Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Un professeur aujourd'hui à la retraite fait le bilan de trente années d'enseignement remplies de satisfactions et de joies, mais aussi d'amertume et de désillusions.

L'auteur de ce livre, Francis Penin, né en 1940 dans une famille de neuf enfants de condition modeste - son père est mineur de fond - est voué à devenir ouvrier comme ses quatre frères, mais guidé et soutenu par un travail acharné, il accède à l'enseignement secondaire. Après un parcours semé d'embûches - il est employé dans le secteur privé, puis "étudiant-salarié" - il devient maître-auxiliaire, puis, à l'âge de trente-quatre ans, professeur de lycée.

"Si le titre de ce livre est parfaitement clair, explique l'auteur dans l'avant-propos, le sous-titre peut paraître sibyllin en raison de l'adjectif "prétendu". C'est qu'en réalité, il n'y a pas "d'acharnement pédagogique". Ceux qui en parlent le font de manière ironique. La réalité est tout autre : l'école, du cours préparatoire à la première, voire la deuxième année de l'enseignement supérieur, tend à devenir une gigantesque garderie.

Cet enfant du peuple pour lequel l'école fut un facteur d'épanouissement personnel et de promotion sociale entend dénoncer ce qui a conduit à une situation qui le scandalise : la démagogie, le laxisme, les discours ministériels irréalistes et contradictoires. L'idée centrale de cet ouvrage est simple : à l'aube du XXIème siècle, hormis certains établissements préservés, l'enseignement est devenu "mission impossible". Il faut réagir de toute urgence avant qu'il ne soit trop tard.

Francis Penin montre en particulier que le slogan "l'élève au centre du système éducatif" ne fait que cacher l'avénement de "l'ère du cancre-roi", la sanctification de l'ignorance et de l'incivilité, le droit de perturber systématiquement les cours et d'insulter les professeurs en toute impunité, le mépris envers les savoirs et ceux qui les transmettent. Il montre aussi comment, dans un système devenu pervers, certains adultes - parents, chefs d'établissements - se font parfois les complices des perturbateurs.

L'organisation systématique de l'échec scolaire

"Après avoir si magistralement aboli les sanctions, l'Education nationale allait-elle arrêter là sa "Révolution" ? Non, elle a aboli aussi l'exigence d'effort. La présence de trublions imposée aux enseignants, aux élèves et aux trublions eux-mêmes a eu pour conséquence l'amplification de l'échec scolaire.

L'auteur se garde bien cependant de sombrer dans un pessimisme incurable. Espérant "que la raison l'emportera avant qu'un chaos irréversible se soit installé", il propose des remèdes de bon sens pour sortir de l'impasse comme le rétablissement du sens de l'effort et du respect, la suppression des passages automatiques dans la classe supérieure, la mise en oeuvre de sanctions proportionnées, mais effectivement appliquées, la mise à l'écart des trublions multirécidivistes, une meilleure solidarité entre adultes...

"Développer la faculté de raisonner, élargir, à son rythme, ses connaissances, persévérer... Il n'y a que cela qui vaille !" affirme l'auteur qui n'hésite pas à rappeler des vérité trop oubliées, comme la valeur du silence et de l'attention, "vertus cardinales du bon élève".

L'ouvrage de Francis Penin constitue par ailleurs un excellent guide de la fontion enseignante et une mine de conseils utiles portant sur tous les aspects du métier, depuis la préparation des cours jusqu'à la notation des copies. Il nous initie aux mystères des examens et concours et n'omet pas d'évoquer les rapports doux-amers avec la hiérarchie.

"Ce livre, écrit Jean-Paul Savignac dans sa préface, témoigne du courage "tous azimuts" de son auteur, de la vertueuse opiniâtreté bien connue des professeurs qui maintiennent le cap, envers et contre tout, dans la nuit du doute et le vent de l'hostilité."

Il faut espérer aussi qu'il contribuera à une salutaire prise de conscience et à un effort de tous pour préserver ce qui demeure encore, malgré tout, l'un des plus beaux métiers du monde.

L'Ere du cancre-roi ou le prétendu acharnement pédagogique par Francis Penin, aux éditions de la société des écrivains, préface de Jean-Paul Savignac, 297 pages, 21 euros

A tous ceux qui s'intéressent à la question cruciale de  l'avenir de l'Ecole, signalons également l'excellent blog de  Monsieur Jean-Paul Brighelli, professeur agrégé de Lettres en classes préparatoires à Marseille : "Bonnet d'Âne".         http://bonnetdane.midiblogs.com/

Jean-Paul Brighelli est l'auteur de plusieurs ouvrages  critiques sur la situation actuelle de l'Ecole : La Fabrique du crétin (2005), A bonne école (2005), Une école sous influence ou Tartuffe-roi, et Fin de récré (2008), parus chez Jean-Claude Gawsewitch.

Partager cet article

Repost 0