Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Noam Chomsky, La fabrique du consentement

Avram Noam Chomsky, plus connu sous le nom de Noam Chomsky, né le 7 décembre 1928, à Philadelphie en Pennsylvanie, est professeur émérite de linguistique au Massachusetts Institute of Technology. Considéré comme le fondateur de la grammaire générative et transformationnelle, il est également célèbre pour son engagement politique et se définit lui-même comme un anarchiste socialiste. En 2011, il s'est notamment engagé pour le mouvement Occupy. 

"La Fabrication du consentement : De la propagande médiatique en démocratie (selon la traduction de Dominique Arias) ou La Fabrique de l'Opinion publique : La Politique économique des médias américains (selon la traduction de Guy Ducornet), (Manufacturing Consent : The Political Economy of the Mass Media, dans la version originale de 1988) est un essai co-écrit par Edward S. Herman et Noam Chomsky sur l'industrie médiatique aux États-Unis. Les deux auteurs proposent un "modèle de propagande" pour comprendre la mesure dans laquelle "les médias constituent un système qui sert à communiquer des messages et des symboles à la population", et sont les instruments d'une vaste communication idéologique visant notamment à promouvoir le libéralisme économique et à légitimer la politique étrangère des États-Unis. En outre, "le modèle permet de reconstituer par quels processus le pouvoir et l'argent sélectionnent les informations." Il met aussi en lumière la tendance des médias de masse à ne pas considérer, dans le traitement qu'ils font de l'information, que les victimes d'exactions sont toutes également dignes d'intérêt. L'essai contient une suite d'études de cas portant notamment sur la couverture médiatique de la guerre du Viêt Nam puis des premières élections démocratiques en Amérique Latine dans les années 1980." (d'après l'encyclopédie en ligne wikipedia)

"Si vous désirez apprendre quelque chose à propos du système de propagande, un précepte commode à suivre est de chercher à identifier les postulats tacitement convenus par tous les critiques : en général, ce sont là les doctrines qui constituent la religion de l'Etat.

Si j'affirme que General Motors veut maximiser son profit et ses parts de marché, je ne propose pas une théorie de la conspiration : c'est une analyse institutionnelle.

Si les médias au Canada et en Belgique sont plus ouverts, c'est en partie parce que là, ce que les gens pensent n'a pas tellement d'importance.

De toutes celles qu'on connaît, les plus importantes opérations de terrorisme international sont celles qui sont dirigées depuis Washington.

Si les lois de Nuremberg étaient appliquées, tous les présidents américains depuis la fin de la deuxième Guerre mondiale auraient été pendus.

L'éducation est un système d'imposition de l'ignorance.

(Si) vous vous conformez, vous commencez à obtenir les privilèges que confère le conformisme. Bientôt, parce qu'il est utile de le croire, vous en venez à croire ce que vous dites et vous intériorisez le système d'endoctrinement, de distorsions et de mensonges. Vous devenez ainsi un membre consentant de cette élite privilégiée qui exerce son contrôle sur la pensée et l'endoctrinement : tout cela se produit très couramment, jusqu'au plus hauts échelons. Il est en fait très rare - c'est à peine si cela existe - qu'une personne puisse endurer ce qu'on appelle la "dissonance cognitive" - dire une chose et en croire une autre. Vous commencez donc à dire certaines choses parce qu'il est nécessaire de les dire et bientôt vous les croyez parce que vous devez les croire.

Vous devez être concis - dire des choses entre deux publicités ou en 600 mots. Et c'est très important, puisque la beauté de la concision est de ne rien permettre d'autre que la répétition d'idées conventionnelles.

Un expert, c'est quelqu'un qui articule le consensus de ceux qui ont du pouvoir.

Le modèle propagandiste ne dit pas que les médias répètent les positions de ceux qui se trouvent à diriger le pays, comme c'est le cas dans un régime totalitaire ; ce qu'il dit, c'est que les médias reflètent en général les consensus des élites dominantes du coupe Etat-Entreprises, y compris les positions de ceux qui s'opposent, le plus souvent pour des raisons tactiques, à certains aspects des politiques gouvernementales. De par ses fondements mêmes, le modèle soutient que les médias vont protéger les intérêts des puissants, non qu'ils vont soustraire les managers de l'Etat à leurs critiques : la persistante incapacité à saisir cette distinction pourrait bien refléter de tenaces illusions quant à notre système démocratique.

C'est peut-être un truisme, mais le postulat démocratique est que les médias sont indépendants, ils sont voués à découvrir et à proclamer la vérité et qu'ils ne reflètent pas seulement le monde tel que les groupes dominants voudraient qu'il soit perçu. Les leaders des médias assurent que leurs choix de nouvelles reposent sur des critères professionnels objectifs et non biaisés, et ils ont à ce sujet l'appui de la communauté intellectuelle. Cependant, si les élites sont en mesure de déterminer les prémisses du discours, de décider ce que la population en général peut voir, entendre et ce à quoi elle peut penser et de "gérer" l'opinion publique par de constantes campagnes de propagande, alors notre description courante du fonctionnement du système est considérablement démentie par la réalité.

La plupart des biais des médias s'expliquent par la présélection des gens qui pensent comme il convient, par l'intériorisation de préconceptions et par l'adaptation du personnel aux contraintes de la propriété, de l'organisation du marché et du pouvoir politique. La censure y est largement auto-censure.

Les masses ignorantes doivent être marginalisées, diverties et contrôlées - pour leur plus grand bien, cela va sans dire. Ils choisissent, ils décident, ils mettent en forme, ils contrôlent, ils restreignent - et servent ainsi les intérêts des groupes dominants et des élites de la société.

Plusieurs journalistes ne comprennent pas les forces dont ils dépendent. Certains sont malléables, d'autres essaient d'agir avec intégrité et sont surpris des résistances qu'ils rencontrent sans cesse.

La supposée complexité de ces questions (concernant le politique), leur prétendue profondeur et obscurité, tout cela fait partie de l'illusion véhiculée par le système de contrôle idéologique, qui vise à les donner pour très éloignés de la masse de la population et à persuader les gens de leur incapacité à organiser leurs propres affaires et à comprendre le monde social dans lequel ils vivent sans le secours d'un intermédiaire." (Noam Chomsky, Extraits de Manufacturing Consent, le film et l'ouvrage, cité dans Normand Baillargeon, Petit cours d'autodéfense intellectuelle, p.309-310)

 

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :