Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Jean-Pierre Alaux, La Pomme d'or de Rocamadour
Jean-Pierre Alaux, La Pomme d'or de Rocamadour

Jean-Pierre Alaux, La Pomme d'or de Rocamadour, Editions 10/18, 2015

L'auteur :

Homme de radio et de télévision, Jean-Pierre Alaux se consacre désormais à l'écriture. Il est l'auteur, avec Noël Balen, d'une série œno-policière, Le Sang de la vigne (Fayard), aujourd'hui adaptée en série télévisée avec Pierre Arditi. Après Toulouse-Lautrec en rit encore, Avis de tempête sur Cordouan, Et l'ange de Reims grimaça et Saint Michel, priez pour eux, il poursuit sa confrontation du roman policier au patrimoine de l'art avec La Pomme d'or de Rocamadour.

Le roman :

"En ce printemps 1983, la vertigineuse cité de Rocamadour est en proie à un retentissant scandale : on a volé « La Pomme d’or », fierté du musée d’art sacré de ce haut lieu de la foi. Vénérée par les femmes frappées d’infertilité, cette pomme sème soudain la discorde et le crime dans cette citadelle traditionnellement vouée à la Vierge Noire. Bien malgré eux, Séraphin Cantarel et son jeune assistant Théo sont plongés dans un inextricable nœud de vipères où ils auront bien du mal à faire triompher la vérité. Le ver du vice se serait-il logé dans une pomme d’or qu’on dit pourtant miraculeuse ?Séraphin Cantarel, fameux conservateur des Monuments Français, mène une enquête palpitante mêlant mœurs provinciales et art sacré."

Extrait : 

"Dans le quart d'heure qui suivit, la nouvelle se répandit dans tous les sanctuaires. La cloche avait sonné. Des marins étaient sauvés des flots. Notre-Dame usait, encore et toujours, de ses pouvoirs. Toutefois, il n'était pas sûr que cette bonne nouvelle éclipse la mauvaise : qui avait pu voler la Pomme d'amour de Rocamadour ? Déjà, les correspondants de La Dépêche du Midi et de La Vie quercynoise étaient prévenus et pressaient le recteur, à défaut du conservateur honoraire, de s'expliquer. Tous étaient à la porte du musée sans pouvoir entrer. Avec sa cornette et son sourire toujours un peu béat, sœur Catherine faisait barrage, n'osant infirmer ni confirmer l'information qui s'était répandue comme une traînée de poudre sur les deux cent seize marches menant à la basilique Saint-Sauveur..."

Rocamadour (histoire) :

 

Rocamadour (en occitan Ròcamadorbvou Ròc Amadori) est une commune du sud-ouest de la France, située dans le département du Lot, en région Occitanie. Elle appartient à la micro-région touristique de la Vallée de la Dordogne.

Au cœur du Haut-Quercy, comme accrochée à une puissante falaise dominant de 150 mètres la vallée encaissée de l'Alzou, cette cité mariale est un lieu de pèlerinage réputé depuis le XIIe siècle, fréquenté depuis le Moyen Âge par de nombreux « roumieux », anonymes ou célèbres (Henri II d'Angleterre, Simon de Montfort, Blanche de Castille et Louis IX de France, saint Dominique et saint Bernard, entre autres figures illustres), qui viennent y vénérer la Vierge noire et le tombeau de saint Amadour.

Rocamadour, « citadelle de la Foi », est également un site touristique naturel de premier plan, l'un des plus visités de France avec 1,5 million de visiteurs par an environ.

La cité médiévale, aux ruelles tortueuses, est gardée par une série de portes fortifiées (porte Salmon, Cabilière, de l'Hôpital, du Figuier). Un escalier monumental, que les pèlerins gravissaient (et gravissent parfois encore) à genoux conduit à l'esplanade des sanctuaires, où se côtoient la basilique Saint-Sauveur, la crypte Saint-Amadour (classées au patrimoine mondial de l'humanité), les chapelles Sainte-Anne, Saint-Blaise, Saint-Jean-Baptiste, Notre-Dame – où se trouve la Vierge noire – Saint-Louis et Saint-Michel. L'ensemble est dominé par le palais des Évêques de Tulle. Un chemin de croix conduit au château et à la croix de Jérusalem, où a été aménagé un belvédère.

Les habitants sont les Amadouriens.

 

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :