Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

 Fruit des réflexions de l’assemblée plénière du conseil pontifical de la culture qui s’est tenue au Vatican les 27 et 28 mars 2006, La Voie de la Beauté est une invitation à prendre la Beauté comme chemin d’évangélisation et de dialogue.

 

Ce livre, explique dans la préface le cardinal Paul Poupard, se situe dans la droite ligne de la double mission confiée par le pape Jean-Paul II au conseil pontifical de la culture le 25 mars 1993 : « Promouvoir la rencontre du message salvifique de l’Evangile et des cultures de notre temps et établir le dialogue avec ceux qui ne croient pas en Dieu ou ne professent aucune religion ».

 

« La foi tend par sa nature à s’exprimer sous des formes artistiques et dans des témoignages historiques qui portent en eux une force évangélisatrice et une valeur culturelle auxquelles il convient que l’Eglise apporte la plus grande attention. » observait le pape Jean-Paul II.

 

 « Aussi a-t-il semblé urgent d’approfondir le thème de la beauté, sans se limiter aux arts, mais en considérant tous les domaines où le beau se montre apte à éveiller le désir de Dieu. »

 

« La beauté : nos sociétés du règne de la publicité produisent des canons falsifiés d’une beauté provocatrice dont la seule destination est de susciter le plaisir des sens, d’éveiller des désirs de possession et de consommation. La beauté qui conduit à Dieu, tout au contraire, ne peut être réduite à un esthétisme éphémère, ni se laisser instrumentaliser et asservir par les modes captatrices de la société de consommation. Elle est d’un autre horizon, d’une autre nature, et, comme dit Pascal, « d’un autre ordre »…Elle conduit à la Vérité et au Bien.

 

Il est donc nécessaire de clarifier ce qu’est et en quoi consiste la voie de la Beauté. Trois développements sont présentés comme voies privilégiées : beauté de la création, beauté des arts, beauté du Christ, modèle et prototype de la sainteté chrétienne…

 

L’importance de la beauté dans la célébrations liturgiques : beauté des gestes et des lieux, des chants et des vêtements est également soulignée. Les artistes : peintres, poètes, musiciens… sont invités à retrouver le chemin de la Beauté et à traduite dans leurs œuvres la splendeur d’une création où affleure l’invisible.

 

Les rédacteurs se demandent comment éduquer à la beauté, comment valoriser le patrimoine artistique dont nous sommes les héritiers, comment former les pasteurs de l’Eglise à des belles célébrations pour la louange de Dieu et l’édification des fidèles.

 

Ils soulignent également la beauté de la vie chrétienne vécue en plénitude, dont les saints nous montrent l’exemple attirant. Comme le dit le pape Benoît XVI dans son Homélie pour la messe d’inauguration de son pontificat, le 24 avril 2005 : « Il n’y a rien de plus beau que d’être rejoints, surpris par l’Evangile, par le Christ. Il n’y a rien de plus beau que de le connaître et de communiquer à l’autre l’amitié avec lui. La tâche du pasteur, du pêcheur d’hommes, peut souvent apparaître pénible. Mais elle est belle et grande, parce qu’en définitive elle est un service rendu à la joie de Dieu qui veut faire son entrée dans le monde. »

 

Le cardinal Paul Poupard espère que la proposition de la beauté permettra de réveiller les chercheurs d’amour, de vérité et de beauté de notre temps, à l’exemple de saint Augustin qui s’écriait dans Les Confessions : « Tard je t’ai aimée, beauté si ancienne et toujours nouvelle, tard je t’ai aimée ! Tu étais en moi, j’étais hors de moi et c’est là que je te cherchais ! Tu étais avec moi, je n’étais pas avec toi ! Sur les beautés de ta création, je me suis rué misérablement. Ta création me retenait loin de toi, elle qui, pourtant, n’existerait pas si elle n’existait en toi ! Tu m’as appelé, tu as crié, tu as eu raison de ma surdité ! Tu as brillé avec éclat, tu as resplendi, tu as eu raison de ma cécité ! Tu as répandu ton parfum, j’ai respiré et j’aspire à toi ! J’ai goûté de toi et j’ai faim, j’ai soif ! Ta main m’a touché et je désire ardemment ta paix. »

 

 

Cardinal Paul Poupard et le conseil pontifical de la culture, document de l’assemblée plénière du conseil pontifical de la culture de 2006 à Rome, La Voie de la Beauté aux éditions Salvator, 160 pages, 16 euros.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0