Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

le9782253051381.jpg

Figaro, seul, se promenant dans l'obscurité, dit du ton le plus sombre :

"O femme! femme! femme! créature faible et décevante!... nul animal créé ne peut manquer à son instinct: le tien est-il donc de tromper?... Après m'avoir obstinément refusé quand je l'en pressais devant sa maîtresse; à l'instant qu'elle me donne sa parole, au milieu même de la cérémonie... Il riait en lisant, le perfide! et moi comme un benêt... Non, monsieur le Comte, vous ne l'aurez pas... vous ne l'aurez pas. Parce que vous êtes un grand seigneur, vous vous croyez un grand génie!... Noblesse, fortune, un rang, des places, tout cela rend si fier! Qu'avez-vous fait pour tant de biens? Vous vous êtes donné la peine de naître, et rien de plus. Du reste, homme assez ordinaire; tandis que moi, morbleu ! perdu dans la foule obscure, il m'a fallu déployer plus de science et de calculs pour subsister seulement, qu'on n'en a mis depuis cent ans à gouverner toutes les Espagnes: et vous voulez jouter... On vient... c'est elle... ce n'est personne. - La nuit est noire en diable, et me voilà faisant le sot métier de mari quoique je ne le sois qu'à moitié! (Il s'assied sur un banc.) Est-il rien de plus bizarre que ma destinée ! Fils de je ne sais pas qui ; volé par des bandits, élevé dans leurs moeurs, je m'en dégoûte et veux courir une carrière honnête ; et partout je suis repoussé ! J'apprends la chimie, la pharmacie, la chirurgie, et tout le crédit d'un grand seigneur peut à peine me mettre à la main une lancette vétérinaire..."

"à l'instant qu'elle" : à l'instant où elle

"au milieu même de la cérémonie" : il s'agit de la cérémonie de fiançailles entre Suzanne et Figaro.

"un benêt" : un sot, un nigaud

"et vous voulez jouter" : rivaliser, lutter (joute : combat à cheval d'homme à homme avec la lance)

"lancette" : instrument de chirurgie pour pratiquer la saignée

(Le mariage de Figaro, acte V, scène 3)

Jean-Marc_Nattier-_Portrait_de_Pierre-Augustin_Caron_de_Bea.jpg

Beaumarchais (1732-1799)

Pierre-Augustin Caron de Beaumarchais est l’une des figures emblématiques du siècle des Lumières. Fils de l’horloger Caron, Beaumarchais connut une enfance heureuse dans un milieu parisien,  ouvert et cultivé d’artisans de luxe. Le goût de la parade, du comique libre, qui caractérise les premières productions de Beaumarchais, se double d’une passion toute différente pour le drame bourgeois. Selon lui, seul le drame sérieux peint avec exactitude les mœurs des hommes. Des pièces telles Le Barbier de Séville (1775), Le Mariage de Figaro (1784) qui eut plus d’une centaine de représentations de son vivant, ou encore La Mère coupable (1792) sont caractéristiques de ce nouveau genre théâtral. Beaumarchais est aussi un homme de combat qui récuse les privilèges et prône une société fondée sur le mérite et sur le travail. En témoignent le fameux monologue de Figaro de l’acte V, scène 3 : « Vous vous êtes donné la peine de naître et rien de plus » ou encore la préface du Mariage de Figaro : « sans la liberté de blâmer il n’est point d’éloge flatteur » ou encore : « il n’y a que les petits hommes qui redoutent les petits écrits ».

Etudes littéraires, biographie rédigée par Benjamin link

La situation d'énonciation :

Figaro, au service du comte Almaviva, va épouser Suzanne, femme de chambre de la comtesse. Mais le comte est bien décidé à tromper sa femme avec la jeune fiancée. Figaro, Suzanne et sa maîtresse s'unissent pour déjouer les projets du comte.

Ces dernières ont décidé de changer de rôle pour démasquer l'infidèle, mais Figaro n'est pas au courant ; il croit que Suzanne a rendez-vous avec le comte, la nuit dans le parc et cherche à les suprendre.

Figaro est seul en scène et interpelle d'abord Suzanne, puis le comte qui ne sont présents ni l'un ni l'autre. La double énonciation théâtrale (les paroles prononcées par un personnage sont destinées à un autre personnage et/ou au public) permet de créer une situation qui n'est pas admise dans la vie courante.

Plan du monologue :

1) Figaro se plaint des femmes en général et de Suzanne en particulier

2) Figaro s'en prend au comte

3) Figaro évoque la "bizarrerie" de sa destinée

Fonctions du monologue :

Fonction explicative : Figaro se parle à lui même, mais il parle en même temps à Suzanne et au comte, ce qui rend le monologue moins artificiel. Il permet au spectateur de se mettre à la place de Figaro, de comprendre ses pensées, ses sentiments, ses difficultés. Le monologue nous informe sur Figaro, qui passe du statut de personnage de théâtre à celui de personnage de roman picaresque.

Fonction dramatique : les paroles de Figaro contre Suzanne montrent qu'il n'est pas au courant du complot, elles instaurent une suspense, une attente chez le spectateur : "Et vous voulez jouter !".

La forme :

La syntaxe et la ponctuation expressives (points d'exclamation, points d'interrogation, points de suspension) soulignent l'état d'esprit de Figaro : son émotion, son indignation, sa colère, mais aussi un certain désarroi. Beaumarchais transcrit les pensées du personnage telles qu'elles surgissent. Le monologue n'a donc pas la cohérence d'un discours élaboré et suivi ("Il riait en lisant, le perfide ! et moi comme un benêt !...").

