Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

"Il faut vous dire qu'en ce moment, il n'y a qu'une chose dont on s'occupe là-bas, la minéralogie. Chacun a son marteau, on ne sort pas sans..." écrivaient dans leur Journal Jules et Edmond de Goncourt, transcrivant, non sans malice, une visite à Nohant que leur avait relatée Théophile Gauthier.

Comme toujours, chez George Sand, ses passions successives pour les êtres et les choses : amants, amis, enfants, paysages et jusqu'aux jolies pierres qu'elle ramasse en chemin se transmuent tôt ou tard en littérature et aboutissent à un livre.

Celui qui a pour point de départ sa passion pour la minéralogie s'appelle Laura ou le voyage dans le cristal. Il est désigné sous le titre La Géode ou sous celui du Cristal dans l'agenda de George Sand à la date du 21 nov. 1863 et des jours suivants. Annoncé comme "un conte d'une certaine étendue et qui m'amuse énormément", dans une lettre à François Buloz, datée du 2 déc. 1863, Laura ou le voyage dans le cristal a paru d'abord dans La Revue des deux mondes, puis en volume, chez Michel Lévy Frères, en août 1865.

Cette édition comportait une dédicace à sa belle-fille, Madame Maurice Sand (Lina Calamatta de son nom de jeune fille) : "Ma chère fille, je te dédie ce conte bleu, qui te rappelera les sermons que nous fait ton mari quand nous nous laissons émerveiller par la beauté des échantillons de minéralogie, au lieu de le suivre exclusivement dans l'étude des formations géologiques. Dans quelques année, ton fils qui fait aujourd'hui de plus beaux rêves dans son berceau que moi devant mon encrier, lira ce conte, et il prendra peut-être  le goût des recherches et des hypothèses sérieuses. Il n'en faut pas davantage à ceux qui sont bien disposés à connaître et à comprendre. C'est toute l'utilité que peut offrir ce genre de fictions aux enfants et à beaucoup de grandes personnes." (Nohant, le 1er décembre 1863).

Tiré de l'oubli par Gaston Bachelard qui en parle dans La Terre et les rêveries de la volonté, Laura ou le voyage dans le cristal appartient au genre fantastique. Le héros en est un jeune homme nommé Alexis qui découvre à la fois le monde fascinant et merveilleux des minéraux : gemmes, fossiles et cristaux et l'amour, en la personne de sa cousine Laura.

En voici un court extrait (c'est Alexis qui parle) : "Ô ma chère Laura, lui dis-je, avec effort en appuyant mes lèvres sur sa main, comment peux-tu appliquer le mot de travail ingrat à l'admirable voyage que nous avons fait ensemble dans le cristal ? Rends-moi cette resplendissante vision des océans d'opale et des tapis de lapis ! Retournons aux verts bosquets de la chrysoprase et aux sublimes rivages de l'euclase et de la spinelle, ou aux fantastiques stalagmites des grottes d'albâtre qui nous invitaient à un si doux repos ! Pourquoi as-tu voulu me faire franchir les limites du monde sidéral et me faire voir des choses que l'oeil humain ne peut supporter ?"

Ce singulier roman qui soutient la comparaison avec les récits de Charles Nodier ou les contes d'Hoffmann, se rattache chez George Sand au merveilleux de l'enfance (nous aurons l'occasion d'expliquer en quoi) et aux spéculations métaphysiques de l'âge adulte. Il a été en partie inspiré par les méditations du poète romantique allemand Novalis sur le monde des pierres et de cristaux.

Un livre injustement oublié, à découvrir ou à redécouvrir...

Laura ou le voyage dans le cristal, Editions Ombres, Toulouse, 1993

Partager cet article

Repost 0