Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Poésies complètes

L'oeuvre poétique complète d'Emily Dickinson était jusqu'à présent inédite en France : cette traduction par Françoise Delphy, fondée sur l'édition définitive des poèmes de Dickinson publiée aux Etats-Unis en 1999, entend donner à découvrir au public français, en version intégrale et bilingue, la poésie de cet écrivain hors du commun.
 

"La voix d'Emilie - celle qui sort du sarcophage doré d'un poème au moment de l'ouverture - est une voix précipitée, comme de quelqu'un qui accourt vers nous de si loin qu'il arrive hors d'haleine. Beaucoup de tirets et de condensations : la voix d'un ange asthmatique, ou celle d'une petite fille porteuse d'une nouvelle si incroyable que tous les mots se bousculent dans sa bouche, tant elle est persuadée que nous ne l'entendrons pas." (Christian Bobin La dame blanche, p. 81)

"Si je lis un livre et qu'il rend tout mon corps si glacé qu'aucun feu ne pourra jamais le réchauffer, je sais alors que c'est de la poésie. Si je sens le sommet de ma tête arrachée, je sais aussi qu'il s'agit de poésie. ce sont mes deux seules façons de la savoir. Y en a-t-il d'autres ?"  (p. 85)

Afficher l'image d'origine

I dwell in Possibility

A fairer House than Prose

More numerous of Windows

Superior - for Doors -

 

Of Chambers as the Cedars -

Impregnable of eye -

And for an everlasting Roof

The Gambrels of the Sky -

 

Of Visitors - the fairest -

For Occupation - This -

The spreading wide my narrow Hands

To gather Paradise -

 

J'habite le Possible -

Maison plus belle que la Prose -

Aux plus nombreuses Fenêtres -

Et mieux pourvue - en Portes -

 

Ses Chambres comme le Cèdre -

Vie imprenable -

Et pour Toit éternel

Les Voussures du Ciel -

 

Pour Visiteurs - les plus beaux -

Comme Occupation - Celle-ci -

Ouvrir toutes grandes mes Mains étroites

Pour cueillir le Paradis -

(Emily Dickinson, Poésies complètes traduites par Françoise Delphy, Flammarion, p. 440)

Afficher l'image d'origine

I'm Nobody ! Who are you ?

Are you - Nobody - too ?

Then there's a pair of us !

Dont tell ! The'd advertise - you know !

 

How dreary - to be - Somebody !

How public - like a Frog - to tell one's name - the livelong June -

To an admiring Bog

 

Je suis Personne ! Qui êtes vous ?

Êtes-vous - Personne - aussi ?

Ainsi nous faisons la paire !

Ne le dites pas ! Ils le feraient savoir - c'est sûr !

 

Comme c'est ennuyeux - d'être - Quelqu'un !

Public - comme une Grenouille

Qui crie son nom - tout le long de Juin -

A un Marécage béat !

(Emily Dickinson, Poésies complètes, traduites par Françoise Delphy, Flammarion, p. 228)

Afficher l'image d'origine

Water in tought by thirst,

Land - by the Oceans passed.

Transport by throe -

Peace, by it's battle told -

Love, by memorial mold -

Birds, by the snow.

 

On apprend l'eau par la soif. 

La Terre - par les Océans traversés.

La Jubilation - par les affres -

La Paix, par le récit des batailles -

L'Amour, par l'humus de la tombe -

Les Oiseaux, par la neige

(Emily Dickinson, Poésies complètes, traduites par Françoise Delphy, Flammarion, p. 93)

Afficher l'image d'origine

The Child's faith is new -

Whole - like His Principle -

Wide - like the Sunrise

On fresh Eyes -

Never had a Doubt -

Laughs - at a scruple -

Believes all sham

But Paradise -

 

Credits the World -

Deems His Dominion

Broadest of Sovreignties -

And Caesar - mean -

In the Comparison

Baseless Emperor -

Ruler of nought,

Yet swaying all -

 

Grown bye and bye

To hold mistaken 

His pretty estimates

Of Prickly Things

He gains the skill

Sorrowful - as certain -

Men - to anticipate

instead of Kings

 

La foi de l'Enfant est neuve -

Entière - comme son Principe -

Vaste - comme le Lever du Soleil

Pour des Yeux vierges -

Il ne connaît pas le Doute -

Se rit - du moindre scrupule - 

Croit que tout est imposture

Sauf le Paradis -

 

Il fait confiance au Monde -

Considère qu'Il est le Souverain

Absolu de son Royaume -

Et César - un moins que rien -

Comparé à lui -

Empereur sans fondement -

Gouverneur de rien,

Pourtant maître de tout -

 

Petit à petit il grandit

S'apercevant que ses jolis jugements

Sur d'épineux Problèmes

Etaient erronés

Il devient habile

Désolante - certitude -

A prévoir - qu'il aura affaire à des Hommes

Et non à des Rois -

(ib., p.653)

 

Partager cet article

Repost 0