Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Maison de la culture de Bourges, photo stephanie para. - PARA St?phanie

 

 

Comme tous les Berruyers, nous sommes profondément attachés à la Maison de la Culture de Bourges, non seulement pour sa façade familière, mais par reconnaissance pour tout ce qu'elle nous a donné, depuis son inauguration en 1964 par André Malraux en présence du général de Gaulle.


Nous n'y sommes pas attachés par passéisme et par nostalgie, mais par réalisme et par bon sens. Les travaux de rénovation, interrompus par la découverte prévisible de vestiges archéologiques ont déjà coûté 6 millions d'euros. La consolidation de la façade classée doit être terminée au mois de juin. Il faut mettre un terme aux errements et à la gabegie qui ternissent la fin du règne de la municipalité sortante.


En tout état de cause, la nouvelle Maison de la Culture ne sortirait de terre que dans quatre ou cinq ans et qui nous dit que d'autres vestiges archéologiques ne seront pas découverts place Séraucourt, obligeant la municipalité du moment (en 2017 ou 2018) à ajourner les travaux et à endosser, à la place de la municipalité actuelle, la responsabilité du gaspillage de plusieurs millions d'euros, indemnités de retard comprises ?


Les Berruyers grincent des dents à l'idée de tout cet argent (leurs impôts) envolé en fumée, détournant le regard de ce triste décor de théâtre, de cette façade  aveugle, symbole déchu d'une gloire passée.


C'est pourquoi nous nous prononçons pour un ajournement du projet de construction d'une nouvelle Maison de la Culture, place Séraucourt ou ailleurs.


C’est pourquoi nous souhaitons réhabiliter l'actuelle Maison de la Culture, place André Malraux, en tenant compte des impératifs  architecturaux et archéologiques (impossibilité de construire en sous-sol, préservation du site archéologique).


Nous souhaitons  dédier cet espace à la jeunesse de Bourges pour en faire un véritable lieu de vie et de culture, avec un théâtre et une école d'art dramatique, un lieu de convivialité et un espace d'exposition.


Il ne s’agit pas, surtout en ces temps de crise, de créer toujours plus « d’équipements », toujours plus dispendieux, mais d’avoir un véritable projet et de construire le « contenant » autour du « contenu » et non l’inverse.

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :