Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Rûmî, Le Chant du soleil

Rûmi, Le chant du soleil, Edition établie par Eva de Vitray-Meyerovitch et Marie-Pierre Chevrier, Editions de la Table Ronde, 1997

Djalāl ad-Dīn Muḥammad Balkhi (persan : جلال‌الدین محمد بلخی) ou Rûmî ou Ǧalāl al-Dīn Rūmī1, né à Balkh (actuel Afghanistan) dans le Khorasan (grande région de culture perse), le 30 septembre 1207 et mort à Konya (dans l'actuelle Turquie) le 17 décembre 1273, est un poète mystique persan qui a profondément influencé le soufisme. Il est considéré en Orient comme un grand maître spirituel et désigné comme « Mawlânâ ».

Citations (source : babelio) :

"Hier, j'étais intelligent et je voulais changer le monde. Aujourd'hui, je suis sage et je me change moi-même."

"Tout l'univers est contenu dans un seul être humain : toi.
Tout ce que tu vois autour de toi, y compris les choses que tu n'aimes guère, y compris les gens que tu méprises ou détestes, est présent en toi à divers degrés. Ne cherche donc pas non plus Sheitan hors de toi. Le diable n'est pas une force extraordinaire qui t'attaque du dehors. C'est une voix ordinaire en toi.
"Si tu parviens à te connaître totalement, si tu peux affronter honnêtement et durement à la fois tes côtés sombres et tes côtés lumineux, tu arriveras à une forme suprême de conscience. Quand une personne se connaît, elle connaît Dieu."

"Ou bien parais tel que tu es, ou bien sois tel que tu parais."

"Il y a une voix qui n'utilise pas les mots.
Écoute !"

"Cache tes (bonnes) actions non seulement aux yeux des autres, mais aussi à tes propres yeux, afin qu'elles puissent être en sécurité loin du mauvais œil"

"La femme est le rayon de la lumière divine."

"Je ne t'aime ni avec mon cœur, ni avec mon esprit. Le cœur peut s'arrêter, l'esprit peut oublier. Je t'aime avec mon âme. L'âme ne s'arrête jamais, n'oublie jamais."

"Je choisis de t'aimer
en silence,
car en silence
je ne trouve aucun rejet...

Je choisis de t'aimer
dans la solitude,
car dans la solitude
personne ne t'appartient, sauf moi.

Je choisis de t'adorer
de loin,
car la distance
me protège de la douleur...

Je choisis de t'embrasser
dans le vent,
car le vent est plus doux
que mes lèvres...

Je choisis de te retenir
dans mes rêves
car dans mes rêves,
tu n'as pas de fin..."

"Par-delà les idées du bien
et du mal,
Il y a un champ.
Je t'y retrouverai."

"Qui que tu sois, viens, viens.
Même si tu es un athée, c'est ici la demeure de l'espoir."

"Tu ne peux te libérer du monde
en prêtant l'oreille

Tu ne peux te libérer de toi-même
par beaucoup de paroles

Tu ne peux te libérer de tous les deux,

Du monde et de toi-même,
sauf par le silence."

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :