Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

oxford2-copie-1.jpg

 

Duns Scotus's Oxford

 

Towery city and branchy between towers ;

Cuckoo-echoing, bell-swarmed, lark-charmed, rook-racked, river-rounded ;

The dapple-eared lily below thee ; that county and town did

Once encounter in, here coped and poised powers ;

 

Thou hast a base and brickish skirt there, sours

that neighbour-nature thy great beauty grounded

Best in ; graceless growth, thou hast confounded

Rural rural keeping - folk, flocks, and flowers.

 

Yet ah ! this air I gather and I release

He lived on ; these weeds and waters, these walls are what

He haunted who of all men most sways my spirits to peace ;

 

Of realty the rarest-veined unraveller ;  a not

Rivalled insight, be rival Italy or Greece ;

Who fired France for Mary without spot.

 

G.M. Hopkins

 

gerard-manley-hopkins.jpg

 

L'Oxford de Duns Scot

 

Cité tourée, cité branchue entre tes tours ;

Coucou sonnante, embourdonnée, d'aloues charmée, de freux rouée,

de rus cernée ;

Le lys à l'épi tacheté dessous toi, en qui campage et bourg

S'encontrèrent dans leur conflit l'une par l'autre balancée.

 

Tu as un vil pourtour briqueux, là, qui sûrit

La nature voisine où ta grise splendeur

S'implante au mieux ; tumeur ingrate, tu marris

Le rural rural demeuré - gens, troupeaux, fleurs.

 

Pourtant, ah ! de cet air que j'inhale et libère

Il a vécu, il a hanté ces eaux, ces herbes, ces pierres,

Lui qui mieux qu'homme au monde incline à la paix mes esprits.

 

Démêleur du réel le plus fin-grain ; sondeur

Inégalé, qu'à l'égaler Grèce prétende ou l'Italie -

Et qui France enflamma pour Marie sans péché.

 

G.M. Hopkins, trad. Pierre Leyris


 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :