Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le théâtre, textes et représentation (Jarry, Sartre, Camus, Ionesco). Réponse à la question de corpus

I. Présentation du corpus :

Ce corpus de quatre textes théâtraux qui nous est présenté et qui s'étend de 1888 à 1962, porte sur le thème de la royauté. Le premier est un extrait d'Ubu Roi d'Alfred Jarry, le second des Mouches de Jean-Paul Sartre, le troisième de Caligula d'Albert Camus et le dernier du Roi se meurt d'Eugène Ionesco.

II. Problématique :

A la lecture de ces textes, nous pouvons nous demander comment chacun d'eux représente le personnage du roi.

III. Plan : 

Nous répondrons à cette question en analysant d'abord la représentation de despotes, puis celle de rois qui ne supportent plus le poids de leur charge.

IV. Développement : 

1) La représentation du despotisme

Dans l'extrait d'Ubu Roi d'Alfred Jarry, le roi est présenté comme un despote qui gouverne de façon autoritaire, cruelle et absurde. Il fait régner la terreur, décide du jour au lendemain de doubler le montant des impôts, se comporte de façon arbitraire, brutale et grossière, tant en actes qu'en paroles (citer le texte + ligne).

Dans l'extrait de Caligula d'Albert Camus, le jeune empereur exerce un pouvoir absolu, tyrannique et cruel. Il se comporte presque aussi grossièrement que le Père Ubu (citer le texte + ligne) et fait lui aussi régner la terreur. Mais tandis que les paysans surmontent leur peur et se révoltent contre Ubu, l'entourage de Caligula, notamment Lepidus et Mucius tremblent devant lui et subissent ses caprices. Caligula n'est pas dévoré, comme Ubu,  par la soif insatiable du pouvoir et de la "phynance" mais rongé intérieurement par le sentiment métaphysique de l'absurdité du monde.

2) Des rois fatigué de régner

L'extrait des Mouches de Jean-Paul Sartre met en scène le roi d'Argos, Egiste qui, comme le Père Ubu, a usurpé le trône en se débarrassant du roi légitime. Mais contrairement à Ubu, Egiste paraît fatigué de règner. Il est hanté par le régicide qu'il a commis contre Agamemnon, dont il est obligé de porter le deuil et dont il a épousé la femme, Clytemnestre qu'il n'aime pas et fait régner par nécessité et sans plaisir la terreur sur les habitants d'Argos. Doué d'une certaine noblesse tragique, il n'éprouve ni remords, ni tristesse, ni gaieté, mais un sentiment de vide intérieur dû à une trop grande lucidité (citer le texte +ligne).

Le roi Bérenger ne se plaint pas, comme Egiste ou Caligula de sa condition de roi, mais de sa santé, de la ruine de son royaume et des dysfonctionnements de la nature (citer le texte). Une de ses deux femmes, Marguerite, lui apprend qu'il va mourir à la fin de la pièce. Bérenger est un roi désacralisé, marqué par la déchéance morale, intellectuelle et physique : il marche pieds nus car  a perdu ses pantoufles et se conduit comme un vieil enfant. Il nous est montré comme un homme ordinaire, dégradé par la vieillesse, incapable de gouverner, refusant d'admettre la vérité, dépouillé des insignes du pouvoir.

Conclusion : 

Pour conclure, nous nous étions demandés comment ces quatre textes représentaient le personnage du roi. L'extrait d'Ubu Roi nous présente la figure caricaturale d'un tyran ridicule, avide et cruel ; l'extrait de Caligula met en scène un jeune empereur romain que la mort de sa sœur a plongé dans le désespoir et la folie. Enfin, les extraits des Mouches de Jean-Paul Sartre et du Roi se meurt d'Eugène Ionesco nous présentent deux souverains fatigués de régner.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :