Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Une exposition exceptionnelle, à la médiathèque de Bourges, jusqu’au  29 août 2009, témoigne du destin de Jacques Rivière, « l’homme de barre » de la Nouvelle revue Française de 1909 à 1925.

En décembre 2000, la ville de Bourges a bénéficié d’un geste d’une admirable générosité : le legs, par Monsieur Alain Rivière d’un fonds d’archives d’une valeur considérable comportant, entre autres merveilles, l’intégralité de la correspondance entre son père, Jacques Rivière, directeur de la Nouvelle Revue Française de 1919 à 1925 et son oncle, Alain Fournier, l’auteur du Grand Meaulnes, ainsi que les manuscrits et l’ensemble de la correspondance de Jacques Rivière.

A un choix de ces précieux documents, parmi les plus précieux de l’Histoire littéraire du XXème siècle,  s'ajoutent, à l’occasion de cette exposition, des prêts provenant de collections publiques et privées.

Lettres manuscrites de Marcel Proust, de Paul Claudel, de François Mauriac, d'Alain-Fournier, d'André Gide, d'Alexis Léger  (Saint-John Perse), d'Antonin Artaud… affiches pour les ballets russes, pour le Sacre du printemps, pour Pelléas et Mélisande , carnet de captivité de Jacques Rivière tenu pendant les trois éprouvantes années qu’il passa au camp de Königsbruck en Prusse orientale, ouvert sur la page où il exprime son humiliation et sa rage…jouets en bois fabriqués par des prisonniers russes, son porte-plume, sa serviette en cuir gravée de ses initiales, témoignent de l’exceptionnel destin d’un homme qui s’était fait, selon l’expression de Jean Lacouture « l’accoucheur de notre culture vivante ».

"Je ne voudrais pour rien au monde appartenir à une époque pour laquelle "Pelléas et Mélisande" ne susciterait plus que de l'admiration", confia Jacques Rivière qui assista plus de quinze fois à la représentation de l'œuvre de Claude Debussy sur un livret de Maurice Maeterlinck, en compagnie de son ami Alain-Fournier. Ils avaient tous deux à peine vingt ans.

Cette exposition exceptionnelle nous invite à nous évader d'une époque blasée, pour retrouver, dans le silence du cœur,  au-delà de l'admiration, le secret perdu de la passion, le secret de Jacques Rivière.

                                                                          

Partager cet article

Repost 0