Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

Un livre de Gérard Ferrand, sur les camps et les lieux d’internement en région Centre témoigne des blessures d’une Histoire tragique que nul ne doit ignorer ni oublier et redonne aux victimes une voix et un visage.

 

« Plus de 60 ans ont passé, écrit Maurice Leroy, vice-président de l’assemblée nationale et président du conseil général de Loir-et-Cher dans la préface de cet ouvrage, mais l’atrocité de la découverte des camps de concentration et l’horreur de la Shoah restent présentes à nos esprits contemporains comme une blessure de l’Histoire. De nombreuses recherches, études, de multiples témoignages et ouvrages ont permis de mieux connaître ce qu’ont vécu les victimes, ce qu’ont été les responsabilités, les complicités permettant qu’une telle folie soit érigée en système affreusement organisé, dramatiquement programmé, mécaniquement destructeur d’humanité. La reconnaissance officielle par le Président de la République en 1996 de la responsabilité de l’Etat français dans la déportation a marqué un tournant dans notre travail collectif de mémoire. Gérard Ferrand apporte une nouvelle pierre à cet édifice à travers Camps et lieux d’internement en région Centre et démontre, si besoin en était, que les errements de Vichy ont été vécus dans notre région avec une particulière intensité. »

 

En effet, sur plus de 200 camps de détention, d’internement et de transfert ouverts en France entre 1939 et 1945, voire jusqu’en 1947, beaucoup l’ont été dans les 6 départements de la région Centre. Meillant, Baranthaume, Pellevoisin, Montgivray, Douadic, Saint-Hilaire-sur Benaize, Le Poinçonnet, Bagneux, Pouligny-Notre-Dame, La Lande, Lamotte-Beuvron, Pithiviers, Beaune-la-Rolande…Certains, connus du grand public, ont fait l’objet d’études et de recherches approfondies, d’autres ont vu leurs traces presque effacées.

 

S’appuyant sur l’analyse de travaux de recherche récents et inédits, de sources iconographiques nouvelles ou peu connues et de témoignages, Gérard Ferrand s’est attaché à montrer le parcours douloureux et dramatique d’hommes, de femmes et d’enfants de tous âges et de toutes conditions traqués par les troupes d’occupation et par les collaborationnistes, ballottés de camp en camp, au mépris de toutes les règles et de toutes les lois.

 

Des témoignages contre l’oubli

 

Républicains espagnols fuyant le franquisme, juifs, résistants, communistes, francs-maçons, tziganes, handicapés…Pour beaucoup, ces camps servirent de réservoirs à otages et furent des antichambres de la mort…Sous des photographies en noir et blanc de jeunes gens aux visages souriants, des phrases courtes, objectives, terribles dans leur sobriété témoignent de cette réalité innommable. Ainsi,  Page 79 : La Lande, 1941. Baignade. A cette période, les sorties étaient encore libres. De ce groupe, seul Jérôme Scorin, assis en bas à droite, en réchappera (document Jérôme Scorin)…

 

Dans un souci d’objectivité et de vérité historique, l’auteur a voulu élargir son étude en abordant l’existence des camps de prisonniers français établis à la hâte dès 1940, mais aussi après la Libération, les lieux de détention et d’internement pour les prisonniers allemands, les collaborateurs, les trafiquants notoires, les miliciens et les prostituées.

 

 

Le séminaire des barbelés

 

Un chapitre consacré aux camps de détention d’Eure-et-Loir évoque le « séminaire des barbelés » de Coudray, près de Chartres destiné aux étudiants en théologie allemands en captivité. Ce séminaire, dirigé par l’abbé Franz Stock, qui joua à la prison de Fresnes à Paris un rôle analogue à celui du frère Alfred Stanke, le « franciscain de Bourges, à la prison du Bordiot, compta entre l’automne 1945 et le 5 juin 1947, date de sa fermeture officielle, 939 professeurs et séminaristes et mérita le nom de « plus grand séminaire du monde ».

 

Il reçut la visite d’Edmond Michelet, ancien résistant déporté, ministre du gouvernement du général de Gaulle et le soutien du nonce apostolique Mgr. Roncalli, le futur Jean XXIII. Le 18 novembre 1981  à Fulda, le pape Jean-Paul II, pendant sa visite en Allemagne, cita le nom de Franz Stock parmi ceux des plus grands saints allemands : « un martyr de la paix et un messager de la charité pour notre temps. » Il est actuellement question de faire du « séminaire des barbelés » un centre européen de rencontre dédié à sa mémoire.

 

Auteur de nombreux ouvrages d’Histoire et d’ethnographie régionale, Gérard Ferrand a publié aux éditions Alan Sutton plusieurs livres sur la seconde guerre mondiale, dont Montoire, une ville de province dans l’Histoire, ainsi que Enfants cachés, enfants sauvés et un roman historique sur le même sujet intitulé Cache-cache avec la mort.

 

                                                                        

Gérard Ferrand, Camps d’internement en région Centre, aux éditions Alan Sutton dans la collection Témoignages et Récits, préface de Maurice Leroy, vice-président de l’assemblée nationale, président du conseil général de Loir-et-Cher, 128 pages, 19,90 euros

 

Editions Alan Sutton, 8, rue du docteur Ramon, 37540, Saint-Cyr-sur-Loire.

Téléphone : 02 47 40 66 00, site Internet : http://www.editions-sutton.com

 

 

Partager cet article

Repost 0