Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Ce commentaire est le fruit d'une réflexion commune avec un élève de Troisième (K.B.)

"J'ai beaucoup aimé ce poème "Liberté" de Paul Eluard car il est simple et émouvant.

Il y a une sorte de suspense car on ne sait pas de quoi parle le poète à travers le refrain vingt fois répété à la fin de chaque strophe de quatre vers :  "J'écris ton nom".

On peut penser qu'il s'agit d'une femme, mais ce n'est pas le cas. On ne l'apprend qu'à la fin. C'est un poème "à chute". Paul Eluard parle de et à  la Liberté : "J'écris ton nom". Cette figure s'appelle une allégorie. Elle permet de transformer une idée abstraite en "vérité physique".

Le poème a été écrit en 1942, sous l'occupation allemande et il est paru clandestinement. C'est lorsque la liberté est confisquée, comme ce fut le cas pendant cinq ans, que l'on s'aperçoit qu'elle est aussi essentielle pour la vie humaine que l'air que l'on respire.

On voit aussi qu'un poème peut être un acte de résistance.

La R.A.F (Royal Air Force, l'aviation anglaise) a parachuté ce poème dans des containers destinés à la Résistance intérieure française. En effet, il est important de savoir ou de se rappeler pourquoi on lutte.

La liberté est la première valeur de la devise de la République française : "Liberté, Egalité, Fraternité".

Le poète écrit le mot "Liberté" sur la couronne des rois car la Révolution française de 1789 a été faite au nom de la liberté.

Mais il écrit aussi le mot "Liberté" sur les fronts et les casquettes des dictateurs, des tyrans et des despotes passés, présents et à venir.

Il écrit le mot "Liberté" sur les armes des guerriers car c'est au nom de la liberté que les résistants se sont battus contre l'occupant.

Il écrit le mot "Liberté" sur toutes les choses qu'il aime, qui font que la vie vaut la peine d'être vécue : le savoir, la nature, le pain, le soleil et la lune, les oiseaux qui sont des symboles de la liberté, la mer, la montagne, la vérité, les routes et les sentiers qui nous permettent de nous évader, la maison où nous vivons avec ceux que nous aimons, les animaux familiers, les lampes et les miroirs qui réfléchissent la lumière, les amours et les amis et même sur tout ce qui nous fait souffrir comme la maladie, le malheur, la solitude et la mort car nous avons la liberté de donner du sens à la souffrance et à l'absurde.

Les choses qu'il aime et que nous aimons aussi, tout comme lui, n'ont aucun sens, aucune saveur, sans la liberté.

La Liberté, selon le poète, est un mot magique, "tout puissant", une "vérité physique" qui a le pouvoir de nous rendre la santé, la sécurité, l'espoir...

Un mot qui désigne une réalité politique : le droit de voter, de se déplacer,  de se réunir, de penser, de critiquer, d'écrire, de publier sans risquer la prison ou la mort, de créer, de croire ou de ne pas croire, le fait de n'être soumis à personne et de ne soumettre personne, etc., mais aussi une réalité, intime et "charnelle" sans laquelle une vie humaine ne vaudrait pas la peine d'être vécue.

 

 

 

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :