Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Extrait du film Cabaret, le passage se situe dans une auberge en Bavière, dans les années 30... 

Visage angélique d'un jeune aryen pur sucre, chantant en voix de soprano "Der Morgige Tag ist mein", paroles de la jeunesse de toutes les époques : "L'avenir m'appartient !"...

Lent mouvement de caméra vers le bas qui découvre peu à peu son uniforme nazi et son brassard à croix gammée...

Passage du plan rapproché au plan large, tandis que la voix passe graduellement du piano au forte et du forte  au fortissimo...

Réactions passionnées du public...

Désapprobation silencieuse d'un vieux monsieur qui refuse de se laisser gagner par l'enthousiasme collectif parce qu'il est le seul à avoir une mémoire (14-18) et qui comprend que "ça recommence" et que ça finira de la même manière, en pire...

Visages allemands qui en disent long : les loups, les brebis, les naïfs, les béats, les fascinés, les séduits...

Tous, absolument tous, à l'exception du vieux monsieur, sans l'ombre d'une pensée personnelle...

Et puis finalement, l'inévitable, l'effet visé par cette mise en scène, l'effet escompté de cette manipulation : les gens qui se lèvent les uns après les autres pour chanter avec le garçon, les bras qui se lèvent pour faire le salut hitlérien...

Une sorte de condensé métaphorique du phénomène nazi. Une scène à la fois dérangeante et fascinante. 

Quand on pense à l'accumulation de souffrances et de ruines qu'a laissé le nazisme, quelle ironie dans ce "Der morgige Tag ist mein !"

Note : Cabaret est un film musical américain réalisé par Bob Fosse sorti en 1972, tiré du court roman Adieu à Berlin (Goodbye to Berlin) de Christopher Isherwood, publié en 1939 au sein du recueil de nouvelles Berlin Stories.Le film est inspiré de la comédie musicale Cabaret de John Kander et Fred Ebb, montée avec un grand succès à New York en 1966 avec Jill Haworth (Sally Bowles), Joel Grey (le maître de cérémonie) et Lotte Lenya (Fraulein Schneider). La comédie musicale est, elle-même, adaptée de la pièce I am a Camera du dramaturge anglais John Van Druten (publié en 1951) et du recueil de nouvelles Adieu à Berlin (publié en 1939) de l'écrivain anglais Christopher Isherwood. Le film fait également penser à L'Ange bleu (film de 1930). La posture de Liza Minnelli sur une chaise rappelle celle de Marlène Dietrich sur un tonneau. Si l'intrigue du film Cabaret est différente de celle de L'Ange bleu, la montée du nazisme était déjà en filigrane dans le film de 1930, et encore plus explicite avec le recul du temps dans Cabaret.

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :