Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Ecrit d un bout à l'autre sur le ton de plus violente invective, le Traité
d 'athéologie
de Michel Onfray a connu un succès considérable. Il contribue à répandre l'idée que les trois monothéismes : judaïsme, islam, christianisme seraient fondés sur une série de mépris identiques : haine de la raison et de la liberté, haine de tous les livres au nom d'un seul, haine de la vie, de la sexualité, etc.

S'il n'est pas question de répondre sur le même ton, il n'est pas question non plus, pour Irène Fernandez, de ne pas répondre du tout. "Tendre l'autre joue" est une maxime qui concerne les injures qui vous sont faites personnellement et non celles qui visent, comme ici, l'honneur même de tous les croyants.

"En ces temps de grande inculture religieuse, remarque l'auteur, le public est souvent peu averti de l'Histoire et du contenu réels des trois monothéismes et il est à craindre que beaucoup de lecteurs se laissent abuser par des affirmations aussi catégoriques qu'infondées."

"Je n'ai pa l'intention d'écrire contre Onfray un Traité de théologie. Je voudrais rappeler que la question de Dieu mérite mieux que les arguments usés et rageurs qu'il nous assène dans son Traité d'athéologie... Je souhaite simplement déblayer le terrain pour ouvrir les chemins d'une discussion sensée à ceux que cette question intéresse."

Reprenant point par point les attaques de Michel Onfray, Irène Fernandez met en évidence les nombreuses erreurs historiques et philosophiques qui émaillent son livre. Citant, non sans humour, "ce grand théologien d'Arthur Rimbaud" : "Le chant raisonnable des anges s'élève du navire sauveur",  elle fait la démonstration qu'il existe un accord entre la foi et la raison, s'étonne de la conception passéiste et misogyne de la femme que véhicule le Traité d'athéologie et explique clairement à Michel Onfray ce qu'est une religion.

"Il faut être remarquablement sélectif pour ne voir dans la religion qu'une haine universelle envers tout ce qui fait le prix de la vie, une négativité pure. Il existe assez de documents, dans toutes les traditions religieuses, qui attestent que l'expérience du divin est avant tout positive et source de vie et de joie. Le méconnaître revient à refuser de voir ce qui est en question dans le phénomène religieux en général et induit forcément une vision biaisée des religions particulières."

Ancienne élève de l'Ecole Normale Supérieure, Irène Fernandez est agrégée de philosophie et docteur ès Lettres. Elle a été membre du comité de rédaction du Dictionnaire critique de théologie (PUF, 1998). Elle est l'auteur de Et si on parlait du Seigneur des anneaux ? (Presses de la Renaissance, 2002) et de Mythe, Raison ardente. Imagination et réalité selon C.S. Lewis (Editions Ad Solem, nov. 2005)

Irène Fernandez, Dieu avec esprit, réponse à Michel Onfray
, éditions Philippe Rey, 165 pages, 14 eus

Partager cet article

Repost 0