Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Mignon G. Eberhart, L'éléphant de jade
Mignon G. Eberhart, L'éléphant de jade

Mignon G. Eberhart, L'éléphant de jade (While the Patient Slept), traduit de l'américain par Aline Sainton, Liana Levi, 1998

L'auteur :

Mignon G. Eberhart (Lincoln, Nebraska 6 juillet 1899 - Greenwitch, Connecticut, 1996), née Mignon Good, est une auteure américaine de romans policiers. De 1929 à 1988, outre un grand nombre de nouvelles, elle publie près de soixante romans policiers auxquels elle mêle une bonne dose de romance. Ses cinq premiers romans ont pour héros récurrents l'infirmière Sara Keate et l'inspecteur Lance O'Leary, dont les aventures communes mettent en évidence les talents de déduction supérieurs de la jeune femme. La présence de personnages féminins intelligents et fins psychologues demeure d'ailleurs une des caractéristiques de l'œuvre de celle qu'on surnomme parfois la "Agatha Christie américaine". En 1931, elle a reçu le Prix Scotland Yard pour Pendant que le malade dormait, le second de la série des Keate/O'Leary.

Neuf romans de Mignon G. Eberhart ont été portés à l'écran, dont deux de la série Keate/O'Leary. En 1935, Aline MacMahon et Guy Kibbee interprètent les héros dans While the Patient Slept de Ray Enright. 

Résumé : 

"Engagée pour soigner le patriarche de la famille Federie, Sarah Keate, une infirmière déterminée et consciencieuse, est déconcertée par l'atmosphère étouffante de la vieille demeure familiale. Lorsqu'un premier meurtre se produit, elle n'a pas trop de son robuste bon sens pour découvrir ce qui se cache derrière les sombres tentures de Federie House. Ce qui ne l'empêche pas de se montrer sensible aux yeux gris du jeune et charmant détective avec qui elle forme une équipe inattendue, mais efficace."

Extrait :

"Je regardais de temps en temps la pendule baroque, en argent terni, trônant sur la cheminée. A côté d'elle, était posé tout un bric-à-brac plus ou moins artistique, une coupe en porcelaine de Dresde contenant quelques cigares poussiéreux, un presse-papiers en verre multicolore, une paire de vases en céramique et un éléphant vert, à peu près de la même taille que ma main. Je ne m'y connais pas trop, mais il me parut en jade. Pour quelqu'un qui aime ce genre d'objet, c'était un bibelot d'assez jolie facture. Sa trompe fine, ses grandes oreilles en évantail, ses petits yeux malveillants étaient délicatement sculptés. L'artiste avait incrusté de minuscules défenses d'une pierre pâle et cristalline qui devait être du jade. Les plis de la peau, les grosses pattes carrées et même les orteils étaient ciselés avec art. Le beau vert chaud de cet éléphant était la seule tache de couleur agréable de toute la pièce." (p.29)

Mon avis sur le roman : 

Ceux qui prennent le risque de s'égarer sur ce blog savent que j'éprouve une véritable passion pour les romans policiers de "l'âge d'or" : A. Conan Doyle, Chesterton, S.S.Van Dine, E. Queen, Agatha Christie, Dorothy Sayers, J.D.Carr, etc. Après Margery Allingham et son héros Albert Campion que je ne connaissais pas et dont je viens de dévorer huit histoires dans l'ordre aux Editions Omnibus (c'est presque aussi bien, dans un autre genre que les Aventures d'Arsène Lupin), je suis en train de découvrir Mignon G. Eberhart. 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :