Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Photo : Le dictionnaire universel des créatrices

Photo : Le dictionnaire universel des créatrices

Otilia Valeria Coman (née le 25 mars 1942 à Timișoara) est sous son nom de plume d’Ana Blandiana une poétesse, essayiste et figure politique roumaine.

Son surnom vient du village de Blandiana dans le județ d'Alba en Transylvanie, dans lequel est née sa mère.

Le père d’Ana Blandiana, Gheorge (1915-1964) est un prêtre orthodoxe qui a passé plusieurs années dans les prisons communistes et a été tué dans un accident quelques semaines après une amnistie générale. Sa mère, Otilia Diacu, était comptable. Sa sœur Geta naît en 1947. Otilia se marie en 1960 à l’écrivain Romulus Rusan.

Après ses débuts dans la Tribuna en 1959, où elle signe pour la première fois du nom d’Ana Blandiana, elle est publiée dans l’anthologie 30 de poeți tineri (« 30 jeunes poètes »). En 1963, après quatre années d’interdiction dues aux persécutions subies par son père, elle publie de nouveau dans Contemporanul (édité par George Ivașcu).

Après la chute de la dictature communiste, Ana Blandiana et Romulus Rusan initient la création d’un mémorial de la répression, de la résistance et des victimes de l’État communiste, à Sighetu Marmației, ville du Nord de la Roumanie, à la frontière ukrainienne. (source : Wikipédia)

Fatiguée

Je suis fatiguée de naître d'une idée,
je suis fatiguée de ne pas mourir.
J'ai choisi une feuille,
voici, c'est d'elle que je vais naître
à son image et à sa ressemblance.
Sa sève fraîche va m'envahir doucement
et ses nervures seront mes tendres reliques.
Elle m'apprendra à trembler, à grandir,
à briller dans le peine ;
puis à me détacher de la branche
comme un mot quitte les lèvres.
De cette façon simple
enfantine
dont on meurt
chez les feuilles.

(traduit du roumain par Radu Bata)

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :