Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Oui, je sais, ce blog est un blog culturel et un blog culturel n'est pas censé parler de politique. Mais les fautes de français, c'est mon métier (il m'arrive, comme tout le monde d'en faire) et celle-là m'a sauté aux yeux, d'autant qu'elle s'étalait sur la page d'accueil de mon ordinateur :

"Selon les policiers de la Brigade financière, les dépenses annuelles de Julien Dray s'élèveraient à 521 919 euros, soit 43 500 euros par mois pour des revenus inférieurs, estimés à 407 854 euros, soit 34 000 euros par mois."

"Devant les enquêteurs, qui ont écarté la piste d'un financement politique,
M. Dray a assuré n'avoir bénéficié "d'aucun enrichissement (ni) d'aucune malversation". "Je ne suis pas un irresponsable dépensier, je ne suis en rien un homme qui vit dans la luxure", s'est-il défendu lors de son audition à la BF fin juin. "


Luxure :  nom féminin (du latin luxuria) : 1°) péché de la chair, recherche, pratique des plaisirs sexuels. Voir impureté, lascivité, lubricité - "La luxure était bien le grand Péché, celui qui souille les sources de la vie." (Romain Rolland) - vieux : concupiscence, voir désir : "Oeil étincelant de luxure" (Victor Hugo) 2°) rare et vieux : action luxurieuse,  voir débauche, paillardise, vice : "Sans s'être confessé de ses luxures" (Huysmans) -  antonyme : chasteté, pureté. (Le Petit Robert)

Même si "la luxure" coûte cher, Julien Dray a sans doute voulu dire "dans le luxe" plutôt que "dans la luxure".

On peut douter cependant que les policiers de la Brigade financière s'intéressent particulièrement aux moeurs de Julien Dray. Ces gens-là ne s'occupent pas de morale, mais de chiffres et de légalité, ce qui n'est pas exactement la même chose... Ils n'inquiètent pas non plus les gens qui vivent dans le luxe, pourvu que l'origine de leur luxe ne soit pas illégal ou que le "délai de prescription"( et non de "proscription"), assez rapide il est vrai, soit dépassé.

Mais tandis qu'ils cherchent la provenance de la "différence" entre ce que gagne Julien Dray et ce qu'il dépense, il n'est pas interdit à l'homme de la rue de s'étonner que 34 000 euros mensuels ne lui suffisent pas.

Julien Dray est comme le Roi Lear. Il lui faut "un rien de trop pour être".

Ce beau lapsus autour du sexe et de l'argent eût été digne d'enrichir La psychopathologie de la vie quotidienne de Sigmund Freud. Je ne me hasarderai pas à l'interpréter.

Après la "bravitude" pour la bravoure, "la luxure" à la place du "luxe" (on appelle ça des paronymes), décidément, les socialistes ont du mal avec le vocabulaire...

... Avec l'argent aussi, apparemment, à moins que tel un Robin des Bois des temps modernes, Julien Dray ne garde pour lui que le nécessaire pour donner le reste à la caisse de solidarité des ouvriers d'Arcelor-Mittal.

Moyennant quoi la morale (socialiste ?) serait sauve.

Et la morale, même si c'est moins important que l'argent, c'est quand même plus important, n'est-ce pas, que le vocabulaire.

P.S. (si j'ose dire) : aux dernières nouvelles, Julien Dray serait un "acheteur compulsif", amateur de montres, de Rolleix en particulier, goût qu'il partagerait avec l'actuel président de la République.

Comme l'a dit Marcel Proust : "Il n'y a rien de plus incompréhensible que les passions des autres".

... Il y en a qui vont chercher, paraît-il, dans les 32 000 euros ! Mais aimer les montres de luxe monstrueusement laides, grosses et chères, c'est peut-être un vice, mais ce n'est pas de la luxure !













.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :