Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Olympe de Gouges, "Femme, réveille-toi !" Déclaration des Droiits de la femme et de la citoyenne, Edition présentée par Martine Reid, Folio/Gallimard

L'ouvrage comporte la Déclaration des droits de la femme et de la citoyenne, quelques textes brefs publiés par Olympe de Gouges entre 1788 et 1793. Sous forme d'affiches ou de brochures, de lettres ouvertes adressées avec force à ses compatriotes, l'auteure y expose ses idées, milite pour l'égalité entre les hommes et les femmes, défend sa pièce de théâtre contre l'esclavage des Noirs, prend ouvertement position contre les Jacobins (Robespierre) et se défend des accusations dont elle est l'objet, jusquà sa comparution devant le Tribunal révolutionnaire. Saisis au domicile d'Olympe de Gouges lors de son arrestation, les textes originaux, généralement signés, sont conservés aux Archives nationales.

Marie Gouze, dite Olympe de Gouges, née à Montauban le  et morte guillotinée à Paris le , est une femme de Lettres française, devenue femme politique. Elle est considérée comme une des pionnières du féminisme français. Auteure de la Déclaration des droits de la femme et de la citoyenne, elle a laissé de nombreux écrits en faveur des droits civils et politiques des femmes et de l’abolition de l’esclavage des hommes NoirsElle est souvent prise pour emblème par les mouvements pour la libération des femmes.

"Femme, réveille-toi ; le tocsin de la raison se fait entendre dans tout l'univers ; reconnais tes droits. Le puissant empire de la nature n'est plus environné de préjugés, de fanatisme, de superstition et de mensonges. Le flambeau de la vérité a dissipé tous les nuages de la sottise et de l'usurpation. L'homme esclave a multiplié ses forces, a eu besoin de recpourir aux tiennes pour briser ses fers. Devenu libre, il est injuste envers sa compagne. Ô femmes ! femmes, quand cesserez-vous d'être aveugles ?"

Olympe de Gouges à l'échafaud

"Parfaitement oubliée il y a encore quelques décennies, Olympe de Gouges figure désormais en bonne place dans l'histoire des femmes de la Révolution et des premières féministes. En 1989, la demande visant à la faire entrer au Panthéon a échoué, mais depuis, quelques rues, bâtiments, salles de spectacle, amphithéâtres et lycées portent en France le nom de l'auteure de la Déclaration des Droits de la femme et de la citoyenne. Ses oeuvres ont été exhumées et rééditées, certaines de ses pièces ont été jouées. Sa vie a fait l'objet de solides biographies, à commencer par celle d'Olivier Blanc, en 1981, et ce avant Benoîte Groult, qui n'a jamais dissimulé son intérêt pour celle qui fut passionnément attachée à la défense des femmes, mais aussi des Noirs et des pauvres. récemment, Olympe de Gouges a également inspiré quelques écrivaines, ainsi que la bande dessinée du dessinateur Catel et du scénariste Jean-Louis Bocquet.

(...) Auteure mineure comme l'époque en compte en nombre, femme de théâtre et pamphlétaire, Olympe de Gouges illustre exemplairement sans doute un moment, celui d'un entre-deux siècles mouvementé qui va rendre possible l'accession des femmes à la parole publique et, plus ouvertement qu'auparavant, à la publication : "Je n'ai vu que d'après mes yeux, je n'ai servi mon pays que d'après mon âme ; j'ai bravé les sots ; j'ai frondé les méchants", écrit-elle alors qu'elle va comparaître devant le tribunal révolutionnaire. Celles qui la précèdent, attentives à leur "condition", n'auraient guère pu rêver de la franchise et de la fougue avec laquelle Olympe de Gouges défend ses positions ; quant à celles qui la suivent, elles bénéficieront incontestablement de la liberté d'expression encouragée par la Révolution pour poursuivre, George Sand en tête, mais aussi Flora Tristan ou les sympathisantes du mouvement saint-simonien, la dénonciation des inégalités, réclamant pour les femmes, longtemps en vain, l'obtention des droits civils et politiques. C'est ainsi, rétrospectivement surtout, que le geste d'Olympe de Gouges prend toute sa valeur et tout son sens. - pour s'inscrire dans une histoire longue, et combien lente, celle de l'accession des femmes à l'égalité. (Martine Reid)

Notes : Olivier Blanc, Marie-Olympe de Gouges. Une humaniste à la fin du XVIIIème siècle, Paris, Editions Syros, 1981. Olivier Blanc a également édité les Ecrits politiques d'Olympe de Gouges aux éditions Indigo et Côté-Femmes, 1993, 2 volumes.

Benoîte Groult, Ainsi soit Olympe de Gouges, Paris, Grasset, 2013 (une biographie romancée suivie de quelques textes politiques). L'ouvrage fait suite à un recueil d'extraits de l'oeuvre paru au Mercure de France en 1986

 

Partager cet article

Repost 0