Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Explication d'un texte de Nietzsche sur le génie (Texte + Questions)

L'œuvre :

Humain, trop humain. Un livre pour esprits libres (Menschliches, Allzumenschliches. Ein Buch für freie Geister) est une œuvre du philosophe Friedrich Nietzsche. Ce livre marque une rupture dans la vie de Nietzsche. Gravement atteint dans sa santé, et alors qu'il se croit à l'article de la mort, il envisageait d'écrire un livre intitulé Le Soc. Presque aveugle et subissant des crises de paralysie, il fut aidé par Heinrich Köselitz dans la rédaction de l'ouvrage. 

L'auteur : 

Friedrich Wilhelm Nietzsche, né le 15 octobre 1844 à Röcken, en Prusse, et mort le 25 août 1900 à Weimar, en Saxe-Weimar-Eisenach, est un philosophe, critique culturel, compositeur, poète, écrivain et philologue allemand dont l'œuvre a exercé une profonde influence sur l'histoire intellectuelle moderne.

Le texte : 

L'activité du génie ne paraît pas le moins du monde quelque chose de foncièrement différent de l'activité de l'inventeur en mécanique, du savant astronome ou historien, du maître tactique. Toutes ces activités s'expliquent si l'on se représente des hommes dont la pensée est active dans une direction unique, qui utilisent tout comme matière première, qui ne cessent d'observer diligemment (1) leur vie intérieure et celle d'autrui, qui ne se lassent pas de combiner leurs moyens. Le génie ne fait rien que d'apprendre d'abord à poser des pierres, ensuite à bâtir, que de chercher toujours des matériaux et de travailler toujours à y mettre la forme. Toute activité de l'homme est compliquée à miracle (2), non pas seulement celle du génie - mais aucun n'est un "miracle".

D'où vient donc cette croyance qu'il n'y a de génie que chez l'artiste, l'orateur et le philosophe ? qu'eux seuls ont une "intuition" ? (mot par lequel on leur attribue une sorte de "lorgnette" merveilleuse avec laquelle ils voient directement dans l'"être" !) Les hommes ne parlent pas intentionnellement de génie que là où les effets de la grande intelligence leur sont le plus agréable et où ils ne veulent pas d'autre part éprouver d'envie. Nommer quelqu'un "divin", c'est dire : "Ici nous n'avons pas à rivaliser". Or personne ne peut voir dans l'œuvre de l'artiste comment elle s'est faite ; c'est son avantage, car partout où l'on a pu assister à la formation, on est un peu refroidi. L'art achevé de l'expression écarte toute idée de devenir, il s'impose tyranniquement comme une perfection actuelle. Voilà pourquoi ce sont surtout les artistes de l'expression qui passent pour géniaux, et non les hommes de science. En réalité cette appréciation et cette dépréciation ne sont qu'un enfantillage de la raison."

F. Nietzsche, Humain trop humain

(1) Diligemment : avec soin, avec application

(2) : A miracle : miraculeusement, extrêmement

(3) : Lorgnette : lunette grossissante

A - Eléments d'analyse

1. Quelle différence y a-t-il entre les exemples choisis par Nietzsche de personnes dont on refuse de reconnaître le génie ("l'inventeur en mécanique", "le savant astronome ou historien", "le maître en tactique") et de personnes auxquelles on attribue du génie (l'artiste, l'orateur et le philosophe) Qu'apporte à l'argumentation la métaphore selon laquelle le génie "ne fait rien que d'apprendre d'abord à poser des pierres, ensuite à bâtir ? Quelle définition du génie est ici combattue ?

2. Pourquoi, selon Nietzsche, aucune activité de l'être humain ne peut être qualifiée de "miracle" ?

3. Expliquez "Nommer quelqu'un "divin", c'est dire "ici nous n'avons pas à rivaliser". Quel intérêt avons-nous, selon cet argument, à qualifier de "génie" ou de "divin" certains artistes, certains orateurs ou certains philosophes ?

4. En quoi la difficulté à expliquer comment l'art produit ses effets contribue-t-elle au prestige de l'artiste ?

B. Eléments de synthèse 

1. Quelle est la question à laquelle le texte tente de répondre ?

2. Comment cette réponse est-elle organisée ? Dégagez les différents moments de l'argumentation présente dans le texte de Nietzsche, et montrez comment ils s'articulent les uns aux autres.

3. En vous appuyant sur les éléments précédents, dégagez l'idée principale du texte.

Commentaire

1. Selon Nietzsche, le génie s'explique-t-il par le travail ? La maîtrise technique, l'énergie dépensée, la concentration, ou plutôt par un talent naturel et inné, par un don, par l'inspiration ?

2. Quel sens ce texte permet-il de donner à l'idée de génie ? En quoi cette conception du génie entend-elle s'écarter des opinions courantes ?

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :