Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

maison atypique coquillage nautilus mexique

Javier Senosiain, La maison Nautilus (Mexique)

Méthodologie de la synthèse de documents (rappel) :

Utiliser la 3ème personne du singulier et du pluriel (il, elle, l'auteur, les auteurs, l'écrivain, le journaliste, etc.)

Le correcteur évalue plusieurs éléments :

1) La problématique : c'est une question à laquelle chaque document peut répondre de façon autonome et qui regroupe les différents éclairages réunis dans le corpus.

2) Le plan qui doit répondre à la question posée dans la problématique.

3) La neutralité et l'objectivité : on doit analyser uniquement les idées des auteurs sans donner son avis personnel.

4) La capacité de relever les idées essentielles de chaque document

5) La confrontation de chacun des documents ; les idées qui se ressemblent, qui s'opposent, qui se prolongent.

6) La pertinence de l'analyse qui sera reprise dans la conclusion.

INTRODUCTION : elle comprend quatre étapes :

- Phrase de présentation de l'idée transversale du corpus 

- Présentation du corpus de la manière suivante : "C'est justement ce dont traite ce corpus composé de x documents qui s'étendent du.... au ... siècle." Il s'ouvre sur nom de l'auteur, "extrait", titre de l'oeuvre, année, édition + une phrase qui résume ce dont traite le document. Le corpus se clôt sur nom de l'auteur, "extrait", titre de l'oeuvre, édition + une phrase qui résume ce dont traite le document.

- Aussi... problématique

- Annonce du plan : "nous verrons dans un premier temps..., puis dans un deuxième temps... et enfin..."

Sauter 2 lignes

DEVELOPPEMENT : Il comprend idéalement 2 ou 3 grandes parties composées chacune de 2 ou 3 sous-parties. Chaque partie doit faire appel à l'ensemble des auteurs. Chaque sous-partie doit faire appel au minimum à 3/4 des documents de manière à retrouver l'ensemble des documents du corpus.

CONCLUSION : Rédiger des phrases courtes qui synthétisent le développement et soulignent la réponse à la problématique.

Exemple de synthèse de documents (40 points)

Vous rédigerez une synthèse concise, objective et ordonnée des documents suivants.

Document 1. Jacques Goimard, "Merveilleux", Encyclopaedia Universalis, 2014.

Document 2. Emmanuel Frois, "Extrêmement fort et incroyablement près ; puissant mélodrame", Le Figaro, 28 février 2012

Document 3. Edgar Allan Poe, "La chute de la maison Usher", Nouvelles histoires extraordinaires, 1884

Document 4. Javier Senosiain, La maison Nautilus (Mexique)

Corrigé :

Introduction :

Présentation des documents :

Le merveilleux est un genre qu'abordent aussi bien les arts visuels (peinture, architecture, cinéma) que la littérature. C'est justement ce dont traite ce corpus composé de quatre documents. Il s'ouvre sur un article de 2014 intitulé « Merveilleux » de L'Encyclopaedia universalis, dans lequel l'auteur, Jacques Goimard, distingue plusieurs types de merveilleux : le merveilleux humain, le merveilleux magique et le merveilleux surnaturel. Le deuxième document est un article d'Emmanuel Frois, « extrêmement fort et incroyablement près, puissant mélodrame », paru dans le journal Le Figaro du 28 février 2012 à propos d'un film de Stephen Daldry. Le troisième document est un extrait de la fin d'une nouvelle fantastique d'Edgar Alan Poe, « La Chute de la maison Usher », dans les Nouvelles histoires extraordinaires, traduites par Charles Baudelaire. Le corpus se clôt sur une photographie de l'étonnante « maison Nautilus », construite au Mexique par l'architecte Javier Senosiain.

Problématique :

Comment les théoriciens et les créateurs traitent-ils du merveilleux ?

Annonce du plan :

Trois axes seront abordés : le merveilleux humain, le merveilleux magique et le merveilleux divin ou surnaturel.

Développement :

Première partie

Selon Jacques Goimard, l'auteur de l'article de l'Encyclopaedia universalis, le merveilleux repose sur la coïncidence et l'effet de surprise. L'auteur distingue trois formes de merveilleux : le merveilleux divin, le merveilleux magique et le merveilleux humain.

Les exploits "surhumains" des guerriers et des sportifs relèvent du merveilleux humain. Le monde du merveilleux magique, celui des contes de fées, est un monde totalement séparé du nôtre, aussi bien dans le temps que dans l'espace ; les êtres vivants et les objets y sont dotés de pouvoirs surnaturels.

Selon Jacques Goimard, la merveille magique peut être le sujet de la narration ; il donne l'exemple de la licorne ou une fonction narrative (un adjuvant),  par exemple le noisetier dans Cendrillon. Il est parfois difficile de distinguer entre le merveilleux humain et le merveilleux magique. Jacques Goimard donne l'exemple des exploits de Roland dans la Chanson qui porte son nom.

Deuxième partie

Selon Emmanuel Frois, le merveilleux dans le film de Stephen Daldry, Extrêmement fort et incroyablement près (Extremely Loud and Incredibly Close), repose sur plusieurs facteurs : la personnalité extraordinaire des protagonistes, dotés des "super-pouvoirs" d'une l'intelligence atypique : celle d'Oscar, un enfant autiste de haut niveau (Asperger), celle de son père et celle du "locataire". La relation que l'enfant entretient avec son père décédé dans l'attentat du 11 septembre 2001 à New-York et la quête elle-même, avec sa mission pleine de suspense, de coïncidences et d’effets de surprise, son objet (une serrure correspondant à une clé que son père a léguée à Oscar), ses adjuvants et ses opposants, est caractéristique des contes de fées.

Malgré les coïncidences extraordinaires et les effets de surprise, le film de Stephen Daldry reste en général dans les limites du merveilleux humain, mais il en franchit parfois les frontières pour toucher non seulement au merveilleux magique des contes de fées, mais encore au merveilleux surnaturel, en suggérant que le père et le fils communiquent par-delà la mort. Toutefois, il s'agit d'un merveilleux plus bénéfique que maléfique, comme dans la Chute de la maison Usher d'Edgar Poe.

Le merveilleux humain se retrouve dans l'étonnante architecture de la maison Nautilus de Javier Senosiain, une demeure extraordinaire inspirée par les coquillages et la vie sous-marine. L'architecte a conçu une habitation qui ressemble à la coquille d'un animal aquatique, le nautile. Mais cette création « extraordinaire » est une œuvre humaine habitable, implantée dans un environnement naturel. Le merveilleux réside dans la forme originale et atypique que l'architecte a donné à cette maison et non dans son caractère magique, comme la maison en pain d'épice d'Hansel et Gretel, ou surnaturel comme la maison Usher dans Les nouvelles histoires extraordinaires d'Edgar Poe, même si elle produit effectivement un effet "magique".

Troisième partie

L'extrait d'Edgar Alan Poe, évoque également une maison, mais d'un tout autre genre, un manoir hanté, la « maison Usher ». Il fait intervenir des éléments dont certains appartiennent au monde « réel », et d'autres qui relèvent du surnaturel, sans que le lecteur puisse toujours faire la différence entre les deux, hésitation herméneutique caractéristique du genre fantastique.

Le merveilleux surnaturel réside dans la force de la parole performative qui accomplit ce qu'elle énonce : « Insensé ! Je vous dis qu'elle est maintenant derrière la porte ! », dans l'évocation d'une femme dont on ne sait pas très bien si elle est morte ou vivante, dans la symbolique sinistre des arbres, du lac et de la lune couleur de sang, dans le déchaînement démoniaque du vent et de la pluie et enfin dans l'écroulement final de la maison Usher.

Le merveilleux dans La chute de la maison Usher est différent de celui du film de Stephen Daldry dans la mesure où il fait nettement appel au surnaturel, en l'occurrence maléfique, mais aussi du merveilleux des contes de fées car le récit demeure ancré dans la dimension du réel.

Conclusion :

Chacun de ces quatre documents insiste sur un aspect particulier du merveilleux : le premier évoque le merveilleux en général et plus particulièrement le merveilleux humain et magique. Le second et le quatrième plutôt le merveilleux humain et le troisième, le merveilleux surnaturel.

Il est à noter que les trois derniers documents correspondent bien à la définition générale du merveilleux qui est proposé dans le premier document : la fantaisie, la surprise et l'émerveillement - mêlé ou non d'effroi et de terreur - et dans tous les cas le dépassement des limites de la vie ordinaire.

Méthodologie de l’expression personnelle

Utiliser le «Je» ou le «Nous»

L’examinateur va mesurer 3 éléments :

1) le plan qui montre que j’ai compris la question posée

2) les arguments qui montrent la pertinence de mon analyse

3) ma culture générale : les exemples d’autorité (livre, film, vidéo, presse etc) que je vais donner pour illustrer mes arguments.


INTRODUCTION : elle se fait en 3 temps

- explication générale de la question posée ( 5 à 8 lignes)

- mots de liaisons et reformulation de la question de départ

- annonce du plan (en 2 parties A et B)

Sauter 2 lignes

DEVELOPPEMENT : il se fait en 2 parties qui comprennent 2 à 3 paragraphes chacune

- Faire une phrase de présentation de la 1ère partie qui reprend le A du plan.

- Argument(1èreétape de réponse à la 1ère partie) plus 2 à 3 exemples d’autorités qui illustre et donne du poids au 1er argument (expliquer les exemples)

- Argument (1ère étape de réponse à la 1ère partie) plus 2 à 3 exemples d’autorités qui illustre et donne du poids au 1er argument (expliquer les exemples)

- Petite phrase qui conclut la 1ère partie

Sauter 1 ligne

Phrase de transition : elle conclut la 1ère partie et ouvre sur la seconde.

Sauter 1 ligne

-Faire une phrase de présentation de  la 2ème partie qui reprend le B du plan

-Argument (1ère étape de réponse à la 1ère partie) plus 2 à 3 exemples d’autorités qui illustre et donne du poids au1er argument(expliquer les exemples)

-Argument (1ère étape de réponse à la1ère partie) plus 2 à 3 exemples d’autorités qui illustrent et donnent du poids au 1er argument (expliquer les exemples)

Sauter 2 lignes

CONCLUSION :(elle comprend 5 à 8 lignes maximum)

-Résumer en 1 ou 2 phrases la 1ère et 2nd parties et répondre à la problématique de l’introduction en donnant son avis. Faire une ouverture si possible.

Écriture personnelle :

L'extraordinaire peut-il être exprimé par les arts visuels ?

INTRODUCTION :

Définition des termes du sujet :

Le mot « extraordinaire » vient du latin « extra » qui signifie « hors de » et « ordo » qui signifie « ordre » ; ce mot définit tout ce qui sort de l'ordinaire, du quotidien, de la normalité, des codes sociaux. L'extraordinaire se rattache à la notion de merveilleux. Jacques Goimard, dans un article de l'Encyclopaedia Universalis consacré à cette notion, distingue entre trois sortes de merveilleux : le merveilleux humain, le merveilleux magique et le merveilleux divin ou surnaturel.

On appelle arts visuels les arts qui produisent des objets perçus essentiellement par l'œil. La notion englobe les arts plastiques traditionnels, auxquels s'ajoutent les techniques nouvelles : la photographie, le cinéma, l'art vidéo et l'art numérique, mais aussi les arts appliqués et les arts décoratifs (art textile, design, marqueterie...) et l'architecture.

Problématique : L'extraordinaire, que ce soit sous la forme du merveilleux dans les contes de fées ou du surnaturel dans les romans ou les nouvelles fantastiques s'exprime souvent dans la tradition orale, la littérature ou la musique. L'extraordinaire peut-il également être exprimé par les arts visuels ?

Annonce du plan : Nous verrons dans une première partie le traitement de l'extraordinaire dans la littérature et la musique, puis l'extraordinaire dans les arts visuels.

Première partie :

L'extraordinaire dans la littérature : vous pouvez vous servir des documents fournis (Cendrillon, La chanson de Roland, La chute de la maison Usher), à condition d'y ajouter des connaissances personnelles. Il faut donner trois exemples : un conte, une nouvelle ou un roman fantastique et/ou une oeuvre musicale. Suggestion : un conte de Perrault ou d'Andersen, par exemple Peau d'âne, conte populaire de tradition orale adapté par Charles Perrault,  qui a été porté au cinéma, ce qui vous permettrait de faire figurer cet exemple dans la première et la seconde partie... Vous pouvez aussi prendre l'exemple d'Harry Potter (série de romans portés au cinéma) ; pour illustrer le "merveilleux humain", vous pouvez prendre l'exemple des romans de Jules Verne (Michel Strogof)... Autres exemples possible : Alice au pays des merveilles (Lewis Caroll), Le seigneur des anneaux (Tolkien)

Deuxième partie :

L'extraordinaire dans les arts visuels : même remarque. Réfléchir à partir de trois exemples tirés (au choix) d'un film, d'une oeuvre architecturale, d'un jeu vidéo, d'une BD, Sixième sens de Night Shymalian, Minority Report de Steven Spielberg...

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :