Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Eric Fouassier, Le bureau des affaires occultes
Eric Fouassier, Le bureau des affaires occultes

Eric Fouassier, Le bureau des affaires occultes, Albin Michel, 2021

Table :

Prologue - 1. Il n'est de meilleure compagnie - 2. Grand-Jésus - 3. Un baril de poudre - 4. Journal de Damien - 5. Un mort heureux de son sort - 6. Où l'on recueille in extremis d'intéressantes confidences - 7. Aux Faisans couronnés - 8. L'officine Pelletier - 9. Journal de Damien - 10. Nouvelles confidences - 11. Des pas dans le brouillard - 13. De Charybde en Scylla - 14. Mortels miroirs - 15. Journal de Damien - 16. Lazzis et carton-pâte - 17. La mort en face - 18. Une visite inattendue - 19. Père et fils - 20. Monsieur V. - 21. Journal de Damien - 22. L'antre du mal - 23. Le singulier Dr. Tusseau - 24. Où l'on s'entretient des récentes découvertes en chimie - La clinique du Val d'Aulnay - 26. Quatre contre un - 27. Journal de Damien - 28. Tout commence à prendre forme - 29. Où l'on est éconduit tout en faisant d'utiles découvertes - 30. Le commissaire Flanchard à la manœuvre - 31. Recueillement - 32. Journal de Damien - 33. Evasion - 34. Aux abois - 35. où Valentin décide de jouer son va-tout - 36. Des preuves accablantes - 37. La claque de Thurot - 38. Le complot - 39. L'affrontement - 40. Où Valentin s'efface - 41. Le bureau des affaires occultes - Epilogue. Journal de Damien - Note de l'auteur

L'auteur :

Né le 6 octobre 1963 à Saint-Maur-des-Fossés, Docteur en droit et en pharmacie, Éric Fouassier est professeur d’université. Il est professeur de droit et économie pharmaceutiques à la ‎Faculté de Pharmacie-Université Paris-Sud à Châtenay-Malabry. Il a beaucoup écumé les concours de nouvelles entre 2002 et 2006 et récolté de nombreux succès (prix Albertine Sarrazin 2005, grand prix littéraire de Péronne 2005, prix Harfang 2003…). Après plusieurs nouvelles publiées au sein de revues ou de collectifs, il publie son premier livre, un recueil de nouvelles intitulé "Entre genèse et chaos", en 2005. En 2009, il signe son premier roman, Morts thématiques. Ce dernier lui vaut de décrocher le prix Plume de Glace au festival du roman policier de Serres-Chevalier en 2011. Auteur éclectique, Eric Fouassier alterne ouvrages de littérature générale qu'il signe désormais du pseudonyme Yves Magne (Et puis le silence, 2017) et romans policiers ou d'aventures qu'il signe de son véritable patronyme. Il est membre de l'Académie nationale de pharmacie ainsi que du Conseil national de l'Ordre des pharmaciens. Il est secrétaire du Grand Prix littéraire de l'Académie nationale de pharmacie et membre du jury du prix Védrarias (concours de nouvelles).

Le roman : 

"Automne 1830, dans un Paris fiévreux encore sous le choc des Journées révolutionnaires de juillet, le gouvernement de Louis-Philippe, nouveau roi des Français, tente de juguler une opposition divisée mais virulente.

Valentin Verne, jeune inspecteur du service des mœurs, est muté à la brigade de Sûreté fondée quelques années plus tôt par le fameux Vidocq. Il doit élucider une série de morts étranges susceptible de déstabiliser le régime.

Car la science qui progresse, mêlée à l'ésotérisme alors en vogue, inspire un nouveau type de criminalité. Féru de chimie et de médecine, cultivant un goût pour le mystérieux et l'irrationnel, Valentin Verne sait en décrypter les codes. Nommé par le préfet à la tête du « bureau des affaires occultes », un service spécial chargé de traquer ces malfaiteurs modernes, il va donner la preuve de ses extraordinaires compétences.

Mais qui est vraiment ce policier solitaire, obsédé par la traque d'un criminel insaisissable connu sous le seul surnom du Vicaire ?

Qui se cache derrière ce visage angélique où perce parfois une férocité déroutante ?

Qui est le chasseur, qui est le gibier ?

Dans la lignée des grands détectives de l'Histoire, de Vidocq à Lecoq en passant par Nicolas le Floch, un nouveau héros est né."

Note de l'auteur : 

Lorsque j'ai commencé à imaginer les aventures d'un policier chargé d'élucider des affaires occultes qui me fourniraient un prétexte pour évoquer les nombreuses découvertes ou inventions du dix-neuvième siècle, la période de la monarchie de Juillet (1830-1848) s'est rapidement imposée à moi. Ces années furent décisives à bien des points de vue. Essor scientifique, développement des techniques contribuèrent à susciter la grande expansion économique qui devait s'épanouir sous le Second Empire. En même temps, la misère des classes les moins favorisées et la diversité des oppositions engendraient une grande instabilité politique et conduisirent à l'usure des institutions héritées de l'Ancien Régime. Il y avait là un terreau plus que favorable à l'écriture romanesque.

Comme le montre l'arrière-plan historique du roman, la monarchie de Juillet s'ouvrit d'ailleurs par une époque de désordres et de troubles. Dans la rue se succédèrent grèves, manifestations et émeutes. Pour y faire face, Louis-Philippe et son gouvernement hésitèrent d'abord entre deux politiques : la "résistance" et "le mouvement". Le procès des anciens ministres de Charles X constitua, de ce point de vue, la première grande épreuve que dut affronter le régime nouvellement en place.

Si l'on excepte le rôle que je prête au vicomte de Champagnac (personnage de fiction), toutes les autres références à cette affaire politico-judiciaire sont conformes à la réalité historique. Il y eut bien, par exemple, des émeutes en octobre 1830 au cours desquelles les républicains marchèrent sur Vincennes avec la ferme intention de lyncher les prisonniers. Durent tous le procès qui s'ouvrit le 15 décembre devant la Chambre des Pairs, au Palais du Luxembourg, l'insurrection menaçait et il fallut avoir recours à la ruse pour exfiltrer, avant le prononcé de la sentence, les quatre anciens ministres menacés par la populace en armes. Ces derniers sauvèrent finalement leur tête et furent condamnés à la détention perpétuelle, assortie de la mort civile pour le prince de Polignac, ancien chef du gouvernement. Le pouvoir de Louis-Philippe sortit, en définitive, affermi de cette épreuve.

Toutes les notations relatives à l'histoire du magnétisme animal et de l'hypnose sont également véridiques. En particulier, le Dr. Alexandre Bertrand que Valentin rencontre dans les locaux du Globe a bel et bien existé. Comme indiqué dans le roman, il sera l'un des premiers à réfuter les théories du "fluide" chères à Mesmer pour privilégier le rôle de l'imagination et de la suggestion dans la pratique du "sommeil lucide". A noter toutefois que si le médecin écossais James Baird se trouve bien à l'origine de l'emploi du terme "hypnose" et qu'il est tout à fait plausible qu'il ait pu entretenir une correspondance avec Bertrand, ses apports essentiels quant aux nouvelles techniques d'induction sont plus tardifs (d'une dizaine d'années) que ce que j'ai indiqué ici pour les besoins de l'intrigue.

Enfin, comme toujours, je livre ci-dessous quelques éléments bibliographiques, afin de permettre au lecteur curieux ou féru d'histoire de découvrir plus en profondeur cette monarchie de Juillet que le chancelier Pasquier (1767-1862) qualifiait de "l'un des sujets d'étude les plus instructifs et les plus saisissants qui se puissent rencontrer."
 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :