Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Emmanuel Lévinas, Être juif, suivi d'une Lettre à Maurice Blanchot (sur la création de l'Etat d'Israël), Préface de Danielle Cohen Levinas, Editions Payot, collection Rivages

"La question d’« Être » est au cœur de la réflexion philosophique d’Emmanuel Levinas. Elle constitue, d’un côté, une critique radicale de l’ontologie fondamentale et de la poétique du séjour, et de l’autre, elle déplace l’expérience de la subjectivité du sujet vers la question de l’identité juive, irréductible selon Levinas à ce qu’il appelle « Être juif ».

Le débat sur l’Être juif est porté par des accents tragiques d’après-guerre, dans la mesure où Levinas ne sépare jamais l’existence juive de sa précarité et de la conscience d’une identité marquée à tout jamais par la Shoah.

 

La réflexion de Levinas dans le texte de 1947, Être juif, trouve des prolongements dans une lettre inédite adressée à Maurice Blanchot en mai 1948, rédigée au moment de la création de l’État d’Israël."

"Quand les temples sont debout, quand les drapeaux flottent sur les palais et que les magistrats ceignent leur écharpe - les tempêtes sous les crânes ne menacent d'aucun naufrage. Ce ne sont peut-être que les remous que provoquent, autour des âmes bien ancrées dans leur havre, les brises du monde. La vraie vie intérieure n'est pas une pensée pieuse ou révolutionnaire qui nous vient dans un monde bien assis, mais l'obligation d'abriter toute l'humanité de l'homme dans la cabane, ouverte à tous les vents, de la conscience. Et certes, il est fou de rechercher la tempête pour elle-même, comme si "dans la tempête résidait le repos" (Lermontov). Mais que l'humanité installée puisse à tout moment s'exposer à la situation dangereuse où la morale tienne tout entière dans un "for intérieur", où sa dignité reste à la merci des murmures d'une voix subjective et ne reflète ni ne se confirme plus dans aucun ordre objectif - voilà le risque dont dépend l'honneur de l'homme. Mais c'est peut-être ce risque que signifie le fait même que dans l'humanité se constitue la condition juive. Le judaïsme, c'est l'humanité au bord de la morale sans institutions." (Emmanuel Lévinas, Noms propres, Fata Morgana, p. 144-145)

 

 

Partager cet article

Repost 0