Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

"Il n'y a jamais de repos dans nos désirs sans cesse renaissants..."

"L’essence du monde est un Vouloir unique, indéterminé. Par une décision incompréhensible, aveugle, cette volonté devient volonté de vivre (Wille zum Leben) ; alors tout se déclenche ; la vie n’est possible que si la volonté unique se fragmente en individus dont chacun a la volonté absolue, inconditionnée, de conserver son existence ; l’égoïsme tient à son essence, puisque dans chaque individu, dans son fond, c'est la volonté elle-même qui veut vivre ; son désir ne connaît donc ni limite ni restriction ; il ne peut vivre qu’en satisfaisant des besoins sans cesse renaissants, et il ne peut les satisfaire qu’au dépens des autres individus.

S’oppose-t-on à ses désirs ? Alors naîtront la haine et la malveillance, qui iraient facilement jusqu’au crime et à l’homicide, si leurs conséquences n’étaient arrêtées par la peur, qui est une autre forme de l’égoïsme.

L’individu, il est vrai, échoue toujours, puisqu’il meurt ; peu importe à la volonté de vivre, qui remplace infatigablement les individus par d’autres, si bien que la scène n’est jamais vide : la conservation de l’espèce seule l’intéresse ; et elle assure cette conservation, non seulement en répandant les germes avec une effroyable prodigalité, mais en prenant la forme du Génie de l’Espèce, de l’habile entremetteur, qui nourrit des désirs de l’homme en parant la femme d’une beauté illusoire.

Il n’y a jamais de repos dans nos désirs sans cesse renaissants, sinon les courts intervalles où, les désirs satisfaits, nous sombrons dans un profond ennui. Mais qui ne connait cette peinture satirique qui dévoile, dans la politesse, dans la courtoisie, dans les sentiments moraux, en un mot dans tout ce qui paraît surmonter l’égoïsme de l’homme, un mélange de crainte, de préjugés et de vanité ?"

 

Arthur Schopenhauer

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :