Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

le_meilleur_des_mondes.jpg

"O wonder !

How many goodly creatures are there here !

How beauteous mankind is ! O brave new world,

That has such people int't ! (Tempest, V, 1)

"Les utopies apparaissent comme bien plus réalisables qu'on ne croyait autrefois. Et nous nous trouvons actuellement devant une question bien autrement angoissante : comment éviter leur réalisation définitive ?... Les utopies sont réalisables. La vie marche vers les utopies. Et peut-être un siècle nouveau commence-t-il, un siècle où les intellectuels et la classe cultivée rêveront aux moyens d'éviter les utopies et de retourner à une société non utopique moins "parfaite" et plus libre. " (Nicolas Berdiaeff)

Sous notre houlette, par contre, les hommes seront heureux et renonceront à se révolter. Ils ne s’extermineront plus comme ils le font aujourd’hui partout à la faveur de la liberté que tu leur as léguée. Nous saurons les convaincre d’ailleurs qu’ils ne seront libres qu’à partir du moment où ils auront renoncé à faire usage de leur liberté et nous l’auront sacrifiée dans un esprit de soumission sans retour. […] Nous donnerons un bonheur humble et paisible à ces êtres faibles et lâches, le seul qui leur convienne. […] Nous leur permettrons même de pécher puisqu’ils sont si faibles et ils nous aimeront comme des enfants à cause de notre tolérance. […] '' (Dostoïevski, "Les Frères Karamazov", La légende du Grand Inquisiteur)

"Que sert à l'Homme de gagner l'univers s'il vient à perdre son âme ?" (Matthieu, 16, 26)

Petit-fils du naturaliste Thomas HUXLEY et frère du biologiste Julian HUXLEY, Aldous HUXLEY naquit en Angleterre, à Goldaming, dans le Surrey et fit de brillantes études à Eton et à Oxford. A l’âge de 16 ans, il devint pratiquement aveugle. Cette cécité, partiellement guérie plus tard marqua sa vie entière. HUXLEY collabora à plusieurs revues et publia des poèmes de jeunesse avant de faire paraître ses premiers romans Jaune de Chrome (1921), Cercle vicieux (1923) et Contrepoint (1928) qui reflètent son scepticisme, sa désillusion et son pessimisme.  Critiquant le positivisme scientifique et la mainmise du modèle américain sur la culture occidentale HUXLEY n’a cessé de dénoncer les dangers d’une civilisation entièrement soumise à la technique. Après plusieurs voyages en Inde et au Népal, HUXLEY publie de nombreux essais. Les Portes de la Perception (The Doors of Perception, 1954) dont le titre est emprunté au poète William BLAKE raconte son expérience avec la mescaline. Etabli en Californie à partir de 1937, il se tourna, à la fin de sa vie, vers la contre-culture américaine. Aldous HUXLEY est décédé en Californie en 1963.

Ecrit en 1932, "Le Meilleur des mondes" ("Brave new world") évoque une société entièrement rationalisée où une poignée d'individus "supérieurs" dirigent de façon totalitaire une masse d'individus privés de leur liberté psychique.

Ce livre, mondialement célèbre, chef-d'oeuvre de la littérature d'anticipation, a fait d'Aldous Huxley l'un des témoins les plus lucides de notre temps.

"Aujourd'hui, devait écrire l'auteur dans les années 50, près de vingt ans après la parution du "Meilleur des mondes", il semble pratiquement possible que cette horreur s'abatte sur nous dans le délai d'un siècle. Du moins si nous nous abstenons d'ici là de nous faire sauter en miettes... Nous n'avons le choix qu'entre deux solutions : ou bien un certain nombre de totalitarismes nationaux, militarisés, ayant comme racine la terreur de la bombe atomique, et comme conséquence la destruction de la civilisation (ou, si la guerre est limitée, la perpétuation du militarisme) ; ou bien, un seul totalitarisme supranational, suscité par le chaos social résultant du progrès technologique."

Dans un lointain futur, après une guerre mondiale batériologique et atomique qui a ravagé la planète, les survivants ont accepté de remettre le pouvoir entre les mains d'un "sauveur", Ford ; ce dernier a réorganisé la société sur les bases d'un Etat mondial.

Tout ce qui caractérisait l'ancienne société a été aboli : la recherche scientifique (trop dangereuse), l'art (remplacé par le "cinéma sentant" et "l'orgue à parfums"), la religion (remplacé par le "culte de Notre-Ford"), la connaissance de l'Histoire, la littérature, la poésie, mais aussi la famille, le mariage, la procréation par des moyens naturels, la viviparité et la passion amoureuse. "Détail" essentiel, qui  pourrait passer inaperçu, les habitants du meilleur des mondes ne parlent plus qu'une seule langue (un anglais simplifié).

Les enfants naissent dans des "Centres d'Incubation et de Conditionnement" et sont prédestinés, grâce à des manipulations qui ont lieu au cours de la gestation à jouer des rôles sociaux bien définis ; la société est divisé en cinq castes, chaque groupe comportant une variable positive ou négative : 

  •   Les castes supérieures :
  •   Les Alpha en constituent l'élite dirigeante. Ils sont programmés pour être grands, beaux et intelligents.
  • Les Bêta forment une caste de travailleurs intelligents, conçus pour occuper des fonctions assez importantes.
  • Les castes inférieures :
  • Les Delta et les Epsilon forment enfin les castes les plus basses ; ils sont faits pour occuper les fonctions manuelles assez simples. Ils sont programmés pour être petits, laids (les Epsilon sont presque simiesques).
  • Les Gamma constituent la classe moyenne voire populaire.

Chacune de ces castes est divisée en deux sous-castes : Plus et Moins. Chacun, en raison de son conditionnement, estime être dans une position idéale dans la société, de sorte que nul n'envie une caste autre que la sienne.

Cette organisation permet de résoudre les problèmes liés au marché du travail en produisant un quotas précis de personnes pour chaque fonction. Ces quotas sont déterminés par le service de prédestination.

Les enfants sont conditionnés par "hypnopédie", dès leur plus jeune âge, à accepter leur condition tandis qu'une drogue miraculeuse, le soma, assure un état d'euphorie immédiat et quasi permanent, dissipant les sentiments "négatifs"  comme l'angoisse de la mort et le sentiment de solitude ; une autre drogue, le SPV, dispense les effets d'une passion violente, sans ses inconvénients, la liberté sexuelle est encouragée dès le plus jeune âge, à condition de ne pas s'attacher et de ne pas procréer.

Seule une poignée d'individus survit à l'état primitif dans une réserve conservée pour des raisons expérimentales.

Certains cependant, comme Bernard Marx et Helmholtz Watson (un Alpha et un Alpha plus) ne se sentent pas à l'aise dans ce "monde  parfait"...

soma.jpg
Questions sur le roman :

1) Où et quand le roman se déroule-t-il ?

2) A quel genre le roman appartient-il ? Justifiez votre réponse.

3) Comment les bébés sont-ils "fabriqués" ?

4) Quels sont les principaux personnages du roman ? Faites le portrait de chacun d'eux : Bernard Marx, Henry Forster, Lenina Crowne, Sa Forditude Mustapha Menier, Helmholz Watson, John ("Le Sauvage") et Linda, sa mère.

5) Comment "le meilleur des mondes" est-il organisé, sur quelles bases et sur quels principes ? Quelles sont les différentes "castes" et leurs caractéristiques ?

6) Comment les embryons sont-ils conditionnés physiologiquement; comment les enfants sont-ils conditionnés psychiquement ?

7) Quelles sont les institutions et les pratiques culturelles qui ont totalement disparu du "Meilleur des mondes" ? Pourquoi ? (lire à ce sujet, dans la dernière partie du roman, la discussion entre Sa Fortitude Mustafa Menier et "Le Sauvage") Comment "l'Administrateur mondial régional de l'Europe occidentale" justifie-t-il la disparition de ces institutions et de ces pratiques culturelles et au nom de quoi fait-il l'apologie (l'éloge) du "meilleur des mondes" ?

8) Pouvez-vous expliquer la devise de l'Etat mondial : "Communauté, Identité, Stabilité" ?

9) A la suite de quelle événement de l'Histoire mondiale la société a-t-elle été réorganisée ?

10) A quoi sert le "soma" ? Ses effets sont-ils permanents ?

11) Quelles sont les caractéristiques de la sexualité dans le "Meilleur des mondes" ?

12) En quoi le sauvage est-il totalement différent des autres ? (les conditions de sa naissance et de son éducation...)

13) Que pense-t-il du "Meilleur des mondes" ?

14) Quel rôle les oeuvres de William Shakespeare jouent-elles dans le roman ?

15) Qu'est ce qu'une contre-utopie ?

16) En quoi "Le Meilleur des mondes" est-elle une contre-utopie ?

17) D'où vient le titre anglais du roman "Brave new world" ?

18) D'où vient la traduction française de ce titre "Le meilleur des mondes"

19) La situation finale du roman : où Bernard Marx et Helmholtz Watson sont-ils envoyés ? Par qui ? Pourquoi ? Sont-ils satisfaits de cet exil forcé ?

20) Où et comment "le sauvage" termine-t-il sa vie ?

21) Sachant que "Le Meilleur des mondes"  fut écrit dans les années 30, et se voulait une mise en garde destinée à ses contemporains, diriez-vous qu'Aldous Huxley s'est trompé sur l'avenir ? 

  Ridley-scott.jpg

Affiche pour le film de Ridley Scott "A Brave New World", adapté du roman d'Aldous Huxley

Eléments de réponse :

La clé du "Meilleur des mondes" se trouve au chapitre 16, la discussion entre John ("Le sauvage") et Mustapha Menier, l'administrateur mondial pour l'Europe occidentale.

John représente l'humanité traditionnelle : il a été élevé dans une réserve, à l'écart du "meilleur des mondes", il a un père et une mère, il est né "naturellement", il ne prend pas de soma, il lit  des livres (Shakespeare), il  éprouve des sentiments (amour, haine, colère, dégoût, compassion...).

Huxley se situe dans la lignée des humanistes de la Renaissance : Erasme ("L'Eloge de la folie"),  Montaigne, ("Des cannibales"),  Thomas Moore ("Utopia") , et des philosophes du siècle des Lumières.

Le procédé consistant à critiquer la société occidentale à travers le regard  distancié d'un personnage étranger à cette civilisation a été utilisé par Montesquieu dans "Les Lettres persanes", Swift dans "Les voyages de Gulliver", Diderot dans "Le supplément au voyage de Bougainville" et dans le conte philosophique de Voltaire, L'Ingénu,  avec le personnage du "Huron".

John est d'ailleurs exhibé, tout comme le Huron dans "L'Ingénu" de Voltaire, comme un phénomène de foire dans la société des Alphas du "meilleur des mondes" ; Bernard Marx s'en sert pour se faire valoir et pour se venger du directeur du Centre d'Incubation et de Conditionnement de Londres-Central , Mr Foster, qui est en fait le père biologique de John, ce qui va provoquer un énorme scandale entraînant la démission de Foster lorsque ce fait sera révélé.

Il y a ce passage étonnant dans le roman de Huxley où "le sauvage" parvient à mettre des mots sur des sentiments et des émotions "à l'état brut" grâce à un livre, les oeuvres complètes de William Shakespeare, interdit dans le "meilleur des mondes" et qu'il a trouvé dans la réserve : "Semblables aux tambours, semblables aux hommes chantant l'incantation du blé, semblables à des formules magiques, les mots se répétaient et se répétaient dans sa tête. Après la sensation de froid, il eut soudain très chaud. Il avait les joues en feu sous l'afflux du sang, la chambre tournoyait et s'assombrissait devant ses yeux. Il grinça des dents : "Je le tuerai (l'amant de sa mère, Linda), je le tuerai, je le tuerai", disait-il sans fin. Et brusquement, il y eut d'autres mots encore :

"When he is drunk asleep, or in his rage

Or in the incestuous pleasure of his bed..." (Hamlet, II, 3)

"Quand il dormira, ivre mort, ou dans sa rage,

Ou dans le plaisir incestueux de son lit."

Huxley n'oppose donc pas (naïvement) la nature innocente à la culture artificielle du "meilleur des mondes", mais les sentiments d'un jeune homme élevé en dehors du "meilleur des mondes" dans un monde qui est loin d'être "parfait", nourri par les mots et la pensée d'un génie qui n'aurait probablement pas voulu d'un "monde parfait".

Huxley ne préconise pas un impossible retour à la nature, mais une réflexion sur les dangers de l'utopie ; raison pour laquelle il fait précéder la citation de Shakespeare tirée de La Tempête, en épigraphe de son roman :

How many goodly creatures are there here !

How beauteous mankind is ! O brave New World

That has such people in't !

... de cette autre de Nicolas Berdiaeff : "Et peut-être un siècle nouveau commence-t-il, un siècle où les intellectuels et la classe cultivée rêveront aux moyens d'éviter les utopies et de retourner à une société non utopique, moins "parfaite" et plus libre.

Il faut lire attentivement le chapitre 16 pour comprendre pourquoi les dirigeants du "meilleur des mondes" estiment, en conscience, agir dans l'intérêt général et quelle est la raison d'être de cette "société parfaite", y compris dans ses aspects les plus insoutenables (la prédestination sociale des embryons).

Le passage n'est pas sans faire penser aux paroles que le Grand Inquisiteur", dans les "Fères Karamazov "de Dostoïevski, adresse au Christ : "Sous notre houlette, par contre, les hommes seront heureux et renonceront à se révolter. Ils ne s’extermineront plus comme ils le font aujourd’hui partout à la faveur de la liberté que tu leur a léguée. Nous saurons les convaincre d’ailleurs qu’ils ne seront libres qu’à partir du moment où ils auront renoncé à faire usage de leur liberté et nous l’auront sacrifiée dans un esprit de soumission sans retour. […] Nous donnerons un bonheur humble et paisible à ces êtres faibles et lâches, le seul qui leur convienne. […] Nous leur permettrons même de pécher puisqu’ils sont si faibles et ils nous aimeront comme des enfants à cause de notre tolérance. […] ''

Le roman de Huxley est généralement compris comme l'évocation d'un monde dans lequel nous ne sommes pas tout à fait encore et une mise en garde contre la tentation de l'utopie (le rêve d'un monde parfait), ce qui est en partie exact, ou bien comme une métaphore du monde dans lequel nous vivons (par exemple de la société de consommation), ce qui est exact également, mais là encore, seulement en partie.

Nous avons tendance à séparer les deux lectures, alors qu'elles sont inséparables l'une de l'autre, comme sont inséparables l'utopie d'un monde parfait, dans le dirigisme communiste par exemple, ou, à l'inverse la croyance aveugle en l'autorégulation du marché et la réalité d'un monde imparfait, imperméable au "progrès".

Il y aurait d'un côté le mal et de l'autre côté le remède contre le mal, mais Huxley montre d'une part que le monde "réel" dans lequel nous vivons est en grande partie utopique et purement "virtuel" (on le voit bien aujourd'hui, par exemple, avec la dématérialisation informatisée de la monnaie et l'autonomie de la sphère financière par rapport à "l'économie réelle") et d'autre part que le rêve d'une utopie totalitaire est une réaction désespérée de stabilisation de "l'entropie négative" engendrée par la civilisation (aujourd'hui, la mondialisation de l'économie et la disparition des Etats-Nations) le remède étant quantitativement pire que le mal, bien que d'une certaine manière qualitativement  de même nature.

"Communauté, Identité, Stabilité" : c'est la "stabilité" de la société qui est la valeur suprême du "meilleur des mondes". La communauté est tout, l'individu n'est rien. Les habitants du "meilleur des mondes" ne se perçoivent pas comme des individus (sauf de rares exceptions comme Bernard Marx qui en souffre), mais comme des membres d'une communauté dans laquelle ils sont conditionnés, dès leur plus jeune âge, à se fondre.

C'est à la suite d'un énième conflit mondial, le dernier ayant failli détruire la planète et en éradiquer l'Humanité que les survivants ont librement décidé d'abdiquer une liberté, dont ils avaient fait un usage aussi désastreux, entre les mains "d'administrateurs avisés".

A l'instar de ses contemporains les plus lucides, notamment Claude Levi-Strauss, Huxley est conscient du fait que dans les "sociétés chaudes" comme celle dans laquelle nous vivons, le "progrès" engendre des bienfaits (confort, disparition de la famine, allongement de la durée de vie...), mais aussi des effets néfastes sous forme "d'entropie négative" : instabilité sociale, rivalités mimétiques, escalade de la violence, dégradation de l'environnement...

Dans les sociétés primitives, les risques d'entropie sont régulés à travers les interdits et les rituels religieux qui ont disparu des sociétés modernes.

Les pressentiments de Huxley ont été largement confirmés, une dizaine d'années plus tard, avec la Deuxième Guerre mondiale et la matérialisation des équations de la relativité générale dans la bombe d' Hiroshima.

Le developpement exponentiel de la science et de la technique et l'idée  plus répandue qu'on ne pourrait le croire, y compris chez de scientiques et des épistémologues de valeur comme François Dagognet, que tout ce qui est techniquement et scientifiquement réalisable est juridiquement et éthiquement légitime, ainsi que la constitution et le développement des complexes militaro-industriels font peser une hypothèque de plus en plus lourde sur l'avenir de la planète.

Les récents progrès de la génétique ont permis de vérifier la validité des  lois de l'hérédité (Mendel) et de la théorie de l'évolution (Darwin), mais aussi de manipuler la "matière vivante". Huxley prévoyait la possibilité technique de la "fécondation in vitro" imaginée et mise au point dans les années 1970 et opérationnelle dans les années 1980 ; la fabrication des "jumeaux Bokanovsky" dans le roman de Huxley préfigure la technique du clonage.

En mai 2005, des chercheurs de Corée du Sud et du Royaume-Uni ont annoncé les premiers clonages d’embryons humains à des fins de recherches thérapeutiques.

En 2008, des chercheurs américains, des entreprises Stemagen et Reproductive Science Center, ont annoncé avoir obtenu trois embryons clonés à partir de cellules adultes (cellules de peau) et d'ovocytes énucléés. C'est la première fois que des embryons sont obtenus à partir de cellules qui ne sont pas des cellules souches. 

La pilule contraceptive a été mise au point dans les années 70. Découverte au début des années 1950 au Mexique, commercialisée aux Etats-Unis à partir de 1960, et autorisée en France à partir de 1967 (loi Neuwirth), son action consiste à interférer avec le cycle menstruel naturel de la femme. Les hormones  synthétiques apportées par la prise de la pilule empêchent l'ovulation. Cette invention a permis de découpler la sexualité de la conception. Elle est obligatoire dans les meilleur des mondes (sauf pour les femmes "neutres" pour lesquelles elle est inutile).

Ce n'est pas un hasard si les personnages du roman d'anticipation de Huxley portent des noms de savants, d'industriels ou de théoriciens du XIXème et du XXème siècle (Ford, Lenina, Marx, Watson, Helmholtz). Toutefois, la recherche scientifique est  étroitement surveillée dans le meilleur des mondes et les administrateurs mondiaux n'en retiennent que ce qui peut contribuer à maintenir la stabilité de la "société parfaite".

Huxley, cependant, n'est pas un "obscurantiste" ennemi de la science, mais un humaniste, à la manière de Rabelais qui affirmait déjà, à la fin du Moyen-Âge, que "Science sans conscience n'est que ruine de l'âme".

Le Meilleur des mondes n'est pas seulement un roman de science-fiction, mais aussi une métaphore de la société  de consommation : les habitants du "meilleur des mondes" sont incités à vivre dans une euphorie permanente et à pratiquer des loisirs collectifs et coûteux, les loisirs individuels et "gratuits" sont découragés. 

Les "jeux électroniques" et certains spectacles  cinématographiques ou télévisuels des années 2010, n'ont rien à envier au "cinéma sentant" et aux loisirs mécanisés du "meilleur des mondes" ; les techniques de conditionnement (publicité, propagande), se sont considérablement développés sur la base d'un "behaviourisme" sommaire, issu des travaux de Pavlov, de Watson et de Skinner ; des bureaux de "marketing" "vendent" désormais les hommes politiques, leur image et leurs programmes comme des paquets de lessive.

L'un des aspects les plus préoccupants du monde actuel étant sans doute la baisse considérable du niveau des enfants (20% d'élèves entrent en 6ème en France sans savoir lire et écrire correctement et 50% d'entre eux ont de graves difficultés), tout se passant comme si  l'on l'on cherchait à abaisser le niveau intellectuel et culturel de la population et à fabriquer une majorité de consommateurs "Deltas moins" dotés d'un langage rudimentaire et dénués de pensée critique.

Nous connaissons aussi l'importance de la drogue dans nos sociétés "développées" : que ce soit les drogues "interdites", mais facilement trouvables sur le marché pour peu que l'on y mette le prix : cocaïne, héroïne, ou ectasy ou bien ces drogues autorisées que sont les antidépresseurs et les anxiolityques dont un pays comme la France est le premier consommateur au monde. La fuite du "principe de réalité", diagnostiquée par Huxley comme une caractéristique majeure  du monde moderne n'a fait que se confirmer.

La "liberté sexuelle", si elle desserré le carcan des interdits, ce qui n'a peut-être pas été un mal a aussi considérablement affadi et banalisé il faut bien le dire,  les relations amoureuses.

Huxley a très bien vu également la dégradation du statut des vieillards dans le monde moderne, rebaptisés "personnes du troisième âge", relégués dans des "maisons de retraite" et coupés du reste de la population. Dans "le meilleur des mondes", les signes de sénescence sont considérés comme obscènes et sont gommés par des procédés artificiels.

Nous savons que l'Humanité a désormais les moyens  aussi bien de s'autodétruire que de réaliser l'utopie littéraire imaginée par Aldous Huxley et nous savons aussi que cette utopie est le pire des cauchemars.

Comme l'a dit Friedrich Hölderlin : "En même temps que croît le danger, croît aussi ce qui sauve." Mais il faut compter avec la somme des libertés humaines et nous ne pouvons pas avoir la certitude que l'Humanité renoncera à la violence ou à l'utopie d'un "bonheur insoutenable", mais seulement l'espérance.

"Le rêve des constucteurs de la Tour de Babel : l'unification de l'humanité dans une "pensée unique", le disparition des différences se réalise puis s'écroule. Hier le communisme et le nazisme, aujourd'hui la "mondialisation" et le nivellement par le "marché".

Il y a des idéologies qui sont pour l'humanité l'équivalent d'un déluge, noyant l'être parlant dans la parole indifférenciée. Quelque arche pourtant, toujours, s'est construite et une force a été dispersée, tôt ou tard, la fourmilière avant que ne meure la parole et avec elle, les hommes en tant qu'ils sont humains." (Marie Balmary, "Le sacrifice interdit, Freud et la Bible")

"Illusion, désillusion, espérance, telles sont les trois étapes que franchit la conscience humaine dans sa recherche du bonheur. Par essence, la conscience vit dans l'illusion ; mais elle régresse en voulant vivre dans l'attente de l'événement historique et toute idéologie qui prétend transformer la vie, apporter le bonheur, n'est en fait qu'une illusion. L'expérience de la désillusion qui n'a jamais été analysée philosophiquement (bien qu'elle ait été décrite par des écrivains comme Cervantès, Stendhal, Flaubert, Proust ou Dostoïevski), est donc décisive. Elle n'aboutit pas simplement à la déception et au désespoir : la conscience désabusée refuse le nihilisme comme le dogmatisme. La désillusion est une expérience lucide, dont Yves Bonnefoy donne une expression poétique, car la conscience se doit d'assumer les tendances autodestructrices de l'être pour éviter son suicide.

C'est après avoir vécu l'illusion historique et son corrolaire, la désillusion, que la conscience peut passer à cette troisième étape dialectique qu'est l'expérience céleste. Alors seulement peuvent s'ouvrir les portes de l'avenir. Alors, grâce à l'art et à la religion du coeur, l'espérance humaine peut aborder aux rives de l'Absolu." (J.-L Vieillard-Baron, "L'illusion historique et l'espérance céleste", L'Ile verte, Berg international, 1981)

aldous-huxley.jpg

Aldous Huxley

 

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :