Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Afficher l'image d'origine

Yves Bonnefoy et sa fille Mathilde, mars 1974

Photographie : Lucy Vines
Source : Magazine Littéraire, juin 2003, no 421

 

Yves Bonnefoy est un poète, critique et traducteur français.

Yves Bonnefoy a passé les baccalauréats de mathématiques et de philosophie au lycée Descartes de Tours, où il fait la lecture, déterminante, de la "Petite Anthologie du surréalisme" de Georges Hugnet, prêté par le professeur de philosophie.

Il a fait des études de mathématiques, d'histoire des sciences et de philosophie dans les classes préparatoires du lycée Descartes, puis à l'Université de Poitiers, et à la Sorbonne, lorsqu'il décide en 1943 de s'installer à Paris et de se consacrer à la poésie.

De 1945 à 1947, il est proche des surréalistes. Il crée en 1946 une revue, La Révolution la Nuit, dans laquelle il publie un fragment de son long poème encore surréaliste, "Le Cœur-espace".

De 1949 à 1953, il fait des voyages d'études, grâce à des bourses : en Italie, aux Pays-Bas, en Angleterre. Son Diplôme d’Études supérieures (aujourd’hui détruit) porte sur "Baudelaire et Kierkegaard"; puis il est pendant trois ans attaché de recherches au C.N.R.S. pour une étude de la méthodologie critique aux États-Unis.

Yves Bonnefoy publie en 1953 son premier recueil de poèmes "Du mouvement et de l'immobilité de Douve".

En 1955, il réalise avec le scénariste Roger Livet un film, "Royaumes de ce monde" qui reçoit le Grand prix des premières Journées Internationales du court-métrage, fondées à Tours.

Les trois volumes de poèmes des années suivantes "Hier régnant désert" (1958), "Pierre écrite" (1965), "Dans le leurre du seuil" (1975) sont rassemblés, avec "Du mouvement et de l'immobilité de Douve", dans un livre intitulé "Poèmes" en 1978.

Puis viennent "Ce qui fut sans lumière" en 1987, "Début et fin de la neige" en 1991, "La Vie errante" en 1993, "Les Planches courbes" en 2001, "La Longue Chaîne de l’ancre" en 2008. Bonnefoy publie aussi "L’Arrière-pays" en 1972, qui est un récit autobiographique et des poèmes en prose, avec "Rue Traversière" (1977).

Outre de nombreuses réflexions philosophiques ou critiques et maints travaux de traducteur, Yves Bonnefoy est une figure majeure de la poésie contemporaine française. (source : babelio)

Afficher l'image d'origine

  V

Que ce monde demeure,

Que les mots ne soient pas

Un jour ces ossements

Gris, qu'auront becquetés,

 

Criant, se disputant,

Se dispersant,

Les oiseaux, notre nuit

Dans la lumière.

 

Que ce monde demeure

Comme cesse le temps

Quand on lave la plaie

De l'enfant qui pleure.

 

Et lorsque l'on revient

Dans la chambre sombre

On voit qu'il dort en paix,

Nuit, mais lumière.

Yves Bonnefoy

Les planches courbes, La pluie d’été, Que ce monde demeure

Afficher l'image d'origine

Je redresse une branche

Qui s'est rompue. Les feuilles

Sont lourdes d'eau et d'ombre

Comme ce ciel, d'encore

 

Avant le jour. Ô terre,

Signes désaccordés, chemins épars,

Mais beauté, absolue beauté,

Beauté de fleuve,

 

Que ce monde demeure,

Malgré la mort !

Serrée contre la branche

L'olive grise.

Yves Bonnefoy

Les planches courbes

Gallimard, 2006

Partager cet article

Repost 0