Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

Jérôme Leroy, Big Sister, E.J.L. 2001 et Librio

Né à Rouen, Jérôme Leroy, longtemps professeur de Lettres, est écrivain et journaliste. Il est l'auteur de romans, de nouvelles et de poèmes. Il a aussi réalisé plusieurs anthologies (éd. Sortilèges, Actes Sud, Les Belles Lettres). Il a créé et dirigé la collection « novella sf » aux éditions du Rocher. Les thèmes abordés dans les livres de Jérôme Leroy relèvent souvent de la critique sociale et du refus d'un monde de plus en plus déshumanisé, déchiré par la guerre de tous contre tous et les crises écologiques

"Big Sister est une machine omnisciente, l'organe de contrôle d'une société où les pics de pollution et l'orthodoxie libérale sont devenus la règle. Servi par des officiers impeccablement dociles, le super-ordinateur peu à peu s'autonomise et prend seul les grandes décisions stratégiques. Céline Loup, gauchiste militante qu"on" a déjà essayé de supprimer, et le lieutenant François Kiefer, rongé par le doute et amoureux de la belle, tentent pourtant d'échapper au contrôle de "Big Sister"... Pour combien de temps ?"

Extraits :

"Elle comprit alors, en regardant le visage vide de la cible, que si les romans n'avaient pas pour titre, au moins depuis les années trente, le nom d'un personnage, c'était parce que la figure de l'homme avait disparu progressivement de la réalité. La réalité fonctionnait même de mieux en mieux sans lui. A la limite, maintenant, l'homme aurait plutôt eu tendance à la gêner, la réalité." (p. 21)

"Les années passant, elle avait de plus en plus l'impression de vivre dans une société qui ressemblait à un asile insalubre, peuplé de fous abrutis par des doses massives de psychotropes. Les tempêtes dévastaient périodiquement le territoire, on passait de la canicule à des pluies diluviennes en quelques heures, le niveau des eaux montait un peu plus chaque année et, dans les grandes villes, il y avait des pics de pollution toutes les quarante huit heures dès le mois de mars. Mais cela n'empêchait pas une sorte d'optimisme béat, dans les discours officiels : les infos débitaient au kilo des reportages sur la croissance fabuleuse, l'incroyable essor  de la nouvelle économie, les formidables innovations technologiques, et tout le monde, ou presque, faisait mine de le croire. Ou, pire encore, le croyait vraiment." (p. 24)

"Tu es sans pitié, Big Sister ! sourit avec une légère amertume le lieutenant qui entrevit, un court instant, un certain nombre de brèves dans les journaux relatant des explosiions, des crises cardiaques, des suicides, des accidents de la route, dont il savait pertinemment qu'ils n'avaient rien de naturel." (p. 29)

Mon avis sur le roman :

"Big Sister" : le titre fait évidemment allusion au roman de George Orwell, 1984 et au personnage (invisible, mais omniprésent) de "Big Brother".

Il ne s'agit pas vraiment d'un roman d'anticipation, mais plutôt d'une "dystopie", porteuse d'une réflexion sur notre époque : à quoi pourrait ressembler l'avenir (celui de nos enfants et de nos petits-enfants) si nous continuons à vivre comme nous le faisons actuellement,  en épuisant les ressources de la planète, en privilégiant la "pensée calculante", en ne jurant que par le profit et en déléguant notre pouvoir de décision aux technocrates et aux ordinateurs ?

Le roman de Jérôme Leroy est peut-être encore plus effrayant que 1984 ou que Le Meilleur des Mondes car  ce n'est pas un monde de pure fiction, mais bien celui dans lequel nous vivons actuellement que décrit l'auteur, et il le fait avec une précision quasi chirurgicale et en forçant à peine le trait, un monde saccagé par la pollution, dominé par le culte du profit, décervelé par les médias, miné par le terrorisme et où les "déviants" sont impitoyablement pourchassés et éliminés.

"Big Brother", comme tout bon polar qui se respecte, met en scène un homme et une femme, Céline Loup, alter-mondialiste militante  et le lieutenant François Kieffer, "rongé par le doute et amoureux de la belle", seuls ou quasiment seuls contre "Big Sister", un ordinateur omniscient qui a pris le contrôle de la société.

On suit en parallèle les états d'âme de deux autres personnages : Marc Borde, conservateur de musée et amateur d'art qui a perdu sa femme et qui trouve la force de lui survivre en tournant le dos au "monde insupportable qui l'entoure" et Jean-Marie Geoffroy, un requin de la finance qui fait son chemin de Damas après un attentat raté contre sa personne et décide se retirer dans un monastère après avoir distribué tous ses biens aux pauvres et aux associations qui luttent contre le système. A se demander si le pape François n'aurait pas bouquiné Jérôme Leroy avant de mettre à son encyclique Laudato si', à moins que ce ne soit l'inverse, comme me le suggère un commentaire.

La thématique est très proche de celle de Philip K. Dick dans Les marteaux de Vulcain, dont l'auteur s'est très certainement inspiré, mais la vision de Jérôme Leroy est beaucoup plus actuelle et sa conclusion est loin d'être aussi optimiste.

 

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :