Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

"Un soir de décembre à Brownsville, Pennsylvanie. Engagé pour animer une soirée jusqu'à tard dans la nuit, Ray Charles Robinson a épuisé son répertoire. Il improvise, il joue un riff de piano. Il ordonne à son groupe de le suivre et de répéter les mots suivants : What'd I Say soit "ce que j'ai dit". Le rythme à la façon des gospel est impressionnant. Ce soir-là, dans ce club, il fusionne rythm'n'blues, rumba et gospel. Le style devient hybride, crossover comme on dit outre-Atlantique. Ce mélange des genres, de spirituel et de sexuel, choque une partie de l'auditoire, mais peu importe car une nouvelle façon de jouer de la musique vient de naître et Ray Charles en est le maestro : la soul music.

"The Genius", comme on l'appelle plus tard, devient une star. A 27 ans, il conquiert l'Amérique, bien au-delà du public noir, puis l'Europe. Les 4 choristes, les Raellettes, apportent le relief à sa voix unique.

Ray Charles Robinson a dans sa voix la souffrance de son enfance, de son parcours, de ses racines. Il naît le 23 septembre 1930 en Géorgie, dans la petite ville d'Albany, d'où il part pour la Floride. Atteint d'un glaucome à 4 ans, il devient aveugle à l'âge de 7 ans. Entretemps, il perd son frère. Son amour de la musique, l'apprentissage du piano, son oreille qu'il développe de façon remarquable, son sens du rythme, son apprentissage du répertoire classique font de lui un artiste accompli de la voix et de la musique.

Il retourne en Géorgie en 1950. Stupeur : la salle dans laquelle il doit se produire n'est réservée qu'aux Blancs. Il s'engage alors dans le combat de Rosa Parks et Martin Luther King. Son interprétation de Georgia on my Mind, chanson des années 1930, devient l'un de ses plus grands succès. En 1979, il est reconnu comme citoyen d'honneur de la ville d'Albany.

Ray Charles, auteur, compositeur, chanteur de blues à la voix exceptionnelle de baryton, maîtrise l'art du chant. Son timbre, le pianissimo et les jeux de vocalises sont sa signature artistique et lui permettent de peindre sa tourmente d'artiste écorché vif. L'authenticité et la sincérité de sa voix en font sa force."

(Jean Abitbol, La belle histoire de la voix, "Ray Charles, la voix du rhythm'n'blues", De Boeck, p. 224)

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :