Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Arnold Bennett, Le Grand Hôtel Babylon
Arnold Bennett, Le Grand Hôtel Babylon

Arnold Bennett, Le Grand Hôtel Babylon, traduit de l'anglais par Louise Capitan, 10/18, les moutons électriques, juin 2021

L'auteur :

Romancier à succès et journaliste, Arnold Bennett (1867-1931) fut en son temps l’un des auteurs les plus adulés d’Angleterre. Son chef-d’œuvre de 1902, le Grand Hôtel Babylon, véritable classique des lettres britanniques, n’avait jamais fait l’objet d’une traduction française, un scandale aujourd’hui enfin réparé. En prime, une nouvelle policière située dans le même palace, très rare et jamais rééditée en langue originale. (source : biblio)

Quatrième de couverture : 

"La fille du magnat américain Theodore Racksole veut un steak et une bière, mais un palace d'un si haut standing que le Grand hôtel Babylon ne saurait s'abaisser à des mets aussi vulgaires. Qu'il cela ne tienne : Racksole rachète donc l'hôtel. Mais le milliardaire ne s'attendait pas à ce que la gestion hôtelière soit semée de tant d'embûches : la réceptionniste disparaît, le maître d'hôtel démissionne, un jeune diplomate est trouvé mort et son corps est subtilisé. Et que devient donc le prince Eugène, qui devait descendre au Grand hôtel Babylon et dont personne n'a de nouvelles ? Les énigmes s'accumulent et des machinations internationales semblent s'ourdir dans les corridors chics du palace."

Extrait : 

"Oui, Monsieur ?"

Jules, le célèbre maître d'hôtel du Grand Hôtel Babylon, se penchait cérémonieusement vers l'homme alerte, entre deux âges, qui venait tout juste d'entrer dans le fumoir pour se laisser choir dans une chaise en osier dans un coin de la pièce, près du jardin d'hiver. Il était dix-neuf heures quarante-cinq par une soirée de juin particulièrement suffocante, et le souper allait bientôt être servi au Grand Hôtel Babylon. Des hommes de toutes tailles, tous âges et toutes nationalités, mais chacun se ressemblant dans son impeccable parure de soirée, étaient dispersés ici et là dans le grand salon aux lumières tamisées. Une légère odeur de fleurs émanait du jardin d'hiver, et l'on percevait aussi le bruissement d'une fontaine. Les serveurs, sous les ordres de Jules, se déplaçaient discrètement sur les épais tapis d'Orient, maintenant leurs plateaux en équilibre avec une dextérité de jongleurs, et recevant et exécutant les ordres avec cet air de profonde suffisance dont seuls les véritables serveurs de première classe ont le secret. L'atmosphère était imprégnée de sérénité et de tranquillité, caractéristique du Grand Hôtel Babylon. Il semblait impossible qu'un quelconque événement puisse venir gâter la monotonie paisible et aristocratique qui teintait le quotidien de cet établissement mené de main de maître. Pourtant, ce soir-là allait se dérouler le plus grand bouleversement que le Grand Hôtel Babylon ait jamais connu..."


 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :