Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Afficher l'image d'origine

Bernard Maris, Houellebecq économiste, Flammarion 2014, collection Champs Essais

Afficher l'image d'origine

Michel Houellebecq, né Michel Thomas le 26 février 1956 (ou 1958) à Saint-Pierre (La Réunion), est un écrivain, poète et essayiste français.

Il est, depuis la fin des années 1990, l'un des auteurs contemporains d'expression française les plus traduits dans le monde. En parallèle de ses activités littéraires, il est également chanteur, réalisateur et acteur, s'illustrant notamment en 2014 dans deux films : L'Enlèvement de Michel Houellebecq et Near Death Experience. Il est révélé par les romans Extension du domaine de la lutte et, surtout, Les Particules élémentaires, qui le fait connaître d'un large public. Ce dernier roman, et son livre suivant Plateforme, sont considérés comme précurseurs dans la littérature française, notamment pour leur description de la misère affective et sexuelle de l'homme occidental dans les années 1990 et 2000. Avec La Carte et le Territoire, Michel Houellebecq reçoit le prix Goncourt en 2010, après avoir été plusieurs fois pressenti pour ce prix.

Afficher l'image d'origine

Bernard Maris (1946-2015) était économiste, journaliste (notamment sur France-Inter et à Charlie Hebdo, où il signait "Oncle Bernard") et écrivain. parmi ses derniers ouvrages publiés : Marx, ô Marx, pourquoi m'as-tu abandonné ? (Champs, 2012), Et si on aimait la France (Grasset, 2015)

Quatrième de couverture

"Servitude, frustration, angoisse sous l'impitoyable « loi de l'offre et de la demande » ou celle de la « destruction créatrice » ; souffrance dans les eaux glacées du calcul égoïste et l'extension du domaine de la lutte qui conduira à la disparition de l'espèce? Tel est l'univers des héros houellebecquiens. Comme Balzac fut celui de la bourgeoisie conquérante et du capitalisme triomphant, Michel Houellebecq est le grand romancier de la main de fer du marché et du capitalisme à l'agonie.Dans ce surprenant essai littéraire, l'économiste Bernard Maris nous invite à lire Houellebecq à travers le prisme des grands auteurs (Malthus, Schumpeter, Keynes, Marx). Vous aimiez l'écrivain ? Il vous paraîtra encore plus grand sous ses habits d'économiste.Vous le détestiez ? Son respect du travail, des femmes, du lien amoureux, et son mépris pour le libéralisme et l'économie vous le feront aimer." (Création Studio Flammarion Illustration Nicolas Wiel © Flammarion© 2014)

Citations :

"Houellebecq économiste était un sourire, bien sûr... Un sourire pour dévoiler la truste morale et la forte poigne dissimulées sous les oripeaux d'une science. Car il n'y a pas de science économique ; il y a de la souffrance masquée sous de l'offre et de la demande, autrement dit de la poésie et de la compassion constamment laminées par le talon de fer du marché - marché des biens, du travail, du sexe.

"Elle voyait bas, elle voyait juste", fait dire Céline à l'un de ses personnages dans Mort à crédit. C'est de vie à crédit qu'il s'agit chez Michel Houellebecq, et le désespoir de ses personnages n'a rien à envier à ceux du docteur fou de Meudon.

Dans les rues désertes de Rouen errent des bandes de jeunes, analphabètes et antipathiques, vaguement violents, tandis que les ascenseurs de la Défense portent des cadres stressés, dévoués à leur boîte, à leurs chefs et à leurs rétributions, fébriles et malheureux, ignares malgré leurs tableaux Excel ; au pied des rutilants immeubles, se battent des clochards ; de vieux hommes achètent de jeunes sexes, tandis qu'une hippie laisse crever son rejeton dans les excréments ; des snuff movies exhibent des actes de barbarie inouïe contemplés par des partouzards ; et tout ce monde immonde se farde des mots de l'économie  : croissance, compétition, commerce, exportation... Quelle farce !

Osez regarder ce que vous êtes, petits esclaves bien nourris, osez regarder la ruine où vous conduit votre course. vous vous précipitez en concurrence du haut des falaises, comme les porcs de la Bible. Osez regarder votre suicide collectif : "N'ayez pas peur du bonheur, il n'existe pas." On a voulu en faire une idée neuve pour vous, nigauds, puis la quantifier, ce fut le rôle de l'économie, née de la toute-puissante raison, des Lumières et de la Révolution. On vous promet du pouvoir d'achat ou des emplois ou des objets, et vous n'êtes que des chiffres dans des tableaux dressés par des employés du chiffre. Et encore : un chiffre a plus de réalité que vous, il appartient au monde mathématique, et vous ne valez même pas la série de votre carte sécu.

A moins que... A moins que vos yeux se dessillent au mot "amour" ?

Allons donc ! Pour vous rabaisser, on a inventé les films porno, les clubs échangistes, et le cap d'Agde.

Rien. Rien ne vous sauvera.

"Rien, cette écume, vierge vers,

A ne désigner que la coupe ;

telle loin se noie une troupe"

(Stéphane Mallarmé, "Salut", in Poésies, 1899)

Votre vie n'a pas plus de valeur que celle d'une portée de chatons promis à la noyade.

Non. Vous n'ouvrirez pas les yeux. Jamais vous ne balayerez la poussière grise des chiffres, de la pub, des slogans, qui macule vos yeux, que vous ne pouvez déjà plus ouvrir, pauvres chevaux dont on crevait les yeux, avant de les descendre à la mine...

Et c'est bien. Sur les terrils, la végétation..."

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0