Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

"Tous les yeux s'étaient levés vers le haut de l'Eglise..."

« Et au-dessus de la ville, indifférente, la cathédrale seule veillait, demandait grâce, pour l’indésir de souffrances, pour l’inertie de la foi que révélaient maintenant ses fils, en tendant au ciel ses deux tours ainsi que deux bras, simulant avec la forme de ses clochers les deux mains jointes, les dix doigts appliqués, debout, les uns contre les autres, en ce geste que les imagiers d’antan donnèrent aux saints et aux guerriers morts, sculptés sur des tombeaux. »

J-K. Huysmans, La Cathédrale (1898)

"Mon beau navire ô ma mémoire
Avons-nous assez navigué
Dans une onde mauvaise à boire
Avons-nous assez divagué
De la belle aube au triste soir..."

(Guillaume Apollinaire

C'est l'horreur absolue, le cauchemar, la consternation, l'impensable...

La gorge se serre et l'on ne peut que pleurer avec les anges...

Rose mystique, Tour de David, Tour d'ivoire, Maison d'or, Arche d'alliance, Porte du ciel,  Étoile du matin, Salut des infirmes,  Refuge des pécheurs, Consolatrice des affligés...

Dans la joie et la douleur, priez pour nous !

A cinq jours du Vendredi Saint... "Tristis est anima mea usque ad mortem"...

Notre-Dame de Paris : "Mon beau navire ô ma mémoire !"...

Notre boussole sur le fleuve du temps... Notre boussole, notre mémoire et notre Histoire...

La mémoire de la France, l'âme de Paris et des Parisiens, de ceux qui croient au ciel, de ceux qui n'y croient pas...  

Le cœur du cœur de Paris... "Paris, Paris outragé, Paris brisé, Paris martyrisé mais Paris libéré !"... 

Notre-Dame des victoires, Notre-Dame de la Paix... 

Notre-Dame des amoureux, Notre-Dame des moineaux, Notre-Dame des pauvres, Notre-Dame des gavroches, Notre-Dame des amoureux, Notre-Dame des âmes en peine,  Notre-Dame des anges... 

L'âme de la douce France... Notre-Dame de Paris et de l'Europe... Notre-Dame de Paris et du monde ...

Toute la beauté dont les pauvres hommes sont capables de faire ou de contempler... 

Toute la grandeur... Toute la noblesse... Toute la tendresse... Toute la délicatesse... Toute la poésie... Toute la lumière... Tout ce que l'on ne sait pas dire avec des mots...

Là, dans la fraîcheur de l'ombre et du silence, dans les pierres vivantes et dans les roses  ouvertes à la lumière... La prière de ceux qui ne savent pas prier...

Le meilleur dont les pauvres hommes sont capables... 

Et grâce à elle,  il leur sera beaucoup pardonné...

La flèche du désir de Dieu... La fine pointe de l'âme et du désir ardent, du désir désespéré, inextinguible, éperdu... malgré l'absurdité du monde,  malgré l'iniquité du monde, malgré la violence du monde... Ce monde en feu jusqu'à la fin des temps...

La fine pointe du désir du Sens, de la Présence et de l'Amour... Là, dans les roses ouvertes à la lumière et dans les pierres vivantes...

Notre-Dame des moineaux et des lilas... 

La nef au cœur de l'île...

L'oasis au cœur du désert... 

La nef parmi les arbres en fleurs...

La flèche au cœur du silence...

Sur les quais de la Seine, à l'ombre de ses tours, de son sourire, sous ses les facéties de ses gargouilles, les amoureux s'embrassaient...

L'horreur absolue, le cauchemar, la consternation, l'impensable... Notre-Dame de Paris en flammes ! La gorge se serre et l'on ne peut que pleurer avec les anges... 

... Mais bénie soit celle qui donnait sa beauté à boire aux assoiffés et honneur à ceux qui éteignent les incendies !

"Tous les yeux s’étaient levés vers le haut de l’église...

Ce qu’ils voyaient était extraordinaire. Sur le sommet de la galerie la plus élevée, plus haut que la rosace centrale, il y avait une grande flamme qui montait entre les deux clochers avec des tourbillons d’étincelles, une grande flamme désordonnée et furieuse dont le vent emportait par moments un lambeau dans la fumée. Au-dessous de cette flamme, au-dessous de la sombre balustrade à trèfles de braise, deux gouttières en gueules de monstres vomissaient sans relâche cette pluie ardente qui détachait son ruissellement argenté sur les ténèbres de la façade inférieure. À mesure qu’ils approchaient du sol, les deux jets de plomb liquide s’élargissaient en gerbes, comme l’eau qui jaillit des mille trous de l’arrosoir. Au-dessus de la flamme, les énormes tours, de chacune desquelles on voyait deux faces crues et tranchées, l’une toute noire, l’autre toute rouge, semblaient plus grandes encore de toute l’immensité de l’ombre qu’elles projetaient jusque dans le ciel. Leurs innombrables sculptures de diables et de dragons prenaient un aspect lugubre. La clarté inquiète de la flamme les faisait remuer à l’œil. Il y avait des guivres qui avaient l’air de rire, des gargouilles qu’on croyait entendre japper, des salamandres qui soufflaient dans le feu, des tarasques qui éternuaient dans la fumée. Et parmi ces monstres ainsi réveillés de leur sommeil de pierre par cette flamme, par ce bruit, il y en avait un qui marchait et qu’on voyait de temps en temps passer sur le front ardent du bûcher comme une chauve-souris devant une chandelle. Sans doute ce phare étrange allait éveiller au loin le bûcheron des collines de Bicêtre, épouvanté de voir chanceler sur ses bruyères l’ombre gigantesque des tours de Notre-Dame."
 
Victor Hugo, Notre-Dame de Paris
 
 
 
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :