Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Chateaubriand, "Nous étions un dimanche sur la grève..." (texte + questions)

François-René, vicomte de Chateaubriand, né à Saint-Malo le 4 septembre 1768 et mort à Paris le 4 juillet 1848, est un écrivain, mémorialiste et homme politique français. Il est considéré comme l'un des précurseurs du romantisme français et l'un des grands noms de la littérature française.

Les Mémoires d'outre-tombe sont la principale œuvre de François-René de Chateaubriand, dont la rédaction commence en 1809, sous le titre Mémoires de ma vie, et s'achève en 1841. L'édition originale des Mémoires d'outre-tombe, titre final du projet, est publiée en douze volumes entre 1849 et 1850 chez Penaud frères (Paris), après une diffusion en feuilleton dans le journal La Presse. Chateaubriand souhaitait que ces Mémoires ne soient publiés qu'après sa mort, d'où leur titre.

Le texte à commenter  : 

Retraçant son enfance bretonne, le narrateur-auteur-personnage évoque les jeux inspirés par un camarade espiègle et imprudent, Gesril, sur la plage de Saint-Malo.

"Nous étions un dimanche sur la grève, à l'éventail de la porte Saint-Thomas à l'heure de la marée. Au pied du château et le long du Sillon, de gros pieux enfoncés dans le sable protègent les murs contre la houle. Nous grimpions ordinairement au haut de ces pieux pour voir passer au-dessous de nous les premières ondulations du flux. Les places étaient prises comme de coutume ; plusieurs petites filles se mêlaient aux petits garçons. J'étais le plus en pointe vers la mer, n'ayant devant moi qu'une jolie mignonne, Hervine Magon qui riait de plaisir et pleurait de peur. Gesril se trouvait à l'autre bout du côté de la terre.

Le flot arrivait, il faisait du vent ; déjà les bonnes et les domestiques criaient : " Descendez, Mademoiselle ! descendez, Monsieur ! " Gesril attend une grosse lame : lorsqu'elle s'engouffre entre les pilotis, il pousse l'enfant assis auprès de lui ; celui-là se renverse sur un autre ; celui-ci sur un autre : toute la file s'abat comme des moines de cartes, mais chacun est retenu par son voisin ; il n'y eut que la petite fille de l'extrémité de la ligne sur laquelle je chavirai qui, n'étant appuyée par personne, tomba.

Le jusant l'entraîne ; aussitôt mille cris, toutes les bonnes retroussant leurs robes et tripotant dans la mer, chacune saisissant son magot et lui donnant une tape.

Hervine fut repêchée ; mais elle déclara que François l'avait jetée bas. Les bonnes fondent sur moi ; je leur échappe ; je cours me barricader dans la cave de la maison : l'armée femelle me pourchasse. Ma mère et mon père étaient heureusement sortis. La Villeneuve défend vaillamment la porte et soufflette l'avant-garde ennemie. Le véritable auteur du mal, Gesril, me prête secours : il monte chez lui, et avec ses deux soeurs jette par les fenêtres des potées d'eau et des pommes cuites aux assaillantes.

Elles levèrent le siège à l'entrée de la nuit ; mais cette nouvelle se répandit dans la ville, et le chevalier de Chateaubriand, âgé de neuf ans, passa pour un homme atroce, un reste de ces pirates dont saint Aaron avait purgé son rocher."

(François-René de Chateaubriand, Mémoires d'Outre-Tombe, Livre I, chapitre 8 La Vallée-aux-Loups, 1812  )

1. L’éventail : La voûte. Il s’agit des fortifications de la ville de Saint-Malo.

2. Comme des moines de cartes  : comme un château de cartes.

3. Jusant : le reflux, la marée descendante.

4. Magot :  Macaque d'Afrique du Nord et de Gibraltar à queue rudimentaire. Désigne plaisamment les enfants.

5. La Villeneuve : nourrice et gouvernante de François, chargée de veiller constamment sur lui.

6. Chevalier : titre auquel ont droit, même très jeunes, les fils de familles nobles.

7. Ce rocher est en fait une île en face du site portuaire de Saint-Malo où vécut saint Aaron, un ermite.

Questions données par une collègue :

1. Vous montrerez comment la progression (en étapes successives) de cette aventure enfantine contribue à faire de ce souvenir autobiographique une scène de comédie joyeuse et drôle. (10)

2. Vous analyserez en détail la façon dont sont traités les enfants dans ce passage, y compris le personnage du narrateur. (10)

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :