Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

 

« L’Eglise écoute le cri de souffrance de tous ceux qui ont été déracinés de leur propre terre, des familles divisées par la force, de ceux qui, dans les rapides changements, ne trouvent de demeure stable en aucun lieu. Elle perçoit l’angoisse de ceux qui sont sans droits, privés de toute sécurité, à la merci de n’importe quel type d’exploitation, et elle se charge de leur malheur… » (Jean-Paul II, à l’occasion de la Journée mondiale du Migrant et du Réfugié, le 21 novembre 1999)

 

Un peu partout dans le monde, des gouvernements prennent des décisions pour lutter contre les migrations de personnes venant des pays du Sud : contrôle des déplacements mexicains aux Etats-Unis ; reflux des migrants africains en Espagne et en Italie ; loi sur « l’immigration choisie » en France.

 

« Une parole de l’Eglise doit intégrer et conjuguer des droits, explique dans la préface,  Mgr. Jean-Luc Brunin, évêque d’Ajaccio, membre du conseil pontifical pour la Pastorale des Migrants et des Personnes en déplacement…Comment le faire lorsqu’ils apparaissent contradictoires : celui d’émigrer, pour les individus et pour leurs familles, mais aussi celui pour les Etats de contrôler l’entrée et le séjour des étrangers sur leur territoire ? Comment les hiérarchiser dans une parole publique ? Outre le principe inaliénable du respect de la personne humaine, il faut garantir la visée d’un vivre ensemble juste et équitable. En ces temps de mondialisation et de mobilité humaine, la perspective d’un « bien commun universel », si souvent rappelée par Jean-Paul II, doit devenir l’horizon de toute initiative législative et de toute action politique. »

 

Réalisé à l’initiative du Service national de la Pastorale des Migrants et des Gens du voyage, cet ouvrage rassemble trente-cinq textes rédigés par des Eglises chrétiennes de pays différents. Ils expriment leurs questions et leurs réserves face aux nouvelles législations des Etats à l’égard des populations immigrées ou exilées.

 

Le Service national de la Pastorale des Migrants et des Gens du voyage dont le directeur est Bernard Fontaine est un service de la conférence des évêques catholiques de France. Sa mission est d’être attentif aux questions liées à l’immigration et de porter avec les Eglises diocésaines le souci pastoral de sollicitude de l’Eglise envers les migrants.

 

Le commentaire de sœur Geneviève Médevielle, religieuse auxiliatrice, professeur de théologie morale et vice-recteur de l’institut catholique de Paris, souligne les enjeux à la fois humains et théologiques de « l’accueil de l’autre ».

 

 

Les Eglises, les Migrants, les Réfugiés, 35 textes pour comprendre, la parole de vingt-cinq évêques, préface de Mgr. Jean-Luc Brunin, postface de Mgr Claude Schockert, ouvrage collectif coordonné par Bernard Fontaine, aux éditions de l’Atelier, 124 pages, 15 euros.

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :