Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

67833667-copie-5.jpg

 

Bernard Capo, Le Grand Meaulnes d'Alain-Fournier, Casterman 2011, scenario, adaptation du roman d'Alain-Fournier et dessin : Bernard Capo - mise en couleurs : Marie-Paule Alluard


 

untitled-copie-2.jpg

 

"Sur le front de Meuse, trois mois après le début de ce qui deviendra la Grande Guerre, git un jeune lieutenant anonyme. Il n'a que 27 ans. Les balles ont emporté celui dont le corps ne sera identifié qu'en 1991, Henri-Alban Fournier. Mieux connu sous le nom d'Alain-Fournier, ce jeune homme est l'auteur d'un seul roman publié, Le Grand Meaulnes, récit romantique inspiré de sa vie marquée par le département du Cher, à Epineuil-le-Fleuriel où il vécut enfant et par son amour éperdu et sans retour pour une belle jeune fille qu'il nommait Yvonne de Galais.

 

Favori finalement éconduit du Prix Goncourt 1913, Le Grand Meaulnes bouleversera des millions de lecteur pendant des décennies. Il est classé à la neuvième place des cent meilleurs livres du XXème siècle.

 

Bernard capo est un passionné de l'écrivain Alain-Fournier, dont il partage l'amour et la fascination pour cette région de France. Qui mieux que lui pouvait adapter pour la première fois Le Grand Meaulnes en bande dessinées ?"


 

Lien vers le site officiel de Bernard Capo : link


Lien vers le site du centenaire du Grand Meaulnes : link


 

gmeaulnes.jpg

 

"Il arriva chez nous un dimanche de novembre 189... Je continue à dire "chez nous", bien que la maison ne nous appartiennent plus. Nous avons quitté le pays depuis bientôt quinze ans et nous n'y reviendrons certainement jamais.

 

Nous habitions les bâtiments du Cours supérieur de Sainte-Agathe. Mon père, que j'appelais Monsieur Seurel comme les autres élèves, y dirigeait à la fois le Cours supérieur, où l'on préparait le brevet d'instituteur, et le Cours moyen. Ma mère faisait les petites classes.

 

Une longue maison rouge, avec cinq portes vitrées sous des vignes vierges, à l'extrémité du bourg ; une cour immense avec préaux et buanderie, qui ouvrait en avant sur le village par un grand portail ; sur le côté nord, la route où donnait une petite grille et qui menait vers la Gare, à trois kilomètres ; au sud et par derrière, des champs, des jardins et des prés qui rejoignaient les faubourgs... Tel est le plan sommaire de cette demeure où s'écoulèrent les jours les plus tourmentés et les plus chers de ma vie - demeure d'où partirent et où revinrent se briser, comme des vagues sur un rocher désert, nos aventures..."


 

images-copie-1.jpg

 

 

"Les puristes vont crier au scandale ! Et après tout, pourquoi pas ? Quel livre mieux que Le Grand Meaulnes peut être adapté en bande dessinée ? C'est un livre articulé autour d'un scenario précis que le beau-frère d'Alain-Fournier; Jacques Rivière, désignait sous le terme de "roman d'aventure". C'est un livre dans lequel l'image, le paysage, le pays est un personnage à part entière, qui participe à l'atmosphère unique de ce roman (...)

 

Bernard Capo est berrichon, il connaît intimement son pays qu'il représente avec cette précision simple et mystérieuse qui le caractérise. Il a cet esprit d'enfance et de poésie qui demeure nécessaire à la transcription du Grand Meaulnes, auquel s'ajoute une fidélité presque religieuse à l'écriture d'Alain-Fournier. Le Grand Meaulnes est maintenant en bandes dessinées, grâce à lui. Puisse ce volume permettre que des jeunes lecteurs continuent de lire et d'apprécier Le Grand Meaulnes." (Agathe Rivière Corre) 

 

logo-100-ans-du-gm-site.gif

"Ce qui m’importait avant tout, c’était d’être totalement fidèle au roman : tous les mots dans la BD sont ceux du roman, au point-virgule près. La seule liberté que je me suis permise est de faire narrer la fête étrange par Augustin Meaulnes lui-même à la première personne, et non pas par François. La complexité de cette œuvre, c’était de transcrire en dessin des sentiments, des sensations, des états d’âme, chose fort difficile. J’ai contourné le problème en m’appuyant surtout sur les décors de mon Berry natal tels qu’ils existaient fin XIXe… et qui n’ont pas vraiment changé aujourd’hui !" (propos recueillis par Valérie Debieux, La Cause littéraire)

 

accueil2-copie-1.jpg

 

Né à Bourges. Après avoir défendu les couleurs de la chanson française comme auteur-compositeur-interprète pendant plus de quinze ans, Bernard Capo entre en BD en 1988 avec la série Loïc Francœur (Lombard). Il compte à ce jour une vingtaine d'albums à son actif : Les Teutoniques, Les Grandes Heures de Bourges, Les Marchés de France, Les Hospitaliers de Malte, etc. En mars 2001, paraît chez Casterman Le réveil du dragon, premier tome de la série “Tombelaine” sur un scénario de Gilles Chaillet.

 

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :