Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Les 15 maladies de la Curie romaine

La curie romaine est l'ensemble des dicastères et autres organismes du Saint-Siège qui assistent le pape dans sa mission de pasteur suprême de l'Église catholique. « La Curie romaine dont le Pontife suprême se sert habituellement pour traiter les affaires de l'Église tout entière, et qui accomplit sa fonction en son nom et sous son autorité pour le bien et le service des Églises, comprend la Secrétairerie d'État ou Secrétariat du Pape, le Conseil pour les affaires publiques de l'Église, les Congrégations, Tribunaux et autres Instituts ; leur constitution et compétence sont définies par la loi particulière. »

Réforme du pape François

Après le pontificat de Jean-Paul II qui a vu l'appareil curial prendre du poids par rapport au pape malade pendant de longues années, on attend que le pape Benoît XVI, fin connaisseur de la Curie pour y avoir travaillé 24 ans, conduise une nouvelle réforme. Il n'en est rien. C'est pourquoi, après l'affaire Vatileaks, les scandales liés à l'institut pour les œuvres de religion et le malaise des cardinaux face au gouvernement du cardinal Tarcisio Bertone, une demande de réforme s'exprime lors des congrégations générales qui précèdent le conclave de 2013.

Un mois après son élection et suivant l'une des recommandations importantes issues de ces congrégations générales, François constitue un groupe de travail collégial de cardinaux pour le conseiller dans le gouvernement de l’Église et, plus particulièrement, étudier un projet de réforme de la curie en révisant la constitution apostolique Pastor Bonus promulguée par Jean-Paul II en 1988.

Suivant les recommandations de ce conseil, François se livre, pas à pas, à une réforme des structures de la curie, touchant en premier lieu ses organes de gestions administrative et financières, ses moyens de communication, puis ses dicastères eux-mêmes dans une démarche devant aboutir à la promulgation d'une nouvelle constitution apostolique régissant la curie.

Les 15 maladies de la Curie romaine :

Dans son discours, à l'occasion  de la présentation des voeux de Noël de la Curie romaine, salle Clémentine, Vatican, 22 décembre 2014, le pape François a détaillé les 15 maladies de la Curie romaine :

1. La maladie de se sentir indispensable

2. La maladie du "marthalisme" (qui vient de Marthe), d'une activité excessive ; ou de ceux qui se noient dans le travail.

3. La maladie de la pétrification mentale ou spirituelle.

4. La maladie de la planification excessive et du fonctionnarisme.

5. La maladie de la mauvaise coordination

6. La maladie "d'Alzheimer spirituel" : ou l'oubli (...) de l'histoire personnelle avec le Seigneur, du "premier amour"

7. La maladie de la rivalité et de la vanité

8. La maladie de la schizophrénie existentielle

9. La maladie du bavardage, du murmure et du commérage

10. La maladie de diviniser les chefs

11. La maladie de l'indifférence envers les autres

12. La maladie du visage funèbre

13. La maladie de l'accumulation

14. La maladie des cercles fermés

15. la maladie du profit mondain

Ces maladies et ces tentations sont un danger pour tout chrétien et pour toute communauté, paroisse (...). Il faut qu'il soit clair que c'est seulement l'Esprit saint qui guérit, (...) qui soutient tout effort sincère de purification et toute bonne volonté de conversion. (...) La guérison est aussi le fruit de la conscience de la maladie et de la décision personnelle et communautaire de se soigner, en supportant le traitement avec patience et avec persévérance..."

(Pape François, Rencontre avec Dominique Wolton, Politique et Société, un dialogue inédit, Editions de l'Observatoire, 2017 (p. 343-346)

 

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :