Writers of America. Elle reste néanmoins fidèle à sa passion pour le théâtre, continuant de porter à la scène néo-zélandaise les pièces du répertoire classique. Ngaio Marsh a été anoblie en 1966 pour l'ensemble de son œuvre théâtrale et littéraire. (source : babelio)

Extrait :

"Ce fut un spectacle inoubliable que de voir Miss Campanula remercier le public d'un austère hochement de tête, adresser un sourire plus intime au pasteur, descendre les marches avec précaution et, tournant le dos à l'allée centrale, s'installer devant l'instrument. Ce fut un moment glorieux que celui où elle ôta la Suite vénitienne et plaça sur le pupitre son fameux Prélude. Elle l'ouvrit d'une chiquenaude magistrale, le tapota d'un geste espiègle, puis tira son pince-nez de son giron rembourré de soie, qui ressemblait de près au capitonnage de l'instrument. Miss Campanula et le vieux piano semblèrent se dévisager d'un air complice. Miss Campanula creusa le dos et redressa le buste. Le nez à quelques centimètres de la partition, elle leva la main gauche et l'abattit sur le clavier.

Pom, Pom POM.

Les trois accords prétentieux résonnèrent dans la salle.

Misse Campanula fit une pause, et, soulevant son grand pied gauche, écrasa la pédale.

Le silence explosa dans un fracas assourdissant. L'espace d'une seconde, plus rien n'exista en dehors de ce vacarme insoutenable. Un nuage de poussière emplit la salle et, quand il retomba, il fut possible d'identifier différentes sources de ce tintamarre. Les femmes criaient. Les pieds des chaises raclaient le plancher ; les branches de sapin tombaient des murs ; le piano vibrait comme une toupie géante.

Miss Campanula piqua une tête contre la partition qui lui resta collée au visage. Puis, très lentement, elle s'affaissa sur les touches, faisant résonner une dernière note discordante dans les basses. Et elle resta là, sans bouger, dans une posture qui semblait parodier les simagrées d'une virtuosité apprêtée. Elle était morte." (p. 102-103)

Mon avis sur le livre :

Moins célèbre qu'Agatha Christie, Ngaio Marsh mérite cependant de figurer à ses côtés, au panthéon des auteurs de romans policiers, avec John Dickson Carr, Dorothy Sayers, Anthony Berkeley et quelques autres.

Ngaio March réinvestit dans ses romans une connaissance pointue de l'art théâtral : art du dialogue, technique de l'illusion, sens des décors et de l'intrigue, création des personnages, structuration du temps et de l'espace, aménagement du suspens...

Le meurtre intervient généralement dans la seconde partie du roman, après l'analyse fouillée des caractères, la présentation du décor et la peinture à petites touches de l'atmosphère...

L'intrigue a souvent pour cadre une représentation théâtrale. C'est encore le cas ici avec Un piège pour Miss C.

Sur la liste des suspects figurent le propriétaire d'un manoir dans le Dorset, son fils, sa cousine, une vieille fille secrètement amoureuse du pasteur du village, le pasteur, un bel homme au profil de médaille, la fille du pasteur, un médecin de campagne adultère et une belle intrigante, étrangère à la région.

J'ai tout de même réussi à répondre - pour une fois - à la question "Whodunnit ?" bien avant la fin et je n'en suis pas peu fier. Il faut passer en revue la liste des suspects, n'en exclure aucun, utiliser les indices et peser les mobiles respectifs des suspects.

L'élégant inspecteur Roderick Alleyn de Scotland Yard, ancien étudiant d'Eton,  déploie des trésors de sagacité et de diplomatie pour résoudre cette affaire aussi "shocking" que déroutante en évitant de faire trop de dégats dans cette bonne société rurale anglaise d'avant-guerre où il faut sauver à tout prix les apparences.

 

Partager cet article

Repost 0