Figaro emploie parfois un registre familier, propre à sa condition ("Morbleu !", "La nuit est noire en diable."), mais s'exprime aussi de façon soutenue, apparaissant alors comme le porte-parole de l'auteur : "Parce que vous êtes un grand seigneur, vous vous croyez un grand génie !... noblesse, fortune, un rang, des places ; tout cela rend si fier ! Qu'avez-vous fait pour tant de biens ! vous vous êtes donné la peine de naître et rien de plus..."

Les registres :

Le monologue joue sur plusieurs registres :

dramatique : suspens par rapport à l'action, pathétique : registre dominant qui apparaît dès la didascalie initiale : "Figaro, seul, se promenant dans l'obscurité, dit du ton le plus sombre", comique : "Et moi comme un benêt !", "Et me voilà faisant le sot métier de mari, quoique je ne le sois qu'à moitié.", satirique :  "Vous vous êtes donné la peine de naître", "du reste homme assez ordinaire."

La critique des privilèges :

Elle s'opère à travers des antithèses exprimées dans des formules frappantes qui comparent la situation du comte à celle de Figaro :

Le comte : "grand seigneur", "noblesse", "fortune", "place" - Figaro : roturier, domestique du comte - Le comte : naissance illustre - Figaro : élevé par des bandits, ne connaît pas ses parents - Le comte : "fier" - Figaro : obligé de se montrer humble et obéissant - Le comte : ambassadeur - Figaro : domestique, barbier - Le comte : "s'est donné que la peine de naître et rien de plus." - Figaro : "perdu dans la foule obscure, il m'a fallu déployer plus de science et de calculs pour subsister seulement qu'on n'en a mis en cent ans à gouverner toutes les Espagnes." - Le comte : "homme assez ordinaire" - Figaro : homme assez extraordinaire

Cette comparaison a une portée morale et politique : à travers le monologue de Figaro, Beaumarchais critique le sentiment de supériorité que confère la naissance et dénonce les privilèges de la noblesse.

Ce passage témoigne d'une transformation importante chez Figaro, désormais résolu à se battre au lieu de se plaindre et d'affronter le comte au lieu de biaiser comme il l'a fait jusqu'à présent.

Les difficultés et les atouts de Figaro :

Les difficultés de Figaro sont de deux ordres : sa naissance et sa situation sociale, sa situation par rapport au comte et à Suzanne.

- Sa situation sociale :

Figaro est lucide sur sa situation sociale : élevé par des bandits, il n'a jamais connu ses parents et sa fonction est loin d'être prestigieuse ("et tout le crédit d'un grand seigneur peut à peine me mettre à la main une lancette vétérinaire.")

Mais il est également conscient de ses atouts par rapport au comte : "Parce que vous êtes un grand seigneur, vous vous croyez un grand génie !...", "Tandis que moi, morbleu ! perdu dans la foule obscure, il m'a fallu déployer plus de science et de calculs pour subsister seulement, qu'on n'en a mis depuis cent ans à gouverner toutes les Espagnes ; et vous voulez jouter..."

- sa situation par rapport au comte et à Suzanne :

Selon les trois axes du schéma actanciel définis par Algirdas Julien Greimas, l'axe du désir, l'axe du pouvoir et l'axe du savoir, sa situation se présente ainsi :

Axe du désir : il aime Suzanne et ne veut pas qu'elle soit au comte ("non, Monsieur le Comte, vous ne l'aurez pas... vous ne l'aurez pas.")

Axe du pouvoir : si Suzanne avait vraiment cédé aux assiduités du comte, Figaro ne pourrait pas grand chose. Il ne pourrait pas obliger Suzanne à lui être fidèle, pas plus qu'il ne pourrait provoquer le comte en duel (inégalités des conditions).

Le monologue de Figaro se poursuit sur une centaine de lignes (!) dans lesquelles Figaro ne parle que de lui même, mais cette insistance montre bien son désarroi : tous ses mérites ne peuvent rien contre les prestiges de la naissance auxquels Suzanne a, croit-il, succombé.

Axe du savoir : Figaro croit que Suzanne a accordé un rendez-vous au comte, mais il ne sait pas ce que savent les spectateurs : le complot des femmes contre le comte et le fait que sa situation n'est pas aussi désespérée qu'il le pense.

On remarque que Suzanne apparaît deux fois dans le schéma actanciel ayant pour structure Suzanne/Figaro dans l'axe du désir : comme objet et comme adjuvante, alors que le comte n'apparaît qu'une fois comme opposant. On remarque également que Figaro n'apparaît qu'une fois (il est hors circuit de la communication étant à la fois le destinataire et le destinateur de l'objet), que le Comte n'apparaît pas du tout et que Suzanne et la Comtesse apparaissent trois fois chacune dans l'axe du savoir.

Conclusion :

Reprenez les conclusion partielles auxquelles vous avez abouti (bilan) et montrez ensuite (ouverture) que ce ne sont pas les hommes qui ont le pouvoir dans cette pièce, mais les femmes et que leur comportement dément la première phrase du monologue de Figaro : "Ô femme, femme créature faible et décevante ! Nul animal crée ne peut manquer à son instinct. Le tien est-il donc de tromper..."

 

 

 

Partager cet article

Repost 0