Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Né à Paris en 1935, cet artiste naturalisé berrichon, avait transformé en atelier, véritable caverne d'Ali Baba, un ancien hangar agricole, à Troui-Bourg, dans le Cher.

Il exerça pendant dix ans le métier de chaudronnier avant de se tourner vers la dinanderie et la sculpture, réalisant ses oeuvres selon la technique du "coquillé" dans les matériaux les plus divers : acier, cuivre, laiton, alu, ses matériaux fétiches, il n'hésitait pas à employer d'autres matériaux comme le bois, le cuir ou l'altuglas.

Il s'illustra dans les domaines les plus variés : étains pour la table, hauts et bas-reliefs, fontaines, sculptures monumentales, pièces d'art sacré, vases ikebana destinés à l'art floral japonais, mais aussi peinture, dessin et photographie.

C'est à lui que l'on doit le jacquemart représentant une bergère et ses moutons qui orne le fronton du collège Marguerite-Audoux à Sancoins, la décoration de l'accueil du centre opérationnel départemental de secours de Bourges sur le thème du feu (en cuivre rouge repoussé) et de la protection (en inox blanc), le logo du lycée professionnel Saint-Jean-Baptiste de la Salle, la fresque du collège Littré qui orne la partie supérieure de la cour, la sphère éclatée du carrefour de l'Abattoir, la sculpture du rond-point du Château d'Eau, ainsi que les superbes fontaines de Belleville et de Vierzon.

"Les marteaux me servent à planer (égaliser les surfaces), retreindre (repousser et serrer les molécules), dégorger, emboutir... Il faut travailler à chaud, mais pas au rouge comme le forgeron, se plaisait-il à expliquer. Tous les métaux ne réagissent pas de la même façon. Le cuivre et l'étain se travaillent mieux que les autres".

La création de Bernard Delagrange s'incarne avant tout dans le volume avec ses pleins et ses vides et dans une grande diversité de matériaux... Le métal est transcendé, magnifié, le bois "totémisé". Instinctif aux gestes rythmés, l'artiste glorifie avant tout le travail de la main, plutôt que le concept.

Bernard Delagrange réserva sa première exposition à la Maison de la Culture de la ville de Bourges en 1964. D'autres suivent à Annecy, Toulon, Paris, Metz, Aix-en-Provence, Honfleur, Blois, Nice, Cannes, Marseille... Et à l'étranger : Allemagne, Luxembourg, Quebec, Pays-Bas, Italie, Japon, et  aux Etats-Unis où il existe une collection particulière de ses oeuvres chez le chorégraphe new-yorkais Walter Nicks.


 

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :