Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Une guerre de civilisation

Ce à quoi nous assistons en Ukraine est une guerre de civilisation. Les Ukrainiens aspirent dans leur immense majorité à la démocratie et aux libertés politiques

Poutine se méfie de la démocratie qui signifierait la fin de son pouvoir ("La démocratie c'est bien, mais sans les élections libres, c'est plus sûr") et déteste le libéralisme, qu'Alexandre Douguine, philosophe autoproclamé influent qualifie de régime "dégénéré et diabolique", à l'instar de son inspirateur, le penseur nazi Martin Heidegger et qui prône depuis des années l'annexion de l'Ukraine comme faisant partie de la "grande Russie".

Je pense qu'il faut choisir, aujourd'hui comme hier, entre deux conceptions du monde, en gardant son esprit critique car tout n'est pas parfait en occident, et ne pas négliger la grande culture russe : Dostoïevski, Tolstoï, Pouchkine, Boulgakov, Prokofiev, Rachmaninov, Tchaïkovski dont les militaires russes ont détruit la maison à Trostyanets, comme ils ont détruit le musée d'art Arkhip Kouïnji à Marioupol et tant d'autres témoignages de la culture ukrainienne. 

Le bilan humain de "l'opération spéciale" menée par Poutine après six mois de guerre est de 10 465 victimes civiles en Ukraine (vérifiées par l'organisme des Nations Unies). Selon l'HCDH (Haut Commissariat des Nations unies aux Droits de l'Homme), 4 662 civils ont été tués dont 320 enfants et adolescents. Sur les 5 803 blessés, 479 sont des mineurs. Un million de réfugiés ukrainiens dispersés dans les pays de l'Union européenne. Environ 15 000 soldats morts du côté russe. Ces chiffres datent du mois de juin et les pertes humaines ne cessent d'augmenter.

L'une des particularités de la pensée identitaire et nationaliste est le refus des médiations dialectiques et de l'activité régulatrice de la raison. Ayant personnellement vécu trois ans aux Etats-Unis étant enfant (j'avais dépassé l'âge de raison et les enfants comprennent beaucoup plus de choses que les adultes ne l'imaginent et j'en voyais bien les défauts) et visité à de nombreuses reprises les pays de l'Est avant et après la chute du Mur de Berlin, je préfère à tout prendre, après la France, l'Italie, La Grande-Bretagne, les Etats-Unis.

C'est sans doute une question de psychogénéalogie. Mon grand-père maternel, juif ashkénaze qui vivait dans la région de Minsk a fui la Russie tsariste où il n'y avait pour lui et sa famille, aucun avenir. Je ne crois pas que les choses aient changé depuis lors.

La Russie de Poutine rebâtit et exalte les trois piliers de la Russie traditionnelle ancienne et récente : l'orthodoxie dogmatique et autoritaire comme religion d'un Etat théocratique, la nostalgie d'un tsarisme idéalisé et largement fantasmé et le communisme dans sa version stalinienne, au profit d'un nouveau culte de la personnalité, justifiant l'emprisonnement, voire l'élimination physique des opposants : six personnalités russes assassinées depuis 2003 : Alexandre Litvinenko, Anna Politkovskaia, Anastasia Babourova, Boris Nemtsov, Natalia Estemirova, Sergueï Iouchenkov sans oublier la tentative d'empoisonnement sur la personne d'Alexis Navalny et les morts suspectes comme Boris Berezovski et Sergué Magnitski. 

Nombre de Russes et d'Ukrainiens (dont certains autour de moi), ingénieurs, professeurs, intellectuels... pensent que la Russie est devenue un enfer et ceux qui le peuvent fuient cet enfer.

P.-S.
 

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :