Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Isaac Asimov, Les veufs noirs
Isaac Asimov, Les veufs noirs

Isaac Asimov, Les veufs noirs (Tales of the Black Widowers, 1974), traduction de Michèle ValenciaEditions Omnibus, Janvier 2010

Sommaire : Présentation - Le Club des veufs noirs - Retour au club des veufs noirs - Casse-tête au club des veufs noirs - A table avec les veufs noirs - Puzzles au club des veufs noirs

Table des matières : Le sourire acquisiteur - Drôle de doctorat ! - Rien que la vérité - Vogue, petite plaquette - Dimanche, aux aurores - L'évidence même - Ce qu'il montrait du doigt - Miss Quoi ? - La berceuse de Broadway - Yankee Doodle s'en est allé en ville - La curieuse omission - Hors de vue - Quand nul ne les poursuit - En un clin d'oeil - Le joyau de fer - Les trois nombres - Un meurtre ? Rien de tel - Défense de fumer - Meilleurs voeux ! - La seule et unique à l'est - Coucher de Terre et Etoile du Soir - Vendredi treize - L'intégrale - Le crime suprême - La croix de Lorraine - Un bon père de famille - La page des sports - En deuxième position - Ce qui manquait - Le lendemain - Aucun rapport ! - Il n'est de pire aveugle - A rebours - Quelle heure est-il ? - Deuxième prénom - Le Legs - Soixante millions et milliards de combinaisons - Une femme dans un bar - Le chauffeur - Le bon Samaritain - Le début de l'action - Pouvez-vous le prouver ? - La babiole phénicienne - Un lundi d'avril - Ni brute ni humain - La rousse - Quand on se trompe de maison - L'intrusion - La quatrième homonyme - Est unique ce qu'on veut bien trouver unique - Le porte-bonheur - Triple diable - Coucher de soleil sur l'eau - Où est-il ? - Le vieux sac - Un petit coin tranquille - Le trèfle à quatre feuilles - L'enveloppe - L'alibi - La recette.

Mon avis :

J'ai déjà écrit un article sur ce blog au sujet de "ces petits bijoux d'humour et d'ingéniosité" que sont les histoires des veufs noirs d'Isaac Asimov, inspirées à la fois d'Agatha Christie et de J.K. Chesterton. Sachant par expérience qu'elles peuvent devenir une véritable addiction, je voulais simplement signaler qu'elles ont paru en intégralité aux Editions Omnibus, dans une traduction de Michèle Valencia.

Biographie de l'auteur : 

Isaac Asimov (1920-1992) est un écrivain américain, né en Russie et naturalisé en 1928, surtout connu pour ses œuvres de science-fiction et ses livres de vulgarisation scientifique. Issu d’une famille juive, il émigre aux États-Unis au début de l'année 1923, à l'âge de trois ans, en compagnie de ses parents et de sa sœur cadette, Rachel. Il travaille dans le magasin familial et vers l’âge de onze ans, il commence à écrire ses premières nouvelles. Ses études sont brillantes et lui permettre, grâce à une bourse, d’entrer à l’université Columbia. Il passe une licence en sciences (1939) avant d’obtenir une maîtrise en chimie (1941) et un doctorat en biochimie (1948). Par la suite, il devient chargé de cours à l’université de Boston. Il participe à la Seconde Guerre mondiale. Au cours de sa brève carrière militaire, il est nommé caporal. il commence à écrire de la science-fiction et voit sa première nouvelle, Marooned Off Vesta (Au large de Vesta), publiée en 1939. Il se marie avec Gertrude Blugerman le 26 juillet 1942. Après la séparation avec sa femme en 1970, puis son divorce en 1973, il se remarie avec Janet Opal Jeppson. La suite de la vie d’Asimov est celle d’un auteur à succès, presque entièrement consacrée à l’écriture et aux conférences. Il est mort d'une insuffisance cardiaque et rénale consécutive à une infection par le VIH, qu'il avait contractée lors d’une transfusion sanguine pendant un pontage coronarien en 1983. Asimov laisse derrière lui des centaines de livres - dont 116 anthologies. Le dernier livre qu’il a écrit est une autobiographie, "Moi, Asimov". Il est le créateur de la robotique et une grande partie de son œuvre tourne autour de ce sujet. Il est notamment, avec l'appui de Campbell, à l'origine des trois lois de la robotique qu'il respectera dans chacun de ses livres.  (source : babelio)

Quatrième de couverture : 

"Les Veufs Noirs, ce sont six hommes, ni veufs ni forcément célibataires, qui se réunissent pour manger, boire, bavarder... et résoudre les énigmes que vient leur présenter leur invité. En marge de l'immense oeuvre de science-fiction qui l'a consacré, Isaac Asimov a lorgné du côté d'Hercule Poirot et de ses "petites cellules grises" pour concocter ces soixante bijoux d'astuce et d'humour."

Plus de précisions : 

Les adhérents d'un club d'amis, « les veufs noirs », se réunissent un soir par mois au restaurant Le Milano pour deviser plaisamment. Leur serveur attitré ces soirs-là est Henry Jackson. La présence au banquet mensuel des veufs noirs donne automatiquement le titre de "docteur" à chaque invité. Selon la règle de leur club, à tour de rôle, ils invitent un ami, une connaissance, à partager leur compagnie. Invariablement, lors du dîner, ils découvrent que quelque chose obnubile leur hôte : une anecdote banale en apparence ne cesse d'obséder l'invité. Pour leur plus grand plaisir, les dîneurs vont alors chercher à résoudre cette énigme. Tout aussi invariablement, à la fin de l'histoire, c'est le serveur qui propose la bonne solution, ou du moins la plus plausible. Asimov s'est visiblement inspiré des nouvelles d'Agatha Christie Le Club du mardi, réunions au cours desquelles Miss Marple résout toutes les énigmes dont les membres du club lui font part. Contrairement à Agatha Christie, qui base souvent les nouvelles du Club du mardi sur des ressorts ne laissant au lecteur aucune chance de deviner, (jeu de mot sur le nom d'un médicament, par exemple) Asimov utilise des astuces de logique et le scrupule qu'il met à préciser chaque détail important permet souvent de deviner prématurément la clef de l'énigme. L'auteur avait déjà développé son concept dans la nouvelle Super-Neutron au début des années 1940.

Présentation :

"J'ai débuté ma carrière d'écrivain dans le domaine de la science-fiction et j'en écris toujours quand je peux, car elle reste mon premier et grand amour littéraire. Je m'intéresse toutefois à beaucoup de choses, et parmi elles au policier." (Isaac Asimov)

On ne peut donc être surpris de l'incursion d'Isaac Asimov dans le domaine de la fiction policière. Cet auteur extrêmement prolifique, avec près de 500 ouvrages publiés, a touché à tous les genres des pulps, ces revues dont l'importance dans la culture populaire américaine n'est plus à démontrer : avant tout la science-fiction, donc, dont il est le représentant le plus éminent, en quantité comme en qualité. Sa formation scientifique (la chimie), son imagination foisonnante alliée à un exceptionnel talent de narrateur font merveille, au point qu'on l'a surnomme "l'empereur de la science-fiction". Les cycles de Fondation et des Robots sont des classiques indémodables, sans lesquels le genre ne serait pas ce qu'il est. Mais il n'a pas oublié le policier, même s'il l'aborde de façon marginale dans un premier temps.

Son intérêt pour la fiction policière est ancien. Déjà dans Les Cavernes d'Acier (1954) et Face aux Feux du Soleil (1957), romans du Cycle des robots, l'intrigue repose sur une enquête policière. En 1958, il publie Une bouffée de mort, son unique roman policier qui se déroule dans le milieu scientifique. Ce faisant, il ne s'éloigne cependant guère de son domaine de prédilection.

En 1971, Eleanor Sullivan, rédactrice en chef de Ellery Queen Mystery Magazine, lui demande une nouvelle policière : il accepte avec enthousiasme. Tournant le dos au récit noir américain alors en vogue qu'il juge sanguinaire, amoral et trop éloigné de ses goûts, il lorgne délibérément du côté d'Agatha Christie et d'Hercule Poirot, à ses yeux le détective idéal : il réfléchit donc à des récits à énigme, des constructions cérébrales, du genre de celles qu'il aime lire.

Reste à trouver un cadre à ses histoires ; il va prendre comme modèle un cénacle dont il fait partie, The Trap Door Spiders ("Les araignées de la trappe") qui réunit des personnalités du monde de la science-fiction. Cette association exclusivement masculine avait été fondée en 1944 par l'écrivain Fletcher Pratt, à l'origine pour permettre à John D. Clark de fréquenter ses amis hors de la présence de sa nouvelle épouse qui ne supportait pas les amis de son mari (la réciproque était vraie). Ils se réunissaient entre hommes pour boire, manger et bavarder.

Par une forme d'hommage autant que de clin d'oeil, Asimov a pris pour modèle de ses veufs noirs six des sociétaires de la Trap Door Spiders : le Dr. John D. Clark, chimiste et écrivain, prête ses traits et caractéristiques à James Drake, Thomas Trumbull, emprunte ceux du journaliste Gilbert Cant, Manny Rubin, Geoff Avalon, Roger Halsted et Mario Gonzalo, ceux des écrivains Lester del Rey, Louis Sprague de Camp, Doc Bensen et Lin Carter. Quant à l'astucieux Henry, le maître d'hôtel, il a tout du génial Jeeves, la créature de P.G. Wodehouse.

En bref, Isaac Asimov s'est bien amusé en construisant ces petits bijoux d'ingéniosité et d'humour que sont ses histoires des veufs noirs, et sa jubilation est contagieuse. On en jugera avec ce recueil réunissant soixante délicieuses énigmes."

Critique :

"Le cycle des Veufs Noirs constitue une des oeuvres les plus passionnantes, les plus ingénieuses du genre - et, sans nul doute, parce que Asimov est maître conteur et qu'il n'a pas son pareil pour inventer des hypothèses énigmatiques tout à fait hors du commun." (Alexandre Lous, Le Magazine Littéraire)

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :